Anotéa, le site pour évaluer vos formations professionnelles

 L’évolution du numérique a amenée avec elle beaucoup de changements. L’interactivité et le dialogue sont devenus des critères primordiaux pour tous consommateurs du web. Avec la plateforme Anotéa, le partage d’expérience est au centre de l’évaluation.

formation

Des formations professionnelles notées par les stagiaires

L’outil est innovant : les stagiaires bénéficiaires d’une formation sont invités à participer à une évaluation qui se présente sous la forme d’un questionnaire. Au total, cinq points sont à l’étude :

  1. L’accueil des stagiaires : des réunions de présentation sont-elles organisées ? des entretiens individuels et personnalisés sont-ils programme etc…
  2. Le contenu de la formation : l’objectif de ce point est de connaître la qualité des supports pédagogiques, l’organisation générale et la pertinence du programme.
  3. L’équipe formatrice : ici, c’est la prise en charge du stagiaire qui est évaluée ainsi que la prise en compte de ses besoins et demandes.
  4. Les moyens matériels : il convient de noter les équipements informatiques, la documentation donnée ou encore, le confort des salles de cours.
  5. L’accompagnement : enfin, ce dernier point permet de savoir si un suivi post-formation a été apporté au stagiaire dans sa recherche d’emploi par exemple.

Une plateforme pédagogique pour tous 

Les avis anonymes et totalement fiables donnent une note générale à chaque formation. Ces commentaires précieux permettront, à l’avenir, d'enrichir l’offre de formation professionnelle.

La pédagogie est au centre d’Anotéa : les futurs stagiaires peuvent prendre contact avec des anciens pour dialoguer et échanger sur la formation choisie ou leur retour à l’emploi. La transparence des expériences est le point d'orgue de la plateforme.

formationCet outil est précieux pour mieux orienter les politiques d’achat des financeurs de formation. Ces organismes financeurs pourront effectuer des contrôles

auprès des formations recueillant de mauvais avis et éviter un quelconque abus.

De leur côté, les organismes de formations ont accès à un back office qui leur permet de suivre les avis publiés.

Ils pourront ainsi adapter leur offre en fonction des retours des internautes. Bien qu'ils puissent répondre aux stagiaires, les organismes de formation ne pourront pas supprimer les mauvaises notes et avis en ligne.

Ce back office leur permet aussi de répondre aux évaluations publiées et donc d’interagir avec les stagiaires, toujours dans le but d’une amélioration des formations professionnelles.

 

Crédits photos

© FangXiaNuo © phototechno © serts

#Trouvetavoie : le MOOC pour mieux se connaître

ampouleLe MOOC (cours en ligne) #Trouvetavoie est réalisé par l’école ESSEC Business School en association avec l’Étudiant et Didask. Ce projet, soutenu par la Région Île-de-France, essaye de rendre l’orientation des lycéens beaucoup plus sereine en se préparant en amont à la vie étudiante.

 

Être le seul maître de son parcours

 

Ce cours en ligne ouvert à tous (disponible sur ordinateur ou smartphone) est une sorte de guide qui permet à l’élève de construire pas à pas son orientation post-bac et son projet professionnel. Il suffit de s’inscrire en ligne et de commencer la formation (à noter, ce MOOC ne fait pas l'objet d’une évaluation).

L’élève peut suivre la totalité du cours ou choisir les items qu’il souhaiterait travailler. L’utilisateur est parfaitement autonome dans sa démarche et apprend par lui-même. L’apprentissage est ludique avec de multiples vidéos et questionnaires.

