Néegamer dans les années 80, l’industrie française du jeu vidéo n'en finit pas de grandir et de se structurer. Selon le SNJV, Syndicat national du jeu vidéo, son chiffre d’affaires en 2016 s’élevait à 3,46 milliards d’euros (consoles, logiciels, jeux dématérialisés). Toujours selon le SNJV et son baromètre annuel 2016, ce secteur reste très dynamique et concerne 750 entreprises, dont 366 en Île-de-France, région qui concentre l’essentiel de l’activité avec l’Occitanie et l’Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Création et développement en tête

L’industrie du jeu vidéo s’appuie sur 4 activités principales : la recherche & développement, l’édition, la fabrication de consoles, la distribution.

Les entreprises françaises du jeu vidéo ont, dans leur grande majorité, une activité de création et de développement de jeux (69 %). Les activités d’édition ou de distribution restent marginales, mais progressent. La société bordelaise Asobo studio a été sacrée en 2016 « meilleur éditeur et créateur de jeux vidéo » lors de la 6e édition du Top 250 des éditeurs et créateurs de logiciels du Syndicat national français du jeu vidéo.

code HTML

Le marché du jeu vidéo connaît depuis plusieurs années un très fort développement. Diversification des types de jeux, développement de nouveaux supports, possibilités technologiques toujours plus poussées…

Les opportunités de croissance du secteur sont nombreuses et durables.

C’est actuellement le marché des jeux pour mobiles qui connaît l’évolution la plus spectaculaire. De même, les jeux en ligne et les dispositifs d’interaction entre jeux vidéo, musique et cinéma sont en plein essor.

« Développer le secteur du jeu vidéo » est l’une des 57 actions consignées dans le Plan France numérique 2012-2020 mis en place en 2011 par le Gouvernement pour développer l’économie numérique.

Des profils hautement qualifiés

La compétence des professionnels français du jeu vidéo est reconnue dans le monde entier. Il s’agit d’une main d’œuvre jeune (29 ans d’âge moyen), masculine, et hautement qualifiée. Selon le bilan 2016 du SNJV, les métiers issus de l’informatique et les métiers de la création sont ceux qui constituent la majorité des effectifs dans les entreprises (métiers liés à l’image, au design…).

Parallèlement, la majeure partie des embauches concerne les fonctions de production, et plus spécifiquement la programmation. Les activités graphiques, ainsi que la fonction marketing & commerciale, offrent également de belles opportunités à ceux qui veulent intégrer le secteur. Toujours selon le SNJV, en 2017, 750 emplois devraient avoir été créées.

bon à savoirRéférentiel 2017 des métiers du jeu vidéo

 

Sur le site du SNJV, vous trouverez une bible précieuse : le référentiel 2107 des métiers des jeux vidéo et les rémunérations du secteur pour chaque métier décrit.

Les femmes encore trop peu présentes

Les femmes sont encore peu nombreuses parmi les professionnels des jeux vidéo. Elles sont davantage présentes chez les éditeurs (25 %) que dans les studios de développement (15 %). Leur nombre ne cesse d’augmenter et selon le SNJV, elles jouent aujourd’hui presque autant que les hommes alors que ce loisir était encore typiquement masculin il y a quelques années.

femme jeu vidéo

Pour lutter contre cette situation et aider les professionnelles de l'industrie, trois femmes ont fondé en septembre 2017 l’association Woman in Games France pour promouvoir un peu plus la mixité dans ce secteur.

Leur première initiative consiste déjà à rassembler les femmes qui y travaillent afin qu’elles partagent leur expérience et leur expertise à l’occasion de conférences, tables rondes, interviews, ou visites dans les écoles de jeu vidéo.

Un BAC + 2 minimum pour commencer

De bac + 2 à bac + 5 les formations sont variées. Pour débuter dans ce secteur il faut que la formation ait un lien avec la conception, l’image, le design, la programmation ou le marketing pour ceux qui veulent être commerciaux.

À bac + 2/3. À bac + 2, citons, par exemple, le BTS design graphique, le DUT informatique ou le DMA (diplôme des métiers d’art) cinéma d’animation. Le DNA (diplôme national d’art à bac + 3) est un diplôme d’art qui permet comme le BTS d’être par exemple graphiste assistant.

