Deuxième secteur industriel derrière les industries mécaniques, l'industrie agroalimentaire fabrique des biens de consommation à partir des produits issus de l'agriculture et de l'élevage. Yaourts, fromages, plats surgelés, pâtés, chocolat et autres confiseries sont issus de ces entreprises. Pour transformer et conserver les produits, l'industrie agroalimentaire utilise des technologies très avancées.

huileLa production s'est automatisée au cours des dernières années : les postes exigent plus d'autonomie et de polyvalence, ce qui implique des besoins accrus en personnel qualifié... d'autant que la sécurité alimentaire est devenue une priorité : les entreprises sont entrées dans une démarche qualité, à laquelle participent tous les salariés.

On distingue ainsi 8 grandes familles de produits et donc d'activités : viande, lait, sucre, produits alimentaires élaborés, produits à base de céréales, huiles, produits alimentaires divers, boissons et alcools. Pour mieux comprendre l’organisation de cette industrie, les métiers peuvent également être regroupés en grandes familles. On y trouve : la transformation des produits qui regroupe la production et le conditionnement ; la qualité qui garantit le respect des règles nécessaires à la satisfaction du client ; la recherche et développement ; les achats avec l’approvisionnement, le cheminement et l’expédition ; et le marketing/commercial.

Panorama du secteur

Les industries agroalimentaires transforment 70 % de la production agricole française. De l'opérateur polyvalent de fabrication de produits alimentaires à l'ingénieur recherche et développement en agroalimentaire, en passant par le conducteur de ligne de production, le boulanger industriel et le technico-commercial, les métiers de l'agroalimentaire sont variés.

Dans l'économie française, les industries agroalimentaires occupent une place de premier plan. Leader en termes de chiffre d’affaires avec 171 milliards d’euros en 2014, les industries agroalimentaires sont le 1er employeur industriel en France avec un effectif de près de 418 332 salariés (dont 21 636 en Île-de-France).

Un site à découvrir : Alimétiers

Réalisé par OPCALIM, ce portail vise à renforcer l’attractivité des métiers de l’alimentaire. Il informe sur les métiers et formations en lien avec le secteur alimentaire. http://alimetiers.com

chaîne agroalimentaire

Un secteur d'avenir, oui, mais pour les plus qualifiés!

Les industries agroalimentaires doivent relever plusieurs défis : concurrence mondiale croissante, évolution des attentes des consommateurs, automatisation des lignes de production, et nouvelles contraintes réglementaires (normes environnementales, traçabilité, emballages). Pour répondre à ces nouveaux enjeux, les entreprises cherchent à attirer et à fidéliser des profils de plus en plus qualifiés : techniciens pour la production, mais aussi logisticiens, commerciaux et responsables qualités.

Les besoins en recrutement sont encore renforcés par les nombreux départs à la retraite de salariés et de dirigeants du secteur, attendus au cours des prochaines années. Selon l’enquête Besoin de main-d’œuvre (BMO) 2017, l’Île-de-France a enregistré 3 679 projets de recrutements en 2017 dont 36 % étaient difficiles à pourvoir.

En effet, les IAA souffrent d'un déficit d'image et d'une méconnaissance de leurs métiers, entraînant des difficultés pour les recruteurs à trouver les compétences recherchées. Près de 10 000 emplois ne sont pas pourvus chaque année, notamment des postes de technico-commerciaux. L'agroalimentaire reste, malgré tout, un important vivier d'emplois.

L'agroalimentaire recrute à tous les niveaux, mais les entreprises recherchent essentiellement des diplômés de formations supérieures : du bac + 2 (techniciens) au bac + 5 (ingénieurs). Alors que certains diplômes donnent accès à plusieurs postes, d'autres sont spécifiques à un métier, voire à une famille de produits (viande, produits laitiers, etc.).

Les profils les plus recherchés: bac + 2 minimum

L’avantage est donné aux profils bac + 2 appréciés pour leurs acquis techniques et professionnels. Dans près de la moitié des offres (selon l’Association pour l'emploi des cadres, ingénieurs et techniciens de l'agriculture et de l'agroalimentaire – APECITA -) les employeurs cherchent essentiellement des diplômés de formations supérieures : bac + 2 (50 % des offres), bac + 3/4 (36 %) et bac + 5 (37 %).