17 compétences au programme

Le MOOC se divise en trois parties regroupant au total 17 compétences à valider :programme

  • Chapitre 1 : Choisir sa voie dans le supérieur (par exemple, l’élève pourra apprendre à élaborer et gérer un budget étudiant et connaître les démarches pour obtenir un logement étudiant)

 

  • Chapitre 2 : Décrocher sa place dans le supérieur (parmi les points à étudier, le lycéen pourra préparer son CV et s’entraîner à d’éventuels entretiens)

 

  • Chapitre 3 : Se préparer aux études supérieures (l’utilisateur bénéficiera d’astuces pour prendre des notes, mieux mémoriser ses cours et apprendre à gérer son temps)

 

17 compétences à valider

 

 

 

 

 

Crédits photos

© Jenpol © Mykyta Dolmatov © HAKINMHAN

Anotéa, le site pour évaluer vos formations professionnelles

 L’évolution du numérique a amenée avec elle beaucoup de changements. L’interactivité et le dialogue sont devenus des critères primordiaux pour tous consommateurs du web. Avec la plateforme Anotéa, le partage d’expérience est au centre de l’évaluation.

formation

Des formations professionnelles notées par les stagiaires

L’outil est innovant : les stagiaires bénéficiaires d’une formation sont invités à participer à une évaluation qui se présente sous la forme d’un questionnaire. Au total, cinq points sont à l’étude :

  1. L’accueil des stagiaires : des réunions de présentation sont-elles organisées ? des entretiens individuels et personnalisés sont-ils programme etc…
  2. Le contenu de la formation : l’objectif de ce point est de connaître la qualité des supports pédagogiques, l’organisation générale et la pertinence du programme.
  3. L’équipe formatrice : ici, c’est la prise en charge du stagiaire qui est évaluée ainsi que la prise en compte de ses besoins et demandes.
  4. Les moyens matériels : il convient de noter les équipements informatiques, la documentation donnée ou encore, le confort des salles de cours.
  5. L’accompagnement : enfin, ce dernier point permet de savoir si un suivi post-formation a été apporté au stagiaire dans sa recherche d’emploi par exemple.

Une plateforme pédagogique pour tous 

Les avis anonymes et totalement fiables donnent une note générale à chaque formation. Ces commentaires précieux permettront, à l’avenir, d'enrichir l’offre de formation professionnelle.

La pédagogie est au centre d’Anotéa : les futurs stagiaires peuvent prendre contact avec des anciens pour dialoguer et échanger sur la formation choisie ou leur retour à l’emploi. La transparence des expériences est le point d'orgue de la plateforme.

formationCet outil est précieux pour mieux orienter les politiques d’achat des financeurs de formation. Ces organismes financeurs pourront effectuer des contrôles

auprès des formations recueillant de mauvais avis et éviter un quelconque abus.

De leur côté, les organismes de formations ont accès à un back office qui leur permet de suivre les avis publiés.

Ils pourront ainsi adapter leur offre en fonction des retours des internautes. Bien qu'ils puissent répondre aux stagiaires, les organismes de formation ne pourront pas supprimer les mauvaises notes et avis en ligne.

Ce back office leur permet aussi de répondre aux évaluations publiées et donc d’interagir avec les stagiaires, toujours dans le but d’une amélioration des formations professionnelles.

 

Crédits photos

© FangXiaNuo © phototechno © serts

#Trouvetavoie : le MOOC pour mieux se connaître

ampouleLe MOOC (cours en ligne) #Trouvetavoie est réalisé par l’école ESSEC Business School en association avec l’Étudiant et Didask. Ce projet, soutenu par la Région Île-de-France, essaye de rendre l’orientation des lycéens beaucoup plus sereine en se préparant en amont à la vie étudiante.

 

Être le seul maître de son parcours

 

Ce cours en ligne ouvert à tous (disponible sur ordinateur ou smartphone) est une sorte de guide qui permet à l’élève de construire pas à pas son orientation post-bac et son projet professionnel. Il suffit de s’inscrire en ligne et de commencer la formation (à noter, ce MOOC ne fait pas l'objet d’une évaluation).

L’élève peut suivre la totalité du cours ou choisir les items qu’il souhaiterait travailler. L’utilisateur est parfaitement autonome dans sa démarche et apprend par lui-même. L’apprentissage est ludique avec de multiples vidéos et questionnaires.