À bac + 5. On dénombre en France une vingtaine d’écoles spécialisées dans le jeu vidéo dont beaucoup sont de renommée internationale. Il s’agit très majoritairement d’écoles privées. Parmi les plus réputées, on peut citer Gobelins - École de l’image (Paris), LISAA (Paris), ISART Digital (Paris), Supinfogames (Aulnoy-les-Valenciennes) ou encore l’ENJMIN (Angoulême).

création d'un jeuChaque école possède sa ou ses spécialité(s). La section « animation et jeu vidéo » de LISAA, par exemple, prépare aux métiers du game design et à la gestion de projet. Enfin, les programmeurs sortiront plus volontiers d’une école d’ingénieurs et les commerciaux d’une école de commerce.

Attention : quelles que soient la formation suivie et la fonction visée, polyvalence, créativité, goût du travail en équipe et maîtrise de l’anglais sont indispensables pour réussir dans ce secteur atypique.

Un site à découvrir

Capital Games est une association professionnelle (ou « cluster »), labellisée « Grappe d’entreprises ». Son objectif est de pérenniser l’industrie du jeu vidéo à Paris et en Île-de-France, et de faire rayonner la créativité des studios franciliens.

Sur son site, vous trouverez les chiffres clés du jeu vidéo en Île-de-France, des offres d’emploi, des portraits de personnalités du secteur.

Les métiers de la conception et du jeu

La conception d’un jeu vidéo est un processus complexe qui implique différents profils de professionnels : des créatifs bien sûr, mais aussi des managers, des techniciens, des spécialistes du graphisme… Dotés d’une solide culture du jeu vidéo, ces passionnés à l’imagination débridée s’efforcent d’avoir toujours une longueur d’avance sur la concurrence.

Chef de projet

chef de projetLe chef de projet orchestre la création du jeu vidéo. Il programme l’intervention des différents collaborateurs (game designers, graphistes, développeurs, etc.) et supervise leur travail. Il veille aussi au respect du budget et du planning définis par le cahier des charges. Il doit connaître parfaitement les différents métiers réunis au sein de son équipe. Une expérience significative dans le jeu vidéo est donc nécessaire pour briguer ce poste. De même, des compétences à la fois techniques et managériales sont indispensables.

Du côté des formations...

Plusieurs parcours conduisent au métier de chef de projet : Gobelins - École de l’image, ISART Digital, l’ICAN, l’IIM etc. Hors Île-de-France, on peut citer également Supinfogame (Aulnoy-les-Valenciennes) et l’ENJMIN (Angoulême).Ces écoles sont accessibles, selon les cas, à bac, bac + 2, bac + 3 ou bac + 4, pour des cursus en 1, 2 ou 3 ans.

L’autre voie possible consiste à passer par une école de commerce ou par une école d’ingénieurs en informatique.

Du côté des débouchés...

Les éditeurs et les développeurs de jeux vidéo recherchent des chefs de projet pour animer les équipes de graphistes, de concepteurs et de développeurs. Plus généralement, il existe pour ce profil des opportunités d’emploi dans toutes les entreprises tournées vers le multimédia : édition, communication, web, etc.

Voir la fiche détaillée.

Game designer

Le game designer conçoit, à partir d’un synopsis, tous les mécanismes d'un jeu vidéo : l'enchaînement des scènes, l’attitude des personnages, les fonctionnalités, etc. L’interactivité rend sa tâche très complexe car il doit se mettre en permanence dans la peau des joueurs et anticiper toutes leurs envies : prendre une direction plutôt qu’une autre, entrer en contact avec un personnage, utiliser un accessoire, etc. Son objectif est de créer un environnement ludique qui captera durablement l’attention du joueur. En résumé, c’est lui qui élabore le scénario du jeu. Le métier de scénariste, lui, n'existe pas réellement dans le secteur des jeux vidéo. On peut éventuellement parler d'auteur.

Du côté des formations...

Si le métier de game designer compte encore des autodidactes, une formation adaptée vous aidera à intégrer le secteur du jeu.game designer

À bac + 2/3. Il vous faut obtenir au minimum un diplôme bac + 2 en création multimédia, informatique ou graphisme : BTS design graphique, BTS métiers de l'audiovisuel (options métiers de l'image ; métiers du son ; métiers du montage et de la post-production), DUT informatique, etc. Il existe aussi des formations universitaires. On peut citer, à bac + 3, la licence pro techniques et métiers de l’image et du son, parcours créations et développements numériques en ligne (CDNL) à Paris 8.

