Pour décider du parcours d’études que je vais suivre, je fais la synthèse de toutes les informations utiles à mes choix en m'appuyant  sur Oriane.info et je complète mes démarches par des conseils et des visites.

Connaître mon profil

La première étape est de mieux me connaître afin d’identifier les informations importantes de mon profil et de les mettre en lien avec mon projet. Pour cela :

Je peux maintenant mettre au point ma stratégie d’orientation.

Après le lycée, les études supérieures m’offrent un panel de possibilités vraiment varié ! Comment m’y retrouver ?

Partir de mon bac

Je peux commencer par m’informer sur les poursuites d’études conseillées selon mon type de bac.

Ainsi, un bac général m’ouvre le plus souvent la voie vers des études longues (en moyenne 5 ans d’études) à l’université ou en école alors qu’un bac technologique ou un bac pro me permettent d’accéder préférentiellement à des filières courtes ou moyennes, souvent professionnalisantes (bac + 2-3) en BTS (Brevet de technicien supérieur), DUT (Diplôme universitaire de technologie), DEUST (diplôme d’études universitaires supérieures de technologie) ou dans certaines écoles spécialisées.

Ma série ou spécialité de bac est également un passeport privilégié vers certaines formations :

Par exemple :  

  • un bac techno ou pro industriel me mènera plus facilement qu’un bac général vers des BTS voire des DUT dans les secteurs de l’électronique, de l’énergie, de l’aéronautique, du bâtiment.
  • un bac S est fortement conseillé pour se lancer dans des études de santé.

Choisir en fonction des différents types d’études

Choisir des études courtes

Après mon bac, si je souhaite des études tournées vers le monde professionnel, des expériences de stages, voire un contrat en alternance pour étudier tout en me forgeant une expérience significative et rémunérée sur le terrain, plusieurs types de formations peuvent correspondre à mes attentes :

  • Un BTS ? J’ai un bac technologique ou professionnel ? J’ai besoin d’un fort encadrement de la part de mes enseignants ? Je souhaite une formation où dominent les enseignements professionnels par rapport aux matières générales ? C’est un BTS qu’il me faut ! Avec ses 130 spécialités et le choix d’un statut étudiant en lycée ou en alternance au CFA, un BTS me permet d’entrer rapidement sur le marché du travail avec à des postes de technicien supérieur de manière opérationnelle ou de poursuivre mon parcours en bac + 3 ou plus ;  
  • Un DUT ? J’ai un bac technologique ou général, j’ai envie d’un peu plus d’autonomie qu’au lycée et j’hésite entre la possibilité de travailler au bout de 2 années d’études ou de continuer mes études une année ou plus ? Je recherche une formation équilibrée entre connaissances professionnelles et générales et je souhaite avoir le choix d’un enseignement en alternance ou à temps plein ? L’un des 48 DUT existants est certainement le type de formation qui me conviendra le mieux ;  
  • Une formation paramédicale ou sociale ? Je vise le métier d’infirmier(ère), d’assistant(e) de service social, d’éducateur(trice) spécialisé(e) ou de jeunes enfants ? Des formations de niveau bac + 3 me sont accessibles sur concours dans des écoles spécialisées. Je me renseigne rapidement sur les dates d’inscriptions dans les écoles qui ont parfois lieu très tôt dans l’année ;
  • u bac + 2 ou 3 ? Il existe d’autres formations de niveau bac + 2 et 3, par exemple les DEUST, formations professionnalisantes très pointues, proposées par les universités et IUT et adaptées aux caractéristiques locales d’insertion, le DCG dispensé au lycée ou les bachelors de niveau bac +3 en école de commerce

 

Picto%20fond%20gris.jpgLes formations courtes opèrent toutes une sélection à l’entrée, sur dossier ou sur concours.

Choisir des études longues

Les études longues (5 ans et plus) concernent plusieurs types de formations : licences universitaires, écoles de commerce, d’ingénieurs, d’art, d’architectes, instituts d’études politiques (IEP)… toutes ont pour point commun de débuter par des enseignements qui restent généralistes et théoriques les premières années avant de se professionnaliser au fur et à mesure du cursus. Mon objectif à terme est d’occuper des postes d’encadrement ou de recherches dans tous types de domaine ou encore d’exercer des professions libérales.

  • Des études à l’université ? Si les universités ont amélioré leurs méthodes d’accueil et d’encadrement des étudiants, il n’en reste pas moins que l’entrée en licence demande de bonnes capacités d’autonomie pour organiser son travail et réussir ses partiels, ces examens semestriels qui valident les connaissances acquises lors des cours magistraux et des travaux dirigés des mois précédents ;  
  • Diplômes en 3 ans proposant un grand nombre de spécialités dans des domaines variés (sciences humaines, art et littérature, langues, sciences et technologies, sciences de la santé, économie et droit, etc.), les licences universitaires ne sont pas directement professionnalisantes mais valident des connaissances théoriques me permettant de poursuivre mon cursus, par exemple vers des masters universitaires professionnels ou en recherche. L’entrée en licence n’est pas sélective (sauf exceptions) mais pour assurer mes chances de réussite dans ces filières parfois exigeantes, je vérifie que mon profil correspond aux attendus de la spécialité que je vise ;  
  • Les études de santé telles que les filières menant aux métiers de sage-femme (maïeuticien), pharmacien, dentiste ou médecin font également partie des cursus universitaires mais présentent une organisation spécifique. L’entrée n’est pas sélective mais la poursuite en 2e année d’études est sanctionnée par un concours dont le nombre de places est attribué selon le numérus clausus, effectif maximum de candidats admis selon les besoins calculés par arrêté ministériel ;  
  • Des études en écoles ? Je vise une école validant un bac + 5, telle qu’une école d’ingénieurs, une école de commerce, une école d’art, un IEP (institut d’études politiques), une école d’architecture, une école vétérinaire ou du secteur paramédical (kiné, ostéopathe, orthophoniste, etc.) ? Plusieurs possibilités s’offrent à moi car de multiples passerelles existent pour intégrer ces cursus. Dans presque tous les cas, une sélection s’opère à un moment de mon parcours : je peux accéder à certaines écoles sur dossier, ou sur concours directement après le bac, je peux passer par une classe prépa en 2 ans, qui me prépare idéalement à la réussite de concours, ou par toute autre formation de niveau bac + 2 lorsque des concours passerelles sont prévus, voire même parfois intégrer une école encore plus tard dans mon cursus. Si je recherche un fort encadrement et l’occasion de me constituer un réseau social et professionnel sans attendre d’être sur le marché du travail, me former en école est le mode d’enseignement qui me conviendra.
Picto%20fond%20gris.jpgSelon le type d’école, celle-ci peut-être publique ou privée. Si les écoles de commerce sont toutes privées et les IEP tous publics, il existe des écoles d’ingénieurs, d’architecture, d’art, du secteur paramédical publiques et privées. Il est important de me renseigner au préalable sur le coût des formations dans les établissements privés.

