Support à l'entreprise

Conseiller en fusion-acquisition

Analyse et ingénierie financière
Niveau d'accès Bac + 5 et plus
Statut
Salarié
Salaire moyen

Salaire moyen : 3 000 € bruts mensuels

Tendance emploi

●●●

Synonymes
Analyste de produits dérivés
Analyste financier(ère)
Consultant corporate finance
Centres d'intérêt Manier les chiffres, les données Aider, conseiller, accompagner

Description

Le conseiller en fusion-acquisition accompagne l’entreprise pour le montage d’opérations financières complexes.
Activités principales

Fusion avec une entreprise, rachat d’une société, vente d’une filiale, introduction en bourse… Dans le cadre de ces opérations financières dont les montages se révèlent complexes, le conseiller en fusion-acquisition use de sa science et de son expertise pour accompagner et guider les entreprises sur la voie du succès.

Comment travaille-t-il ?

Un important travail de veille sur les bonnes opportunités à saisir pour son client (rachat d’entreprise par exemple) est tout d’abord réalisé par le conseiller en fusion-acquisition. Une fois dénichées, celles-ci se matérialisent en projets concrets à monter si le client est bien décidé à procéder à ce rachat. Pour réaliser ces montages financiers, le conseiller en fusion-acquisition s’épaule alors d’experts (économistes, juristes), même s’il en demeure le maître d’œuvre, notamment lors des importantes phases de négociations.

Où exerce-t-il ?

Le conseiller en fusion-acquisition travaille soit pour une banque d’affaires à qui un client a confié un mandat, soit au sein d’un cabinet de conseils, soit pour une grande entreprise désireuse de prendre en charge elle-même ces phases de quêtes et de montages financiers complexes.

Compétences pour être Conseiller en fusion-acquisition

Qualités requises
Résistant :

Les journées du conseiller en fusion-acquisition, notamment lors des phases de montage des dossiers, peuvent être très longues… D’aucuns affirment même qu’il est courant dans ce métier stressant de travailler 48 heures à la suite…


 

Travailleur :

Une forte capacité d’analyse, de synthèse et une grande flexibilité dans les tâches à exécuter sont impératives pour exercer cette profession.


 

Disponible :

Le conseiller en fusion-acquisition parcourt le monde : les grandes places financières de la planète lui sont vite devenues familières. Sa vie de famille peut en être affectée…

Savoir-faire

  • - Réaliser une étude de marché
  • - Réaliser un modèle de prévision
  • - Estimer la valeur de l'entreprise analysée et élaborer les conclusions
  • - Établir une recommandation de cession d'actifs financiers
  • - Introduire une société en bourse
  • - Concevoir un business plan
  • - Concevoir une offre publique d'achat
  • - Identifier les risques financiers d'une entreprise
  • - Proposer des solutions de couverture pour une entreprise
  • - Assister techniquement un professionnel
  • - Réaliser une activité nécessitant la certification AMF (Autorité des Marchés Financiers)
  • - Rédiger et faire publier des notes de conjonctures sectorielles ou des études sur de grandes entreprises
  • - Prospecter de nouveaux marchés
  • - Identifier des affaires potentielles
  • - Expertiser des projets et mettre en œuvre des opérations de fusion/acquisition
  • - Intégrer des modèles mathématiques financiers à des systèmes d'information
  • - Réaliser des modèles mathématiques financiers pour des opérateurs de marchés
  • - Élaborer des instruments d'évaluation de la fragilité et de la sensibilité de l'entreprise
  • - Coordonner l'activité d'une équipe

Savoir

  • - Analyse des risques financiers
  • - Analyse financière
  • - Loi de sécurité financière (LSF)
  • - Économétrie
  • - Économie des marchés financiers
  • - Mathématiques financières
  • - Gestion des risques (Risk Management)
  • - Droit économique
  • - Droit commercial
  • - Caractéristiques des produits financiers
  • - Réglementation des marchés financiers
  • - Réglementation bancaire
  • - Modalités de traitement des litiges
  • - Fiscalité
  • - Calculs financiers
  • - Gestion financière
  • - Comptabilité des opérations de marché
  • - Comptabilité générale
  • - Veille concurrentielle
  • - Veille informationnelle
  • - Étude prospective
  • - Modélisation économique

 

(Source : ROME)

Comparer avec un ou deux autres métiers

Pour mieux choisir, comparez le salaire, le statut, le niveau d’accès, la tendance sur le marché du travail les métiers qui vous intéressent.

Salaire Conseiller en fusion-acquisition

Secteur privé

Découvrir la fourchette des revenus.

Emploi

Secteur privé

Repérer les débouchés en Île-de-France du domaine de l'analyse et ingénierie financière dans lequel s’intègre mon métier : nombre d'emplois, géolocalisation, types de contrat, embauches prévues...

Choisir ma formation pour devenir Conseiller en fusion-acquisition

Afin de pouvoir embrasser une carrière de conseiller en fusion-acquisition, vous pouvez décrocher le diplôme des grandes écoles d'ingénieurs de l’Ile-de-France (Ecole Polytechnique, Ecole des Ponts Paris Tech, Ecole Centrale Paris, etc.), ainsi que celui l'ENSAE, Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique, à Malakoff. L'accès à ces établissements se fait sur concours, généralement après une classe préparatoire scientifique.

Aussi, pour accéder au métier de conseiller en fusion-acquisition, vous pouvez décrocher un diplôme d’une grande école de commerce de la région francilienne (HEC Paris, ESSEC business School, ESCP Europe, etc.), particulièrement appréciés par les recruteurs, ainsi que le diplôme de Science Po Paris, spécialité économie-finance.

 

Une autre possibilité consiste à suivre la voie universitaire en décrochant un master. Voici trois exemples :

  • Le master finance, qui se prépare, en région parisienne, au sein de sept établissements, dont à l’UFR d'économie et gestion, Université de Cergy-Pontoise, 95 ; à l’UFR de sciences économiques, gestion, mathématiques, informatique, Université Paris Nanterre, 92 ; et l’UFR 06 Ecole de management de la Sorbonne, Université Panthéon-Sorbonne, 75.
  • Le master monnaie, banque, finance, assurance : UFR des sciences économiques et gestion (et IAE Gustave Eiffel), Université ParisEst Créteil Val-de-Marne ; UFR de sciences économiques, gestion, mathématiques, informatique, Université Paris Nanterre ; et UFR 02 Ecole d'économie de La Sorbonne, Université Panthéon-Sorbonne)
  • Le master professionnel ingénierie économique et statistique spécialité ingénierie économique : UFR Economie, gestion (centre Charcot), Université PanthéonAssas.

 

Enfin, vous pouvez compléter votre parcours en préparant, en un an, le mastère spé. Finance, délivré par l’ESCP Europe, à Paris, qui vous offrira un niveau bac+6.

 

Formation continue

Le métier de conseiller en fusion-acquisition est également accessible par la voie de la formation continue des adultes. Plusieurs parcours sont possibles. Un exemple : décrocher la certification master droit, économie, gestion, mention finance, assurance, actuariat, banque délivré par le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), à Paris.

 

Pour aller plus loin :

Consultez la liste nationale des certifications :

http://www.rncp.cncp.gouv.fr/grand-public/resultat?romeRNCP=C1202

Aucune formation liée n'a été trouvée pour ce métier.

Changer bouger

Identifier les métiers vers lesquels évoluer avec ou sans formation complémentaire.

Liens utiles

1
Ajouter un autre métier
2
Ajouter un autre métier
3
Ajouter un autre métier