L’industrie agroalimentaire (IAA) est friande des fonctions suivantes : technico-commerciales et celles liées à la production. L’automatisation croissante des process a également créé des besoins dans les services connexes à la production : logistique, qualité, achats, maintenance.alimentaire

 

Un secteur en bonne santé

Les industries agroalimentaires (IAA) constituent le 1er secteur industriel français en matière d’emploi et de chiffre d'affaires. Selon les « Tendances de l’emploi 2017 » de l’APECITA, les 17 647 entreprises du secteur ont réalisé un chiffre d'affaires de 171 milliards d'euros et employaient 382 284 personnes réparties sur tout le territoire national. Si le secteur compte 77 % d'entreprises de moins de 10 salariés (Source : ANIA), il tire également son dynamisme d'une poignée de grands groupes à la dimension internationale (Danone, Lactalis, Pernot Ricard, groupe Bigard, etc.). Ainsi, les 2 % d'entreprises comptant plus de 250 salariés emploient 46 % des effectifs salariés et réalisent plus de la moitié du chiffre d’affaires (54 %).

Selon le Panorama des IAA 2016, publié par le ministère de l'Agriculture et de l’Alimentation, les secteurs de la transformation de la viande et de la fabrication de produits laitiers regroupent 42 % de l’emploi des industries agroalimentaires. Par ailleurs, 21 % du chiffre d'affaires du secteur est réalisé à l'export, ce qui fait de la France le 4e exportateur mondial dans l'agroalimentaire derrière les États-Unis (1), l’Allemagne (2) et les Pays-Bas (3).

Les femmes dans l’agroalimentaire : encore sous-représentées….

Les femmes sont 37 % à travailler dans l’IAA, avec des disparités selon les secteurs d'activités : on les trouve en majorité dans la transformation et dans la qualité où elles représentent parfois entre 50 % et 60 % des effectifs.

Zoom sur l'agroalimentaire en Île-de-France

L'Île-de-France est la 5e région agroalimentaire de France, avec un chiffre d'affaires de près de 6,5 millions d'euros.

Selon les chiffres 2017 de l’APECITA, les industries agroalimentaires regroupaient en 2017, en Île-de-France, 1 340 établissements employant plus de 20 000 salariés, soit 6 % des effectifs des IAA françaises. Néanmoins, le secteur est en régression : 25 % des établissements ont disparu en moins de 10 ans.

ingénieursLa majorité de l'activité francilienne des IAA est occupée par des entreprises de petite taille (un tiers n’ont pas de salarié et 90 % ont moins de 20 salariés), situées surtout à Paris et en petite couronne. Mais la région concentre aussi les sièges sociaux et les centres de R&D des grandes entreprises du secteur. Elle abrite également le Marché d'intérêt national (MIN) de Rungis, 1er marché mondial de produits frais.

La majorité des effectifs est employée dans la production (plus de 50 %), dans la logistique (13,6 %), puis les achats (11,9 %), les supports (administration, RH) pour 9,3 % des salariés, la maintenance (7,7 %), la qualité (2,4 %), le contrôle et les analyses de laboratoire (2,4 %), la R&D et l’innovation (1,3 %) et enfin le marketing (1 %).

Toutes les catégories de produits sont représentées mais 4 dominent en Île-de-France sont : l’industrie des boissons ; les traiteurs (viandes et produits carnés, plats cuisinés, produits de la mer…) ; l’épicerie fine (thé, café, confiserie, chocolat, condiments…) ; et, enfin, le secteur de la meunerie, boulangerie, pâtisserie, pâtes. Pourtant sur des produits très transformés et souvent à haute valeur ajoutée, ces activités se révèlent assez déconnectées de la production agricole régionale, l'élevage n'étant pas une spécialité francilienne.