17 compétences au programme

Le MOOC se divise en trois parties regroupant au total 17 compétences à valider :programme

  • Chapitre 1 : Choisir sa voie dans le supérieur (par exemple, l’élève pourra apprendre à élaborer et gérer un budget étudiant et connaître les démarches pour obtenir un logement étudiant)

 

  • Chapitre 2 : Décrocher sa place dans le supérieur (parmi les points à étudier, le lycéen pourra préparer son CV et s’entraîner à d’éventuels entretiens)

 

  • Chapitre 3 : Se préparer aux études supérieures (l’utilisateur bénéficiera d’astuces pour prendre des notes, mieux mémoriser ses cours et apprendre à gérer son temps)

 

17 compétences à valider

 

 

 

 

 

Crédits photos

© Jenpol © Mykyta Dolmatov © HAKINMHAN

travaux publicsParmi les 800 000 salariés du bâtiment, 22% travaillent dans le secteur des Travaux Publics, selon l’observatoire des métiers du BTP en 2016. Soit 245 015 salariés pour 7500 entreprises. Dont : 61,2% d’ouvriers (149 900), 24,6% d’etam (60 200) et 14,2% de cadres (34 900) selon le rapport d’activités 2016 du FNTP (Fédération nationale des travaux publics).

Les activités des travaux publiques peuvent être divisées en 3 grandes familles :

  • la production (canalisateur, constructeur de route, opérateur de centrale enrobés, ...)
  • la technique et l'encadrement de chantier (chef de chantier, conducteur de travaux, géomètretopographe, ingénieur du génie civil
  • les administratifs (technicocommercial BTP).

 

Panorama du secteur

Le secteur des travaux publics connait depuis 2008 une baisse de son activité, et d’emplois (30 000 en moins depuis 2008). Cette baisse, constatée dans toutes les régions, s’explique en partie par la baisse de l’investissement public et la mise en place de la réforme territoriale. Plusieurs régions ont vu leur activité particulièrement diminuée en 2015 : Nouvelle-Aquitaine (-25,3%) et Grand Est (-17,7%).

grue

Concernant le chiffre d’affaires annuel, de 36,4 milliards d’euros en 2015 (-8,2% avec 2014), 43,5 % sont issus de réalisations destinées à l’État et aux collectivités locales, selon la FNTP (Fédération nationale des travaux publics). En Île-de-France, entre 2008 et 2015, il a chuté de 8,2 à 6,9 milliards d’euros. Un chiffre qui est appelé à évoluer avec les nombreux projets portés par le Grand Paris. Les prises de commandes ont par exemple progressées de 10,2% en 2016.

Autre avancée significative, la part des marchés de services : 42% en 2016 contre 33% en 2012. Une augmentation qui s’explique par une reprise des marchés d’ingénierie, comme l’explique Marc Abadie, directeur du réseau et des territoires de la CDC : « Depuis 2015, il y a un net regain d’intérêt pour l’ingénierie privée, suite à la diminution de l’ingénierie publique. Ce qui devrait se traduire par le lancement de travaux courant 2017 et 2018 ».

railsEt l’innovation, constatée de façon constante dans les travaux publics (via la transition énergétique, le numérique et les objets connectés, la technologie 3D, la maintenance prédictive, etc.) est source de bénéfices. Economiques, certes, mais pas que. En attestent ces réseaux, de plus en plus intelligents, et durables, qui sont devenus la norme en très peu de temps, pour construire les routes, les canalisations, les réseaux électriques, etc.

Ce sera par exemple le cas pour les réseaux ferroviaires de la ligne Lyon-Turin, prévue d’ici 2030, ou pour les travaux du canal Seine-Nord Europe (qui reliera la Seine au canal Dunkerque-l’Escaut, soit un barreau fluvial de 107 kilomètres), relancés en octobre 2017, et qui ne se termineront pas avant 2023. Deux immenses projets qui mêlent ambitions régionales, nationales, et…européennes. La preuve en chiffres avec le canal Seine-Nord Europe : 4,7 milliards d'euros d’investissements, dont 40 % venant de Bruxelles, 1 milliard de l'Etat et autant des collectivités.

