Construction, bâtiment et travaux publics

Couvreur

Niveau d'accès CAP ou équivalent
Statut
Salarié
Artisan
Salaire moyen

2 200 € bruts mensuels

Tendance emploi

●●○

Synonymes
Couvreur(euse) ardoisier(ière)
Couvreur(euse) charpentier(ière)
Couvreur(euse) ferblantier(ière)
Couvreur(euse) lauzier(ière)
Couvreur(euse) poseur(euse) de panneaux solaires
Couvreur(euse) tuilier(ière)
Couvreur(euse) zingueur(euse)
Centres d'intérêt Travailler dehors Me déplacer souvent, intervenir sur le terrain Concevoir, fabriquer, construire

Description

Le couvreur réalise, répare et entretient les toitures avec des matériaux aussi divers que la tuile, l’ardoise, la lauze, le chaume, le zinc ou le cuivre

 

Activités principales

Le couvreur, une fois la charpente terminée, pose des revêtements pour réaliser des toitures neuves ou réparer des toits endommagés.

Comment travaille-t-il ?

Le couvreur travaille sur les toits. Il monte les échafaudages nécessaires et installe les dispositifs de sécurité, comme les harnachements. A partir d'un plan, il fixe les liteaux sur lesquels reposent les tuiles de terre cuite ou de zinc, les ardoises, le chaume ou encore le cuivre. Puis il scelle certains éléments avec du ciment ou du plâtre. Il pose aussi les conduites d'évacuation d'eau et protège les fenêtres ou les balcons. Il effectue enfin les raccords des bases de cheminée et pose des lucarnes. A noter : le couvreur peut se spécialiser dans la pose de panneaux photovoltaïques ou solaires.

Où exerce-t-il ?

Les entreprises artisanales de couverture, de charpente ou de plomberie représentent la majeure partie des employeurs de couvreurs. Les grandes entreprises du BTP (bâtiment et travaux publics) emploient aussi des couvreurs pour la réalisation de bâtiments importants, mais les techniques sont alors moins traditionnelles. Enfin, les entreprises de restauration et les monuments historiques peuvent aussi faire appel à des ouvriers couvreurs connaissant les techniques traditionnelles. L’enquête besoins en main d’œuvre (BMO) 2019 de Pôle emploi recense environ 1 100 projets de recrutements de couvreurs en Île-de-France dont plus de 80 % sont jugés difficiles à pourvoir.

Compétences pour être Couvreur

Qualités requises
Prudent :

Les risques de chute sont à prendre en compte. Le respect des règles de sécurité, pour soi et pour le reste de l'équipe, est indispensable.

 

Polyvalent :

Le couvreur maîtrise parfaitement différentes techniques et divers matériaux : bois, plâtre, ciment, chaux, sable, acier, aluminium, plastique, plomb, etc.

 

Sportif :

Souplesse, équilibre et bons réflexes sont les qualités indispensables pour être couvreur.

 

Savoir-faire

  • - Repérer les particularités du montage de la toiture d'origine
  • - Dessiner des accessoires de couverture et d'étanchéité
  • - Déposer une toiture
  • - Remplacer des chevrons
  • - Poser des matériaux d'isolation
  • - Définir l'emplacement des supports de couverture
  • - Poser des supports de couverture
  • - Réaliser la pose d'éléments de couverture
  • - Poser des tuiles
  • - Poser des tôles
  • - Poser des ardoises
  • - Façonner les gouttières, chéneaux et tuyaux de descente
  • - Poser les gouttières, chéneaux et tuyaux de descente
  • - Poser des fermetures menuisées
  • - Réaliser un raccordement d'étanchéité

Savoir

  • - Géométrie
  • - Règles et consignes de sécurité
  • - Techniques de découpe de matériaux
  • - Techniques de soudure plomb
  • - Lecture de plan, de schéma
  • - Calcul dimensionnel (surface, volume, ...)
  • - Techniques de soudure sur zinc
  • - Techniques de traçage

(Source : ROME)

Comparer avec un ou deux autres métiers

Pour mieux choisir, comparez le salaire, le statut, le niveau d’accès, la tendance sur le marché du travail les métiers qui vous intéressent.

Salaire Couvreur

Secteur privé

Découvrir la fourchette des revenus.

Emploi

Secteur privé

Repérer les débouchés en Île-de-France du domaine de la pose et restauration de couvertures dans lequel s’intègre mon métier : nombre d'emplois, géolocalisation, types de contrat, embauches prévues...

Choisir ma formation pour devenir Couvreur

Le métier de couvreur est accessible avec un diplôme de niveau CAP.

Formation initiale

Pour devenir couvreur, vous pouvez préparer un CAP couvreur ou un CAP étancheur du bâtiment et des travaux publics, en 2 ans après la 3ème, en lycée professionnel ou en CFA.

A l’issue du CAP, il est possible de spécialiser en préparant, en 1 an, une mention complémentaire (MC) zinguerie.

Après un CAP également, les brevets professionnels (BP) couvreur ou étanchéité du bâtiment et des travaux publics vous permettent de vous mettre à votre compte.

Le bac professionnel intervention sur le patrimoine bâti option couverture, en 3 ans après la 3ème ou en 2 ans après un CAP, est à privilégier si vous souhaitez acquérir des techniques traditionnelles afin d’intervenir sur des chantiers de restauration.

Un diplôme bac + 2 permet quant à lui d’occuper des postes à responsabilité sur des chantiers ou d’intégrer une entreprise de restauration de monuments anciens. Pour les titulaires d’un bac STI2D spécialité « architecture et construction » ou d’un bac professionnel du secteur du bâtiment (avec mention Bien ou Très bien) ou d’un bac S, une poursuite d’études est envisageable notamment vers le BTS enveloppe des bâtiments : conception et réalisation  ou le BTS systèmes constructifs bois et habitat.
 

Formation continue

Les professionnels en activité ont la possibilité de se former durant leur carrière, afin d’acquérir de nouvelles compétences et d’évoluer dans leur métier. Deux certificats de qualification professionnelle (CQP) concernent le métier de couvreur : le CQP ouvrier professionnel couvreur chaumier et le CQP installateur de panneaux solaires thermiques et photovoltaïques en couverture.

Les personnes souhaitant se réorienter vers le métier de couvreur peuvent préparer le titre professionnel (TP) couvreur-zingueur. Le CAP couvreur ou le brevet professionnel (BP) couvreur sont aussi une option pouvant être préparée par la voie de la formation continue. Il existe également le certificat technique des métiers (CTM) zingueur ferblantier (uniquement dans l’Est de la France).
 


Pour aller plus loin, consultez la liste nationale des certifications (correspondant au code ROME) : http://www.rncp.cncp.gouv.fr/grand-public/resultat?romeRNCP=F1610

 

Changer bouger

Identifier les métiers vers lesquels évoluer avec ou sans formation complémentaire.

Liens utiles

1
Ajouter un autre métier
2
Ajouter un autre métier
3
Ajouter un autre métier