Une marque régionale. Portée par le Centre de valorisation et d’innovation agricole et alimentaire de Paris Île-de-France (Cervia) et la région Île-de-France, la marque « Mangeons local en Île-de-France » a été lancée pour renforcer l'image des productions et des savoir-faire franciliens. Pour en savoir plus, consultez le site www.mangeonslocal-en-idf.com.

Les formations dans l'agroalimentaire

Pour accéder aux métiers des industries alimentaires, il existe de nombreuses formations allant du CAP au diplôme d’ingénieur et correspondant à une multitude de métiers différents (logistique, production, maintenance, qualité...). Les formations sont plus ou moins longues et certaines commencent après la classe de 3e.

fromagerAu niveau CAP, on retrouve tous les diplômes liés à l'alimentation : boucher ; charcutier traiteur ; boulanger ; cuisine ; pâtissier... mais aussi liés par exemple à la logistique : opérateur logistique ; conducteur livreur de marchandises, etc.

Les bacs pro. Il est possible de préparer un bac pro boucher charcutier traiteur ; boulanger-pâtissier ; cuisine. Pour les fonctions de production ou de logistique, les bacs pro logistique, pilote de ligne de production, productique mécanique ou encore bio-industries de transformation sont appréciés des recruteurs.

Au niveau bac + 2, niveau d’études le plus recherché dans le secteur, on recense une douzaine de BTS, autant de DUT et huit BTSA (brevets de technicien supérieur agricole). Parmi les spécialités les plus prisées : le BTSA qualité dans les industries alimentaires et les bio-industries, les DUT qualité, logistique industrielle et organisation, DUT génie biologique option industries alimentaires et biologiques, DUT packaging, emballage et conditionnement. En maintenance, le BTS électrotechnique, le BTS conception et réalisation de systèmes automatiques ou le BTS maintenance des systèmes assurent une bonne insertion.

À partir de bac + 3, il est possible de préparer des licences puis des masters dans les domaines de la logistique, du management des risques ou à dominante achat et négociation.

À bac + 5. Enfin les diplômes d'ingénieur sont particulièrement prisés pour dans les activités de recherche et développement.

Découvrez les CQP du secteur

Un certificat de qualification professionnelle (CQP) est une reconnaissance professionnelle nationale définie et mise en œuvre paritairement par une branche professionnelle. Pour découvrir les CQP de l'agroalimentaire, consultez le site Opcalim : http://www.opcalim.org/CQP/Guide/outil/refemploicomp.html

Les métiers d'innovation

Innover, séduire, fidéliser... Dans les bureaux d'études et de recherche des entreprises agroalimentaires, des scientifiques - ingénieurs et techniciens - planchent en permanence sur de nouvelles saveurs, de nouvelles présentations, de nouveaux conditionnements.

La fonction Recherche & Développement est axée sur l'innovation. Elle est bien sûr scientifique. chercheurElle développe de nouvelles applications visant à la création ou à l'amélioration des produits. Elle supervise les essais pour passer du laboratoire à la production. Selon l’ANIA, cette fonction est en relation avec 6 axes : produits ; marketing ; process ; organisation ; environnemental ; service (modalités de distribution tel que le e-commerce).

La fonction R & D consiste également à faire évoluer le niveau technologique de l'entreprise. L'innovation peut être confiée à un service au sein de l'entreprise ou à un conseil extérieur.

Les entreprises du secteur consacrent en moyenne moins de 2 % de leur valeur ajoutée à des dépenses de R&D, soit une part assez faible comparée aux autres secteurs industriels. Cela porte aussi bien sur des extensions de gamme, la recherche de nouveaux produits que sur l'évolution du packaging ou la prise en compte du développement durable, de la santé et du bien-être des consommateurs. Cette fonction regroupe 1,3 % des effectifs. Elle compte près de 47 % de femmes au sein de ses laboratoires de recherche.

En Île-de-France (avec la région Centre incluse dans les statistiques), on dénombre 17 % des effectifs nationaux pour cette famille de métiers derrière les régions du Sud de la France.

