2018 : vers une embauche record de cadres ?

recrutement

L’année 2017 a été très prometteuse avec plus de 240 000 recrutements, soit une création nette de 53 800 postes à mettre en lien avec les licenciements, démissions et départs à la retraite. Alors que la pénurie de main d’œuvre continue de s’accroître, on attend entre 248 000 et 271 000 recrutements de cadres pour 2018.

 

La croissance repart à la hausse

L’Apec précise que le climat des affaires est positif et que la croissance est bien présente. Les prévisions de l’association se fondent sur une large enquête menée auprès de 11 000 entreprises. En plus des chiffres favorables pour 2018, cette tendance devrait se maintenir pour 2019 et atteindre 276 000 recrutements en 2020.

prévisions

Ces estimations ont de quoi rassurer les cadres dont le taux de chômage s’établit à 3,5% contre le taux global de 9,7%.

 

Quels secteurs embaucheront le plus ?

Le secteur des services devrait embaucher la grande majorité des emplois avec 196 000 postes environ, soit l’équivalent de 7 embauches sur 10 sur le marché. L’industrie profite d’une augmentation de 12% par rapport à 2017 et les secteurs du commerce et de la construction devraient également recruter.

En termes de métiers, les postes informatiques seront largement sollicités. Les cadres exerçant des fonctions dans la recherche et séniordéveloppement ou des fonctions commerciales devraient aussi tirer leur épingle du jeu.

Sans surprise, c’est la Région Île-de-France qui profitera massivement de cette croissance en concentrant 1 emploi sur 2.

 

Une croissance à maîtriser

Même si les cadres débutants et les séniors profiteront tous deux de cette avancée, les profils expérimentés (10 années d’expérience) seront plus largement plébiscités.

Le marché de l’emploi des cadres reste très tendu : dans certains cas, les entreprises ont des difficultés à recruter dans des secteurs d’activité précis. Les recruteurs doivent donc anticiper cette vague de recrutement et accepter des profils qui ne répondent pas forcément à leurs besoins.

Les entreprises vont devoir investir non seulement dans la formation en interne mais aussi dans la formation en alternance qui à terme permettront aux (futurs) cadres d’acquérir de nouvelles compétences (notamment dans le numérique) pour mieux appréhender la transformation des métiers.

bon à savoirPour plus d'informations, rendez-vous sur le site de l'Apec.

 

Pauline Giroux

 

Crédits photos

© sturti © praetorianphoto © bowie15