À bac + 5. Le master jeux et médias interactifs et numériques (JMIN), avec l'option game design, est coaccrédité par le CNAM, l’université de la Rochelle et l’université de Poitiers. Cette formation est accessible, après un bac + 3 minimum dans les domaines du scénario et de la réalisation audiovisuelle, des lettres, de l’information-communication, de l’écriture multimédia.

Les écoles spécialisées. Par ailleurs, plusieurs écoles privées proposent des cursus spécialisés parmi lesquelles, pour l’Île-de-France, ISART Digital (formations en game design à bac + 3 et bac + 4), l’ICAN (filière game design à bac + 3 et bac + 5) ou encore ITECOM Art Design (formation à bac + 3 en animation et réalisation 3D).

Du côté des débouchés…

Comme dans tous les métiers de la production de jeu vidéo, un bon niveau d'anglais est indispensable. Les sociétés éditrices de jeux vidéo sont les seules à employer des game designers. Les postes à pourvoir restant rares en France, les plus talentueux se tournent vers l'Angleterre ou le Canada.

Voir la fiche détaillée.

Level designer

Lors du développement d’un jeu vidéo, le level designer imagine et façonne les différents niveaux de jeu qui seront proposés aux joueurs. Sans jamais s’éloigner des objectifs fixés par le game designer, il imagine, par exemple, des événements et des obstacles qui freineront la progression du joueur, mettant encore plus de piment dans l’interactivité !

Du côté des formations…

À bac + 2/3. Pour devenir level designer, vous devez obtenir au minimum un diplôme bac + 2 en informatique ou en infographie : BTS design graphique, DUT informatique, etc. Il existe aussi quelques formations universitaires adaptées. On peut citer, à bac + 3, la licence pro techniques et métiers de l’image et du son, parcours créations et développements numériques en ligne (CDNL) à Paris 8.

À bac + 5, le master jeux et médias interactifs et numériques (JMIN), option game design. Cette formation est accessible, après un bac + 3 minimum en écoles d'art ou dans les domaines du scénario et de la réalisation audiovisuelle, des lettres, de l’information-communication, de l’écriture multimédia.

Les écoles spécialisées. Par ailleurs, plusieurs écoles privées proposent des cursus spécialisés parmi lesquelles, pour l’Île-de-France, ISART Digital (formations en game design à bac + 3 et bac + 4), l’ICAN (filière game design à bac + 3 et bac + 5) ou encore ITECOM Art Design (formation à bac + 3 en animation et réalisation 3D).

Du côté des débouchés…

Comme dans tous les métiers de la production de jeu vidéo, un bon niveau d'anglais est indispensable. Seules les sociétés créatrices de jeux vidéo emploient des level designers. Les postes à pourvoir en France restant rares, les plus talentueux se tournent vers l'Angleterre ou le Canada.

Sound designer

sonLa bande son est un élément essentiel du jeu vidéo. Elle contribue à créer l’ambiance générale du jeu et souligne, à grand renfort de bruitages et de musiques, les différentes actions des personnages. Le son rend tout simplement le jeu plus vivant ! Le rôle du sound designer, qui consiste à concevoir l’univers sonore du jeu, est donc primordial. Il analyse les besoins sonores en fonction de l’atmosphère du jeu, du développement de l’action, de la typologie des personnages, etc. Il se charge ensuite de créer des sons à partir de banques de sons, de captations ou de programmes informatiques. Il peut également composer des musiques ou les commander à des musiciens.

Du côté des formations…

S’il n’existe pas de parcours type pour devenir sound designer, une formation d’ingénieur du son ou de musicien, doublée d’une grande aisance dans le domaine de l’informatique, vous mèneront vers ce métier.

À bac + 2/3 citons néanmoins le BTS métiers de l’audiovisuel, option métiers du son ou la formation d’un an de sound designer dispensée à EICAR, accessible après un bac + 2. À l’université de nombreuses licences pros sont proposées en design sonore.

Citons également à bac + 5, le master jeux et médias interactifs et numériques (JMIN), option conception sonore, formation accessible, après un bac + 3 minimum. À l’université citons le master pro proposées en réalisation sonore de l’université d’Aix-Marseille 1).