Optimiser ma connaissance des filières et de leurs débouchés

Une règle est de mise : me renseigner sérieusement sur la reconnaissance des formations proposées, en particulier lorsqu’elles le sont par des établissements privés. Le niveau des formations proposées dans le privé peut être inégal, certains établissements sont hautement réputés quand d’autres sont de valeur franchement insuffisante.

Pour cela, pas question de faire l’impasse sur les occasions de s’informer, surtout pendant mon année de 1ère ou j’aurai d’avantage de temps qu’en terminale ou tout va se précipiter après le 1er trimestre !

  • Les journées portes ouvertes Les Journées Portes Ouvertes (JPO) des établissements publics et privés offrent une mine d’informations précieuses. Je peux visiter et comparer les lieux de mes potentielles futures études, évaluer leur distance et facilité d’accès par rapport à mon domicile ou éventuellement m’assurer de la possibilité d’un hébergement en internat ou en résidence universitaire à proximité, et demander des précisions aux étudiants et enseignants présents pour me renseigner ;  
  • Les journées d’immersion, les conférences Me mettre dans la peau du futur étudiant en licence, en DUT, en BTS ou en école que je serai bientôt ? C’est possible en m’inscrivant aux journées d’immersions ou aux conférences organisées par les établissements. Toutes les dates et informations utiles sont communiquées sur le site internet des lieux de formations. Attention, pour s’inscrire : réactivité requise car les places sont limitées ;  
  • Les salons d’orientation Démarche quasi indispensable pour me préparer et m’informer, la visite de salons d’orientation a cet avantage de rassembler sur un même lieu la majorité des établissements de formations de mon secteur. Etablissements sélectifs, universités, lieux de formations publics ou privés menant vers des études longues ou courtes… en une seule journée, je peux me faire une idée de l’offre de formation auprès des acteurs sur place pour me renseigner. Gare cependant à l’overdose d’informations si je n’ai pas préparé en amont mes questions et ciblé les types d’études qui m’intéressent ;
Picto%20fond%20gris.jpgPour connaître les dates des JPO, j'accède au moteur de recherche des JPO des établissements supérieurs publics de mon académie :  Créteil, Paris,Versailles. Et je m'informer sur les prochains Salons grâce à l'Agenda Oriane.info
  • Les Mooc (Massive Open Online Course ou cours en ligne ouvert et massif) M’informer précisément sur les études supérieures depuis chez moi, c’est possible ! Outre les sites internet d’orientation, il est possible de suivre un Mooc dédié à la présentation de certaines filières particulièrement demandées (licences de psychologie, STAPS, droit) ou de conseils avant de s’orienter vers un DUT ou les sciences humaines à l’université... Gratuits, ces 7 Mooc proposés par FUN (France Université Numérique) me permettent de visionner des vidéos explicatives mais également de poser des questions à des experts via les forums ;  
  • Les semaines de l’orientation La réforme du lycée prévoit l’instauration de 2 semaines dédiées à l’orientation post-bac dans les lycées. Organisées en fonction des besoins des élèves, elles me donnent l’occasion de m’informer sans me déplacer ;  
  • Les conseils des pros Mes professeurs, et en particulier mon professeur principal, sont des interlocuteurs privilégiés pour les questions en lien avec mon orientation. Je peux également prévoir de rencontrer des professionnels de l’orientation, par exemple un Psy-EN au sein de mon lycée ou au CIO de mon secteur. Lors d’un entretien personnalisé, il pourra dégager avec moi les grandes lignes de mon projet post-bac et me proposer des outils d’aide à la décision si nécessaire.
Picto%20fond%20gris.jpgLa nouvelle plateforme d’admission dans les études supérieures, Parcoursup va elle aussi contribuer au choix de ma stratégie d’études. Conçue pour concentrer un maximum d’informations actualisées (capacités d’accueil et taux d’admissions, taux de réussite, contenus des études, débouchés, attendus, etc.), c’est un outil indispensable pour me conforter dans mes décisions et valider mes vœux. Je consulte le Focus "Décryptage Parcoursup".

Finaliser mes choix

Grâce au Comparateur de formations et au moteur de recherche "Mon établissement"  d’Oriane.info, je fais mes sélections et mes classements personnels.

Je peux maintenant concrètement poser mes candidatures. Rendez-vous dans la rubrique "Faire mes inscriptions" pour tout savoir sur les procédures !