 

Exemples de métiers:

Diététicien(ne) Ingénieur(e) en biotechnologie Ingénieur(e) Recherche et Développement en agroalimentaire 

Les métiers de la qualité

Outil central du management de la qualité dans l'entreprise, la fonction qualité met en œuvre la politique définie par la direction. Elle organise et garantit le respect des règles aboutissant à la satisfaction du client.

hygièneC'est une fonction transversale : elle va de l'approvisionnement jusqu'à la consommation finale à travers l'ensemble des fonctions de l'entreprise.

Elle intègre les contrôles en cours de fabrication, maîtrise la traçabilité et la sécurité sanitaire des aliments et peut aller jusqu'à la certification.

Cette fonction Qualité regroupe environ 2 à 4 % des effectifs. Reflétant les exigences accrues des consommateurs en matière de sécurité alimentaire, la progression la plus importante est centrée sur la thématique « Qualité, hygiène, sureté, sécurité, environnement ». La fonction est fortement féminisée comptant un peu plus de 60 % de femmes parmi ses salariés.

L'Île-de-France (en y incluant la région Centre) est la 2e région française pourvoyeuse d'emploi dans le secteur Qualité avec 19 % des effectifs.

Exemples de métiers:

Qualiticien(ne) Chargé(e) de sécurité hygiène environnement

Les métiers de la production

Les emplois de l'agroalimentaire se situent majoritairement dans la production. Largement automatisée, celle-ci suit également des règles d'hygiène et de sécurité de plus en plus strictes.

saucissesLa fonction production est le cœur de l'entreprise. Elle offre le maximum d'emplois. La production regroupe la fabrication et le conditionnement. Elle réalise les opérations de transformation des matières premières en produits finis. Elle respecte les règles de qualité, de sécurité des personnes et des biens, de productivité et de délai. La fonction de production regroupe 55 à 68 % des effectifs.

Le métier d'opérateur de production (fabrication et conditionnement) et celui de conducteur de machine de production recouvrent à eux seuls près d'un tiers de tous les salariés du secteur !

Cette famille de métiers qui intègre le conditionnement est majoritairement féminin. L'automatisation du conditionnement, qui induit une réduction de la pénibilité, renforce cette tendance.

L'Île-de-France et le Centre regroupent moins de 10 % des salariés de la production.

Les métiers de l'alimentation se singularisent par la taille de leurs entreprises : environ 13 % d'entre elles comptent seulement plus de 5 salariés.

 

Exemples de métiers:

Agent(e) de maintenance en mécanique industrielle Conducteur(trice) de ligne de production agroalimentaire Conducteur(trice) d'installations automatisées Opérateur(trice) polyvalent(e) de fabrication de produits alimentaires Technicien(ne) en automatismes Traiteur Boucher Pâtissier(ère) Artisan boulanger

Les métiers du marketing

Dans un secteur très concurrentiel, les profils commerciaux jouent un rôle clé. Les entreprises agroalimentaires recherchent en priorité des professionnels technico-commerciaux.

export

Vendre des produits, fidéliser la clientèle et développer les parts de marché de l'entreprise, petite ou grande. Dans l'artisanat et le commerce alimentaire de proximité, la relation client / consommateur final est quotidienne. Et dans l'agroalimentaire, sans commercial, pas de vente !

La fonction marketing et vente relève d'un ensemble très structuré de compétences : de la stratégie de développement à la vente en passant par le marketing, le technico-commercial, les réseaux de distribution, la promotion des ventes, la mise en valeur des produits en boutique, l'export, l'administration des ventes et l'après-vente. Le marketing regroupe de 10 à 17 % des effectifs.

Cette famille de métiers (hors artisanat et commerce alimentaire) est féminisée comptant plus de 60 % de femmes dans ses effectifs. Environ 27 % de la fonction Marketing est assurée dans la région francilienne, auxquels il faut ajouter environ 21 % de l'activité d'achats, ventes et commercialisation de l'agroalimentaire.