Du côtés des débouchés…

Le métier de sound designer est récent en France et les débouchés restent confidentiels. Toutefois, il devrait se développer dans les prochaines années, les développeurs de jeux vidéo et les agences web étant de plus en plus nombreux à faire appel au savoir-faire de ce professionnel.

Voir la fiche détaillée.

Les métiers du graphisme

Le graphisme, c’est la toute première chose que l’on voit d’un jeu vidéo. Il doit attirer l’œil, surprendre, « happer » le joueur jusqu’à lui faire oublier le monde réel. Créatifs dotés de compétences informatiques pointues, les professionnels du graphisme (infographistes, animateurs 3D, directeurs artistiques…) s’autoforment en permanence pour rester en phase avec les avancées technologiques.

Animateur(trice) 3D

L'animateur 3D anime les personnages, objets et décors du jeu vidéo en fonction du game play (c'est-à-dire l’architecture du jeu et la façon dont les parties se jouent), de la narration et des contraintes techniques. Pour exercer cette profession, vous devez connaître les techniques d’animation traditionnelles tout en maîtrisant les méthodologies de production liées à l’utilisation de l’outil informatique.

Du côté des formations…

Des études en relation avec les arts graphiques du secteur technique ou artistique et une formation en infographie sont à privilégier pour exercer ce métier.

À bac + 2/3. Vous pouvez envisager un BTS design graphique option communication et médias numériques un DUT métiers du multimédia et de l’Internet ou encore le DMA cinéma d’animation (5 établissements dont 2 dans la région Paris-Île-de-France : l’École Estienne et lycée Sainte Geneviève à Paris).

La plus prestigieuse formation dans ce domaine est celle dispensée par les Gobelins : la licence professionnelle techniques et activités de l’image et du son, parcours gestion de la production audiovisuelle (animation, cinéma et télévision).

À bac + 4/5. Toujours aux Gobelins, il vous est également possible de préparer en 4 ans le diplôme de concepteur et réalisateur de films d'animation, accessible après un bac général ou technologique, visant le métier d'animateur pour jeux vidéo.

Du côté des écoles, l’ENSAD (École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs) propose un diplôme de concepteur-créateur en cinéma d’animation (5 ans après le bac, accès sur concours).

Du côté des débouchés…

L'animateur 3D exerce ses talents dans les bureaux de création des sociétés de production ou d'édition de jeu vidéo et, plus généralement, dans tout le secteur multimédia (cinéma, web, etc.).directrice artistique

Voir la fiche détaillée.

Directeur(trice) artistique

Le directeur artistique est responsable du contenu artistique d’un projet de jeu, du concept à la livraison. C’est lui également qui supervise l’activité des graphistes qui participeront à la création de ce jeu. Pour devenir « DA », vous devez posséder une solide culture artistique, des compétences managériales, mais aussi une expérience significative en matière de création de jeu. Ce poste n’est jamais confié aux débutants !

Du côté des formations…

Nombreux sont les DA qui possèdent, à la base, une formation de graphiste.

À bac + 2/3. Pour devenir graphiste, vous pouvez vous orienter, une fois le bac en poche, vers un BTS design graphique le DMA (diplôme des métiers d’art) arts graphiques ou, à bac+3 le DNA option design… À noter, pour accéder à ces formations, vous devrez suivre une année de mise à niveau en arts appliqués (MANAA) sauf si vous êtes titulaire du bac STD2A (Sciences et technologies du design et des arts appliqués).

À bac + 4/5. Votre diplôme en poche, vous pouvez affiner votre formation dans une école supérieure d'arts appliqués, notamment Estienne et Olivier-de-Serres. Objectif : décrocher un DSAA (diplôme supérieur d’arts appliqués à bac + 4) comme, par exemple, le DSAA design et stratégies de communication, le DSAA design graphique…

Les écoles nationales supérieures d'art (ENSBA - « Beaux-Arts », ENSAD - « Arts Déco »...) délivrent leurs propres diplômes de niveau bac + 5. La référence dans le domaine des arts appliqués est l'ENSAD, qui vous permet de vous spécialiser dans le design graphique et le multimédia.

Les écoles régionales des beaux-arts (45 en France) proposent de leur côté un cycle court (bac + 3) menant au DNAT (diplôme national des arts et techniques) et un cycle long (bac + 5) débouchant sur le DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique) option communication mention graphique.

