Industrie

Ingénieur normalisation

Niveau d'accès Bac + 5 et plus
Statut
Salarié
Salaire moyen

Salaire moyen : 2 500 € bruts mensuels

Tendance emploi

●●○

Synonymes

Description

L’ingénieur normalisation est en charge de l’élaboration de normes et/ou de leur mise en application au sein d’une entreprise.
Activités principales

Employé d’un organisme de normalisation ou d’un bureau de normalisation (sur des thématiques propre à un secteur), l’ingénieur normalisation est chargé de l’élaboration de normes fixant des standards en matière de qualité, de sécurité ou de performance pour des produits, des services ou des pratiques. Au sein d’une entreprise, il est chargé d’établir des normes internes (en matière de procédures de travail, de choix des matériaux…) et de les mettre en œuvre, aux côté des autres normes existantes, au sein de son établissement. Son métier recouvre alors en partie celui de l’ingénieur qualité ou de l’ingénieur méthodes.

Comment travaille-t-il ?

Lorsqu’il exerce pour un organisme ou un bureau de normalisation, l’ingénieur normalisation évalue l’opportunité de créer une nouvelle norme en fonction des besoins qui lui sont signalés ou qu’il a détectés dans le domaine relevant de sa spécialité (sécurité, environnement, construction, transports…). Il effectue alors des travaux de préparation d’un projet de norme (en se documentant sur les normes déjà existantes, les pratiques à l’international…) puis réunit les différentes parties prenantes (entreprises, associations, administrations…) au sein d’une commission de normalisation qu’il anime. Une fois la norme validée par la commission, il organise une consultation publique. La norme finalisée, il travaille à sa défense auprès des autres organismes de normalisation à l’international et à sa publication. Quand il travaille au sein d’une entreprise, l’ingénieur normalisation est en charge de la mise en place de normes internes dans l’entreprise. Pour cela, il analyse les produits, les métiers et les procédures de son entreprise au regard des besoins et des normes et certifications existantes. Il élabore des référentiels et les diffuse auprès des différents services. Il peut également participer aux travaux d’élaboration des normes employées dans son secteur d’activité ou être en charge de la mise en conformité des produits ou des services de son entreprise avec les normes existantes.

Où exerce-t-il ?

Les ingénieurs normalisation sont employés par des organismes de normalisation nationaux comme l’AFNOR, ou européens comme le CEN (comité européen de normalisation), le CENELEC (propre à la filière électrotechnique) ou l’ETSI (filière des télécommunications). Ils peuvent également être employés d’une branche ou d’une fédération professionnelle lorsqu’ils exercent pour un bureau de normalisation sectoriel. Enfin, ils peuvent être employés par de grandes entreprises, de tous secteurs d’activités, ayant besoin de mettre en place un processus de normalisation.

Compétences pour être Ingénieur normalisation

Qualités requises
Curieux :

L’ingénieur normalisation doit avoir de fortes capacités d’études et d’analyse, afin de cerner un problème dans sa globalité et de pouvoir en synthétiser les enjeux.

Bilingue :

La pratique de l’anglais est indispensable car les travaux de normalisation comportent une dimension internationale forte.

Ouvert :

L’ingénieur normalisation doit être ouvert et à l’écoute des besoins et des enjeux de ses différents interlocuteurs.

Savoir-faire

  • - Réaliser un plan qualité
  • - Contrôler la conformité d'application de procédures qualité
  • - Mettre en place des procédures qualité
  • - Former un public
  • - Sensibiliser un public à une démarche qualité
  • - Analyser les non-conformités et déterminer des mesures correctives
  • - Déterminer les évolutions et améliorations d'une démarche qualité
  • - Contrôler des données qualité
  • - Assister techniquement les services de l'entreprise ou les clients
  • - Animer une formation
  • - Réaliser une veille documentaire (collecte, analyse etc.)
  • - Contrôler la certification et la conformité des outils de mesure et de contrôle
  • - Contrôler la validité de qualification des moyens et des personnes (habilitation, autorisation, agrément)
  • - Piloter un projet

Savoir

  • - Démarche qualité
  • - Analyse statistique
  • - Dispositifs d'assurance-qualité
  • - Dispositifs d'agréments et certification
  • - Audit interne
  • - Méthodes et outils de résolution de problèmes
  • - Métrologie
  • - Techniques de laboratoire
  • - Mécanique
  • - Électricité
  • - Chimie
  • - Progiciels de Gestion Intégrée (PGI) / Enterprise Resource Planning (ERP)
  • - Technologie de Groupe Assistée par Ordinateur (TGAO)
  • - Logiciels de Gestion de Production Assistée Par Ordinateur (GPAO)
  • - Conception et Dessin Assistés par Ordinateur (CAO/DAO)
  • - Outils bureautiques
  • - Normes qualité
  • - Techniques pédagogiques
  • - Gestion de projet

(Source : ROME)

Comparer avec un ou deux autres métiers

Pour mieux choisir, comparez le salaire, le statut, le niveau d’accès, la tendance sur le marché du travail les métiers qui vous intéressent.

Salaire Ingénieur normalisation

Secteur privé

Découvrir la fourchette des revenus.

Emploi

Secteur privé

Repérer les débouchés en Île-de-France du domaine du management et ingénierie qualité industrielle dans lequel s’intègre mon métier : nombre d'emplois, géolocalisation, types de contrat, embauches prévues...

Choisir ma formation pour devenir Ingénieur normalisation

Il n’existe pas de formation type pour accéder au métier d’ingénieur normalisation. Un diplôme de niveau Bac + 5 est nécessaire.

Vous pouvez préparer un diplôme d’ingénieur ou un master universitaire, avec une spécialisation qualité-sécurité-environnement (QSE) ou tout autre domaine en rapport avec le secteur d’activité visé (santé, télécommunications…). Ce cursus peut être complété par une formation courte (auprès de l’AFNOR par exemple) visant à connaître le contexte et le système de normalisation.

Ces formations vous sont également accessibles par la voie de la formation continue des adultes, avec des durées variables en fonction de votre profil et de votre parcours. D’autres formations existent, comme le mastère spécialisé (MS) manager par la qualité : de la stratégie aux opérations, proposé par l’université de technologie de Compiègne (UTC).


Pour aller plus loin, consultez la liste nationale des certifications (correspondant au code ROME) : http://www.rncp.cncp.gouv.fr/grand-public/resultat?romeRNCP=H1502

Changer bouger

Identifier les métiers vers lesquels évoluer avec ou sans formation complémentaire.

Liens utiles

1
Ajouter un autre métier
2
Ajouter un autre métier
3
Ajouter un autre métier