Exemples de métiers:

Acheteur(euse) Technico-commercial(e) en industrie agroalimentaire Responsable marketing Marchandiseur

Les métiers de l'organisation

Parce que leur production est le plus souvent périssable, les entreprises agroalimentaires s'appuient sur une organisation logistique très élaborée qu'elles sous-traitent ou gèrent en interne.

Logisticien(ne)

logisticienLe logisticien orchestre le transport de marchandises. Il est au cœur de toutes les opérations nécessaires à l'arrivée d'un produit en rayon ou à l'approvisionnement des industries en matières premières pour la production. Son objectif : trouver le moyen le plus efficace pour le transit et le stockage, mais aussi le plus économique pour l'entreprise. Achat, stockage, commercialisation, production : toutes ces unités ont leurs propres contraintes, que le logisticien doit concilier pour rendre l'ensemble efficace. C'est un négociateur avant d'être un décideur.

  • Un métier technique

Rationaliser, optimiser, calculer, anticiper : la logistique est un métier qui exige d'être précis et concret. Une erreur à l'un ou l'autre stade du transport ou du stockage peut coûter cher à l'entreprise. Le logisticien doit appréhender l'entreprise dans son ensemble et le contexte dans lequel elle évolue. Méthodique, il est capable d'ingurgiter et d'analyser une somme d'informations très diverses.

  • Les formations pour devenir logisticien

Après l'obtention d'un bac général, un bac STMG (sciences et technologies du management et de la gestion), voire un bac pro, comme le bac pro logistique, vous pouvez suivre plusieurs voies pour devenir logisticien.

logisticienneLe BTS transport et prestations logistiques et le DUT gestion logistique et transport sont les diplômes de base pour accéder à la profession. Ils se préparent en 2 ans et peuvent être suivis d’une licence professionnelle (bac + 3) comme la licence pro logisticien d’entreprise ou organisateur de transports multimodaux et internationaux de marchandises (CNAM), la licence pro responsable d’exploitation (Université Paris Est Créteil Val de Marne), la licence pro management de la chaîne logistique (Université Évry-Val d’Essonne), etc. Toutefois, un niveau bac + 5 est souvent demandé pour un poste d'encadrement.

À l'université. Vous pouvez préparer en 2 ans, après une licence (bac + 3), un master professionnel ou recherche (bac + 5). On peut citer le master pro management de projets logistiques (Université Paris 2 Panthéon Assas), le master pro transports internationaux (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), le master pro affaires internationales et négociations interculturelles (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), le master pro e-logistique et supply chain durable (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), le master pro logistique et achats internationaux (Université Paris Est Créteil Val de Marne), le master pro transports, logistique, territoires et environnement (Université de Cergy-Pontoise). Les masters de la filière logistique ouvrent la voie à des fonctions de responsable logistique.

En école de commerce et d’ingénieurs. Les diplômés d'écoles de commerce et d’écoles d'ingénieurs sont également les bienvenus.

En école spécialisée. Enfin, vous pouvez également suivre l'une des formations proposées par des écoles spécialisées gérées par les organismes professionnels du secteur (écoles des groupes AFTRAL et Promotrans).

  • Où se situent les débouchés?

Les entreprises de logistique et de transports recrutent des logisticiens débutants. Dans les grandes entreprises, les débouchés sont à la hausse. Ils se situent principalement dans les secteurs du transport et du commerce, mais aussi dans l'électronique, la construction mécanique et électrique, l'agroalimentaire, la chimie et la pharmacie.

Voir la fiche détaillée

 

Responsable d'ordonnancement

 

Le responsable d'ordonnancement est un spécialiste de la coordination et de la prévision. Il travaille majoritairement dans l'industrie et prend en charge la planification de la production. Mettre en place un planning de production signifie rencontrer les responsables de différents services, négocier avec chacun, être attentif aux difficultés propres à chaque métier. Pour être responsable d'ordonnancement, il faut avoir le sens du contact et faire preuve d'ouverture.