Enfin, il existe plusieurs écoles spécialisées formant des graphistes pour le jeu vidéo. On peut citer Gobelins - École de l'image (Paris), ISART Digital (Paris), Supinfogame (Aulnoy-les-Vaenciennes), l’ENJMIN (Angoulême) et surtout l’Intuit.lab, une école dédiée au design et à la communication visuelle qui délivre un mastère (bac + 5) de directeur artistique en communication visuelle et design numérique...

Du côté des débouchés…

Le nombre de directeurs artistiques exerçant dans les studios de création de jeux vidéo est à l’image du secteur : très réduit. Heureusement, il existe pour ce profil des opportunités d’emploi également dans l’édition, le multimédia, la communication, etc.

Voir la fiche détaillée.

Graphiste

Une entreprise fait appel à un graphiste pour créer des logos, du papier à en-tête, des cartes de visite, mais aussi pour habiller un site Internet, un jeu vidéo, etc. Le graphiste est ainsi chargé de donner, en images, une identité à un produit ou à une marque. Maniant aussi bien le crayon que la souris, le graphiste possède en plus une grande faculté d'imagination. Curieux, il s'intéresse à toutes les formes de culture et de création. Il est capable de se réapproprier idées et tendances sans les copier. Lorsque ses créations ne plaisent pas au client ou au directeur artistique, il sait faire preuve de souplesse et retravaille jusqu'à ce que ses propositions soient validées.

Du côté des formations…

À bac + 2, plusieurs diplômes vous permettent de vous spécialiser dans le graphisme : le BTS design graphique (option communication et médias imprimés ou communication et médias numériques), le BTS design de communication espace et volume), le DMA arts graphiques option illustration ou typographie.

Pour accéder à ces formations, la sélection s'effectue sur dossier après le bac STD2A (Sciences et technologies du design et des arts appliqués), un brevet des métiers d'arts (BMA) ou un brevet de technicien (BT). Si vous avez un bac d'une autre série, vous devez suivre une année de mise à niveau (MANAA), également très sélective.

graphiste

À l'université, il existe des licences professionnelles (à bac + 3) axées sur la communication visuelle. Par ailleurs, les licences (bac + 3) générales mention arts plastiques sont intéressantes, mais l’enseignement y est très théorique et peu technique.

À bac + 4/5. Après un BTS ou un DMA, une poursuite d'études dans une école supérieure d'arts appliqués (Estienne, Olivier de Serres, etc.) vous mènera aux DSAA art et technique de la communication option création typographique, DSAA design graphique (bac + 4).

Les écoles nationales supérieures d'art (Beaux-Arts, ENSAD...) délivrent leurs propres diplômes d'un niveau bac + 5. La référence en matière d'arts appliqués est l'ENSAD (Arts Déco) qui permet de se spécialiser dans le design graphique et le multimédia.

Les écoles des beaux-arts (une cinquantaine en France) proposent un cycle court (bac + 3) menant au DNAT et un cycle long (bac + 5) débouchant sur le DNSEP option communication graphique.

Parmi les autres cursus réputés, on peut citer ceux de l'École de l'image Gobelins CCIP (établissement consulaire) et le diplôme de l'ESAG Penninghen (établissement privé).

À l'université, il existe des masters professionnels (à bac + 5) axés sur la communication visuelle. Par ailleurs, les masters (bac + 5) généraux mention arts plastiques sont intéressants, mais l’enseignement y est très théorique et peu technique.

Du côté des débouchés…

Les agences de communication et de design graphique, l'édition et la presse constituent les premiers viviers d'emploi pour les jeunes graphistes. Les services communication des grosses entreprises ou certaines collectivités locales recrutent également des graphistes diplômés. Le plus souvent, les jeunes diplômés débutent en free lance, avec toutes les incertitudes que ce statut implique.

Après plusieurs années de pratique professionnelle, le graphiste peut devenir lead graphiste. Il est alors responsable d’une équipe de graphistes.

Voir la fiche détaillée.

Les métiers de la programmation

Profil le plus recherché par l’industrie du jeu vidéo, réalisant au quotidien un véritable travail de fourmi, l’informaticien est, en quelque sorte, la « cheville ouvrière » du process de création du jeu. Qu’il code, assemble, sécurise, teste ou débogue… il ne perd jamais de vue la psychologie de l’utilisateur final : le joueur.