La production est souvent émaillée d'imprévus : matières premières non livrées, incidents techniques, produits défectueux... Disponible, le responsable d'ordonnancement ne craint pas de voir son emploi du temps bousculé. Enfin, ce métier exige une grande souplesse car il faut en permanence composer avec les contraintes des différents services de l'entreprise.femme d'affaires

  • Un bac + 2 pour débuter

Si les entreprises recrutent les jeunes diplômés à partir de bac + 2, vous n'obtiendrez un poste de responsable qu'après plusieurs années d'expérience. Le BTS productique bois, option B production et gestion industrielle, le BTS assistance technique d'ingénieur, le BTS conception des processus de réalisation de produits, le DUT qualité, logistique industrielle et organisation option organisation et gestion des flux et le DUT génie mécanique et productique se préparent en 2 ans après le bac.

À l’université. Les universités délivrent des licences professionnelles (bac + 3) adaptées à ce type de fonction, en production industrielle notamment. On peut citer, par exemple, la licence pro métiers de l’industrie : gestion de la production industrielle parcours informatique industrielle, automatisme et productique (Nanterre). La plupart des responsables d'ordonnancement sont ingénieurs ou titulaires d'un diplôme de niveau bac + 4 / bac + 5. Citons par exemple le master génie industriel parcours ingénierie de la production et de la conception de produit (Marne-la-Vallée).

En école d’ingénieurs. Elles offrent des enseignements qui permettent de se tourner vers la gestion de production ou l'organisation du travail. Elles nécessitent également 5 ans d'études après le bac.

  • Qui recrute?

Les postes se trouvent essentiellement dans les grandes entreprises industrielles : constructeurs automobiles ou aéronautiques, fabricants d'équipements industriels, industries agroalimentaires ou textiles. Les PME et les PMI font de plus en plus appel aux responsables d'ordonnancement. Leurs fonctions sont souvent plus larges que dans une grosse structure et peuvent englober les achats, l'approvisionnement, la livraison, etc. Comme toute entreprise, les industries agroalimentaires ont également besoin de professionnels qui occupent des fonctions dites « transversales » : assistants de direction ou de gestion, comptables, contrôleurs de gestion, personnel des ressources humaines, informaticiens, chargés de communication, etc.

Voir le fiche détaillée

Mes ressources utiles

ANIA

Association nationale des industries agroalimentaires, 21, rue Leblanc, 75015 Paris tél. 01 53 83 86 00

https://www.ania.net/

 

ARIA Île-de-France

Association régionale des industries agroalimentaires, ZI La Marinière, 34, rue de Gutenberg, 91071 Bondoufle cedex, tél. 06 70 17 04 20

http://www.aria-idf.net/

 

IFRIA

Institut de formation régional des industries alimentaires d'Île-de-France, 44, rue d'Alésia, 75014 Paris, tél. 01 53 91 45 15

http://idf.ifria.fr/

 

OPCALIM

OPCA des industries alimentaires, de la coopération agricole et de l'alimentation en détail 20, place des Vins de France, CS11240 75603 Paris cedex 12, tél. 01 40 19 41 00

http://www.opcalim.org/

 

 

Métiers et secteurs

 

Alimétiers

Réalisé par OPCALIM, ce portail vise à renforcer l’attractivité des métiers de l’alimentaire. Il informe sur les métiers et formations en lien avec le secteur alimentaire.

http://alimetiers.com/

 

ANEFA

Association nationale pour l’emploi et la formation en agriculture

Découvrez ce site dédié à la promotion de l'emploi et de la formation en l'agriculture : des vidéos, des fiches métiers et formations sont au rendez-vous.

http://www.anefa.org

 

ANIA

Association nationale des industries alimentaires

Un annuaire des organismes (syndicats et fédérations) adhérents de l'association, des informations sur les métiers, les actualités du secteur.

https://www.ania.net/

 

Aslog

Association française de la supply chain et de la logistique

Un site sur lequel se retrouvent tous les acteurs de la logistique, appelée également supply chain. À consulter notamment pour se tenir informé de l'actualité du secteur et pour ses informations sur les métiers (rubrique Outils).

https://www.aslog.fr/

 

CNEAP

Conseil national de l'enseignement agricole privé

Des dossiers complets sur les métiers et les formations des secteurs agricole et agroalimentaire. Il est aussi possible de trouver une formation selon le diplôme ou la région.

http://www.cneap.fr/

 

Comité Adebiotech

Le comité Adebiotech est un think tank qui soutient tous les secteurs des biotechnologies en France et au niveau international (organisation de colloques, publications...).

http://www.adebiotech.org

 

FCD

Fédération du commerce et de la distribution

La FCD réunit plus de 80 enseignes de grande distribution à prédominance alimentaire et de distribution spécialisée. Sur son site, vous trouverez une présentation détaillée du secteur de la distribution, complétée par un guide illustré des métiers et des filières de formation ainsi que par un blog.

http://www.fcd.asso.fr

 

Ministère de l'Agriculture et de l’Alimentation

À côté des informations officielles du ministère, retrouvez la webTV, les études et prospectives proposées sur le site.

http://agriculture.gouv.fr/

 

 

Choix de formations – orientation

 

Educagri

site de l'enseignement agricole

Le site officiel d'information et de promotion des établissements publics d'enseignement agricole vous présente la diversité de l'enseignement agricole : secondaire, technique et supérieur. Au menu : description des diplômes, du secteur et nombreuses informations pour devenir enseignant. En prime : des liens vers les concours ou les manifestations liées à l'agriculture et à l'environnement.

http://www.educagri.fr

 

Enseignement agricole français

L’enseignement et la formation aux métiers de l’agriculture, de la forêt, de la nature et des territoires est ouvert à tous. Il accueille des élèves, étudiants, apprentis et stagiaires de la formation continue, de la classe de 4e jusqu’au doctorat. Production agricole, services aux personnes, aménagement du paysage, soin des animaux, agroalimentaire... Autant de métiers variés auquel l’enseignement agricole prépare et qui sont à découvrir dans la thématique Enseignement et recherche du site du ministère de l'Agriculture et de l’Alimentation

http://agriculture.gouv.fr/thematique-generale/enseignement-recherche

 

Ma voie scientifique

Ce site pédagogique de l'ONISEP permet de se projeter dans des études puis une carrière scientifique : débouchés de chaque formation, résultats d'une étude sur les jeunes dans les métiers scientifiques et techniques, 100 vidéos métiers, etc.

http://mavoiescientifique.onisep.fr/

 

UNMFREO

Union nationale des maisons familiales rurales d'éducation et d'orientation

Une recherche par secteur professionnel permet d'identifier toutes les formations proposées par l'Union des maisons familiales dans le domaine de l'agroalimentaire / alimentaire.

http://www.mfr.asso.fr

 

 

Écoles - organismes de formation

 

AFTRAL

L'AFTRAL (Apprendre et se former en transport et logistique, ex-AFT-Iftim) est l'organisme de formation du secteur des transports et de la logistique et du tourisme. Son site vous offre notamment la possibilité de découvrir les métiers du transport et de la logistique, ainsi que les formations du secteur, du CAP à bac + 6.

http://www.aftral.com/

 

Enil Alternance

Ce site présente les différents diplômes possibles et des fiches métiers succinctes dans les domaines de l'agroalimentaire, la qualité, les biotechnologies ou encore l'environnement. Il recense des offres d'emploi en apprentissage ou en contrat de professionnalisation.

https://enilalternance.fr/

 

IFRIA Apprentissage

Ce site du réseau de formation de l'industrie alimentaire présente les formations, l'apprentissage et des offres de contrats d'apprentissage à travers la France.

http://www.ifria-apprentissage.fr/

 

PROMOTRANS

organisme de formation en transport et logistique

Promotrans est l'un des plus gros organismes de formation en transport, logistique et maintenance, notamment en alternance. Il dispose de plus de 28 centres de formation répartis sur toute la France. Les formations proposées vont du CAP au mastère spécialisé (bac + 6). Sur le site du groupe, une présentation de tous les métiers du secteur est à votre disposition.

http://www.promotrans.fr/

 

Réseau F2A

Ce site est réalisé par le F2A, réseau d'établissements publics d'enseignement agricole. Il propose de découvrir son organisation et son offre de formation.