Développeur(euse) de jeux vidéo

Expert en informatique, le développeur (ou programmeur) met au point les programmes informatiques qui génèrent les interactions entre les différents éléments du jeu (personnages, objets, décors), permettent à la musique et aux effets sonores de se déclencher au bon moment, font progresser le jeu en respectant les règles définies par l’auteur. Qu’il soit programmeur jeu (spécialiste des comportements INTERACTIFS des objets du jeu) ou programmeur technique (spécialiste du moteur du jeu), le développeur possède avant tout de solides connaissances en informatique.

Du côté des formations…

À bac + 2/3, vous pouvez préparer un BTS SIO (Services informatiques aux organisations) ou encore un DUT informatique. Une poursuite d'études vers une licence professionnelle (bac + 3) vous permettra ensuite de vous spécialiser : licence pro mention métiers de l’informatique : conception, développement et test de logiciels, parcours génie logiciel, système d’information (Paris V et Paris XIII) ou mention métiers de l'informatique : systèmes d'information et gestion de données parcours analyse et conception des systèmes d'information décisionnels (ACSID).

développeur web

À bac + 4/5/6. Après la licence, vous avez la possibilité de poursuivre vers un master pro ou de recherche (bac + 5) ; master recherche sciences, technologies, santé mention informatique, spécialité informatique : des concepts aux systèmes (université Versailles St-Quentin-en-Yvelines), etc.

Toujours à bac + 5, plusieurs écoles d'ingénieurs jouissent d'une excellente réputation auprès des recruteurs du secteur du jeu, notamment l’Epita, l’Imac et l’Esiee, toutes 3 situées en Île-de-France. Citons aussi le diplôme d'ingénieur de l'université de Marne-la-Vallée spécialité image, multimédia, audiovisuel et communication (IMAC).

À bac + 6, le CNAM délivre un mastère spécialisé IDE (Interactive Digital Experiences) jeu vidéo. Il faut pour cela être titulaire d’un bac + 5 en conception graphique, en informatique, en scénario/réalisation, en production, ou encore en son, par exemple.

Du côté des débouchés…

Le jeu vidéo constitue un domaine attractif pour les informaticiens mais les opportunités d’emplois sont très réduites comparées aux débouchés possibles, pour ce profil, dans les autres secteurs d’activité. Après plusieurs années de pratique professionnelle, le développeur peut devenir lead développeur. Il est alors responsable d’une équipe de développeurs.

Voir la fiche détaillée.

Testeur(euse)

testeursLa mission du testeur consiste à repérer les différents défauts d’un jeu (bugs, problèmes d’ergonomie, etc.) et à préconiser des corrections pour améliorer la qualité de celui-ci. Pour y parvenir, le testeur effectue toute sorte de manœuvres, poussant le jeu dans ses limites. Si au début de l’histoire du jeu vidéo, les tests étaient couramment confiés à des lycéens passionnés, ce métier exige aujourd’hui des compétences très pointues. En outre, la part de conseil est de plus en plus importante.

Du côté des formations…

Aucune formation ne conduit précisément à ce métier. Cependant, un cursus en informatique ou une formation dans une école spécialisée dans le jeu vidéo est un atout incontestable aux yeux des recruteurs.

Du côté des débouchés…

Le métier de testeur existe chez les éditeurs et dans les studios de création, mais le nombre de postes est limité. Les testeurs peuvent également officier sur des supports multimédia autres que les jeux vidéo (cédéroms, etc.).

Voir la fiche détaillée.

Les métiers du marketing et de la vente

Tout ce qui se passe en aval de la création du jeu, tout ce qui contribue à augmenter le nombre de joueurs et à les fidéliser, pèse chaque jour un peu plus dans l’économie du jeu vidéo. Les professionnels du marketing et de la commercialisation sont donc promis à un bel avenir dans ce secteur !

Community manager

Le responsable de communauté (ou Community manager) joue le rôle d'un chef de produit vis-à-vis d’une communauté de joueurs. Son but est de fidéliser les membres de sa communauté et d’attirer de nouveaux joueurs. Pour cela, il s’appuie sur les réseaux sociaux, sur lesquels il entreprend différentes actions : il dispense des conseils de jeux, annonce les nouveautés à venir, organise des chats et des concours, etc. Il peut manager une équipe d'animateurs, de modérateurs, ainsi que les intervenants des chats ou des services de questions / réponses.