http://www.preference-formations.fr/

 

Emploi et recrutement

 

Agrojob

Un portail très complet pour les chercheurs d'emploi dans l'agroalimentaire, l'agriculture, l'environnement : offres d'emploi, de stages et d'intérim, des modèles de CV, un annuaire d'entreprises, un dictionnaire de 3 000 termes du secteur et même un forum.

http://www.agrojob.com

 

APECITA

Association pour l'emploi des cadres, ingénieurs et techniciens de l'agriculture et de l'agroalimentaire

Le site de cette association, qui accompagne et conseille chercheurs d'emploi et entreprises, diffuse des offres d'emploi.

http://www.apecita.com

 

CDAF

Compagnie des dirigeants d'approvisionnement et acheteurs de France

Ce site propose des informations sur les formations, des liens utiles et une indispensable rubrique emploi, qui offre la possibilité de déposer son CV en ligne.

http://www.cdaf.asso.fr

 

Distrijob

Ce site a été créé en 2000 par des professionnels de la distribution, avec pour ambition d'offrir un moyen simple, rapide et efficace pour mettre en relation les candidats et les employeurs des métiers de la distribution. Offres d'emploi, fiches métiers, conseils pratiques, indications de salaire vous y attendent.

http://www.distrijob.fr

 

INRA

Les modalités de recrutement pour ceux, chercheurs, ingénieurs ou techniciens, qui souhaitent rejoindre l'INRA, institut national de la recherche agronomique.

http://www.inra.fr

 

Job Agroalimentaire

Créé en 2013 par l'Apecita, Jobagroalimentaire.com met en relation des recruteurs avec des professionnels ou futurs professionnels du secteur.

http://www.jobagroalimentaire.com/

 

Outils pédagogiques

 

ChloroFil.fr

Ce site constitue un espace d'information, d'échanges et de travail au service de tous les membres et partenaires de la communauté éducative de l'enseignement agricole français. Les documents et services proposés sont organisés autour de grandes thématiques : système éducatif agricole ; emploi, concours, formation et carrière ; diplômes et référentiels ; vie scolaire et étudiante ; ressources et pratiques éducatives.

http://www.chlorofil.fr

 

Actualités spécialisées

 

CTCPA

Centre technique de la conservation des produits agricoles

De nombreuses informations sont proposées sur la conservation des produits agricoles, les innovations dans le secteur, ainsi qu'un agenda des manifestations professionnelles.

http://www.ctcpa.org

 

Linéaires

Un site riche qui présente toute l'actualité des linéaires : nouveaux produits, merchandising et dossiers professionnels. A consulter également, les offres d'emploi.

http://www.lineaires.com

 

LSA

Libre-service actualités

Magazine en ligne dédiée à l'actualité des industries de la grande distribution et de la consommation de masse. Suivi des lancements de nouveaux produits, des campagnes de communication, de la vie des entreprises, du secteur agroalimentaire, des formations, etc. Également, des offres d'emploi en ligne.

http://www.lsa.fr

 

Ministère délégué à l'industrie

Pour tout savoir sur la politique et l'actualité des industries françaises.

http://www.industrie.gouv.fr

 

Études et statistiques

 

Agreste, la statistique agricole

Des enquêtes pour mieux comprendre le secteur : les évolutions de production, les développements des filières, la conjoncture économique de l'agroalimentaire, etc.

http://www.agreste.agriculture.gouv.fr

 

Direction générale des entreprises

Pour tout savoir sur la politique et l'actualité des industries françaises.

https://www.entreprises.gouv.fr/

 

Observia

Créé en 2004, cet observatoire des métiers et des qualifications des industries alimentaires permet une meilleure connaissance du secteur, des métiers existants et des besoins futurs des entreprises.

http://www.observia-metiers.fr

 

Crédits photos

© Riccardo_Mojana © branex © shironosov © lordn © andresr © JackF © SeventyFour © Traimak_Ivan © vaximilian © alija © monkeybusinessimages © 7postman © Drazen_