Il doit être en empathie avec les membres de la communauté. Il possède des qualités d'expression écrite et orale. Enfin, il c’est un habile manager, la gestion d'une communauté nécessitant beaucoup de diplomatie. Bien sûr, c’est un mordu de jeu vidéo.

Pour devenir responsable de communauté dans le domaine du jeu, vous devez avoir une bonne connaissance du marché du jeu vidéo, des attentes des joueurs et des technologies des outils communautaires.

Du côté des formations…

Les profils des community managers sont très variés. Si les autodidactes sont encore présents dans ce métier, la tendance est de recruter des profils universitaires en sciences humaines qui ont complété leur formation par une spécialisation ciblée, ou des diplômés en marketing, communication, relations publiques ou encore journalisme.

jeu vidéo

À bac + 2/3. Citons, par exemple, le BTS communication, le DUT info-com ou MMI (métiers du multimédia et de l’Internet), les licences pros en e-marketing comme celles (à Paris et en Île-de-France) de Paris 8, Paris-Descartes, Créteil et Évry qui proposent toutes 4 la licence professionnelle e-commerce et marketing numérique.

À bac + 4/5. Les profils les plus appréciés ont obtenu une formation en e-commerce, en écoles de communication ou en écoles de commerce ou dans un IEP (Institut d’études politiques). Citons l’École européenne des métiers de l’internet, à Paris, qui propose, par exemple, une spécialisation en communication et e-marketing.

 

Du côté des débouchés…

Les responsables de communauté expérimentés sont encore rares sur le marché français du jeu vidéo donc très recherchés !

Voir la fiche détaillée.

Vendeur(euse) de jeux vidéo

Le vendeur accueille et conseille les clients qui souhaitent acheter des jeux, des consoles, des produits dérivés… ou simplement s’informer sur les nouveautés. Il vérifie que les rayons sont bien approvisionnés et que les étiquetages de prix sont corrects. Il assure parfois les fonctions de caissier, notamment dans les petits magasins. La commercialisation n’échappe pas à la règle qui régit l’ensemble du secteur du jeu vidéo : si la passion du jeu est indispensable, elle ne permet pas, à elle seule, de décrocher un emploi de vendeur.

Du côté des formations…

Dans la plupart des cas, un diplôme dans le domaine de la vente vous sera demandé : CAP employé de commerce multi-spécialités, un bac pro commerce, un bac pro vente (prospection-négociation-suivi de clientèle), etc.

À bac + 2, vous pouvez également préparer un BTS ou un DUT (BTS management des unités commerciales, BTS négociation et relation client, DUT techniques de commercialisation) grâce auquel vous vous verrez confier de plus grandes responsabilités (responsabilité d’un point de vente notamment).

Du côté des débouchés…

Au cours de la dernière décennie, le nombre de points de vente consacrés au jeu vidéo a explosé en France. Ces magasins recrutent en permanence des vendeurs. De nombreuses enseignes spécialisées dans les produits culturels ou high-tech possèdent également d’importants rayons jeux vidéo pour lesquels elles recherchent des vendeurs qualifiés.

Toutefois, la montée en puissance du jeu dématérialisé dans les prochaines années pourrait bien se faire aux dépens des vendeurs de jeux vidéo.

Voir la fiche détaillée.

Mes ressources utiles

Capital Games

157, boulevard MacDonald, 75019 Paris, tél : 06 69 94 71 46

http://capital-games.org

 

SNJV, Syndicat national du jeu vidéo

13, rue la Fayette, 75009 Paris, tél : 0970 460 611

http://www.snjv.org

 

AFJV, Agence française pour le jeu vidéo

49, rue de Boulainvilliers, 75016 Paris

http://www.afjv.com

 

Métiers et secteurs

 

Les métiers du jeu vidéo

Dans ce dossier réalisé par le site Jeuxvidéo.com sont mis en avant une quinzaine de métiers ainsi que les formations phares du secteur.

http://www.jeuxvideo.com/dossiers/00004365/les-metiers-du-jeu-video.htm

 

Choix de formations - orientation

 

Les écoles de jeux vidéo préférées des pros

Ce dossier réalisé chaque année par la rédaction de l'Étudiant vous permettra de repérer les formations spécialisées à la sortie desquelles les recruteurs font leur « marché ». Voici la version 2017 :

http://www.letudiant.fr/etudes/ecoles-specialisees/le-banc-d-essai-des-ecoles-en-jeux-video-l-avis-des-pros.html

 

Les formations labellisées

Le SNJV a mis en place une démarche de labellisation des formations par les professionnels du jeu vidéo. L'objectif est :

- d'engager les organismes dans une démarche de dialogue et de concertation permanente avec le monde professionnel pour comprendre ses attentes et les évolutions de marchés et être en capacité d'y répondre le plus efficacement,  

- de permettre aux étudiants qui veulent un avenir professionnel dans le secteur du jeu vidéo de faire le bon choix de formations pour se garantir un haut niveau d'enseignement et optimiser les chances de trouver un emploi dans cette filière.

http://snjv.org/adherents/

 

Écoles - organismes de formation

Campus Fonderie de l'image

Situé à Bagnolet (93), ce centre forme des futurs professionnels des métiers de la communication visuelle et multimédia, qui peuvent évoluer dans les métiers indispensables à la création de jeux vidéo. Les formations proposées, en formation initiale ou continue, sont de niveau bac à bac + 4/5. Dispensées en apprentissage, elles sont gratuites et rémunérées

http://www.campusfonderiedelimage.org/

 

Gobelins, L'école de l'image

Cette école consulaire renommée possède un département multimédia, dans lequel elle propose toute une palette de formations supérieures spécialisées (licence pro, mastère spécialisé...).

http://www.gobelins.fr

 

ICAN, Institut de création et d'animation numériques

L'Institut de Création et d'Animation Numériques propose 4 formations de niveau bachelor (bac + 3) en game design, design 3D et animation, Web design et communication graphique et user experience design , ainsi que 4 formations mastères dans les mêmes domaines (à bac + 5).

http://www.ican-design.fr

 

ISART Digital

L’école ISART Digital délivre les titres de « Game Designer » et de « Chef de projet d'animation 3D », inscrits au répertoire de la CNCP (Commission Nationale de la Certification Professionnelle) au niveau II (bac + 4).

Les élèves peuvent également suivre une année complémentaire chez Niigata Computer College (NCC) qui leur permet d'obtenir un double diplôme franco-japonais.

http://www.isartdigital.com

 

ITECOM Art design

Située à Paris, cette école privée forme en 3 ans (recrutement à bac) des game designers via son bachelor animation et réalisation 3D.

http://www.itecom-artdesign.com/formations/

 

LISAA, Institut Supérieur des Arts Appliqués

L'Institut Supérieur des Arts Appliqués forme chaque année des créatifs de haut niveau adaptés aux techniques du 21e siècle.

LISAA propose 3 cycles de formation : l'année préparatoire, les cycles supérieurs et les 3e cycles dans l’animation et le jeu vidéo ou l’architecture d’intérieur et le design.

http://www.lisaa.com

 

Emploi et recrutement

Portail emploi des industries de l'informatique, de l'image et des jeux vidéo

Animé par l'AFJV, Agence française du jeu vidéo, ce portail est un passage obligé pour tous ceux qui recherchent un emploi ou un stage dans le domaine du jeu vidéo. Vous pouvez également y déposer votre CV.

http://emploi.afjv.com/

 

Outils pédagogiques

Carrefour numérique

À Paris, la Cyber-base de la Cité des Sciences et de l'Industrie vous propose des ateliers autour du numérique dont certains sont dédiés au jeu vidéo.

http://www.universcience.fr/fr/carrefour-numerique

 

Paris Games Week

Le Paris Games Week est un salon annuel dédié aux jeux vidéo, créé en 2008, dont la première édition s'est déroulée en 2010 qui se tient à l’automne à Paris et qui est organisé par le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs.

https://www.parisgamesweek.com/

 

Actualités spécialisées

Designers Interactifs

Cette association professionnelle œuvre pour la reconnaissance des apports du design dans le développement de l'économie numérique.

http://association.designersinteractifs.org

Crédits photos

© Julief514 © Canva © Yacobchuk © Scyther5 © Gorodenkoff © Gerber86 © Sezer66 © Matjaz Slanic © StockRocket