Dans les travaux publics, le déploiement de la fibre optique fait aussi partie des grandes réalisations à venir. Et pourrait générer jusqu’à 20 000 emplois ces 10 prochaines années, selon la FNTP.

L’investissement pour la fibre optique en France, de l’ordre de 20 milliards d’euros d’ici 2020, fait suite au plan France Très Haut Débit de 2013 sous la présidence Hollande. Un plan que ne renie pas le gouvernement d’Emmanuel Macron. L’objectif : une couverture complète de la fibre optique sur tout le territoire en 2022.

 

Infographie/ Le baromètre de la commande publique

Part relative de la commande publique par nature en 2012 et en 2016

Source : Caisse des Dépôts - AdCF / VecteurPlus

 

fibre optique

La répartition de l’activité en Île-de-France est relativement proche de la répartition de l’activité à l’échelle nationale, il n’y a pas de spécificités locales marquées. L’activité des travaux publics est constituée, pour un peu plus d’un tiers, de travaux de route : 35,7% en 2015. Les travaux électriques et les travaux d’adduction d’eau et d’assainissement représentent chacun un peu plus de 20% de l’activité (22,2%), et le terrassement 10%. Les autres travaux publics représentent des parts moins importantes.

Concernant la taille des entreprises, 60% ont moins de 10 salariés, 31% entre 11 et 50 salariés, 8% entre 51 et 500 salariés (principalement pour les chantiers d’envergure), et 1% plus de 500 salariés (les leaders tels que Bouygues, Vinci, Eiffage, etc.).

 

Infographie/ Pour qui travaillent les travaux publics ?

  • 40,5 % : les collectivités locales
  • 33,8 % dans le secteur privé
  • 16,9 % : les grands opérateurs
  • 5,8% : les concessions et contrats de partenariats
  • 3% : l’Etat

Source : FNTP

Infographie détaillée en page 7 du lien suivant : http://www.fntp.fr/master_online/#page=6

 

Le savoir-faire des entreprises françaises ?...Le monde en redemande !

made in france

Quant aux activités à l’international, le chiffre d’affaires s’élève à 28,5 milliards d’euros en 2015 (+7% avec 2014), soit 44% du chiffre d’affaires des entreprises françaises dans le secteur des travaux publics. Une progression à l’international qui, étalée sur 10 ans, atteint les 60% ! selon la FNTP (Fédération nationale des travaux publics). Mais attention : la qualité des infrastructures françaises à l’international, depuis 2008, est pointée du doigt : la France est passée de la 4ème à la 10ème place mondiale. Les principales réserves concernent le manque de budget, d’entretien, et de vision à long terme.

Globalement, les principaux travaux sont réalisés en Europe (45,2% du chiffre d’affaires, environ 12,9 milliards d’euros en 2015). Autres régions du monde particulièrement sollicitées : l’Amérique du Nord (16,4%) et l’Afrique (15,5%), tandis que d’autres marchés s’affirment : en Asie (8,1%), en Amérique latine (5,8%), au Proche et Moyen-Orient (4,5%), en Océanie (4,5%)…

Les métiers de la production

En 2013, les effectifs dit « de production » s’élève à 25 439 (travail temporaire compris). Avec comme métiers les plus représentés les ouvriers de voiries et réseaux divers (5 851), les conducteurs d’engins (2 646) et les monteurs de réseaux (2 006).

D’ici 2018 trois métiers vont particulièrement recruter. Il s’agit des constructeurs d’ouvrage d’art – béton armé, des terrassiers et des monteurs de réseaux.

 

Canalisateur(trice)

Ce professionnel est chargé de la pose des canalisations d'eau pour les particuliers ou les collectivités. Il construit les réseaux souterrains de distribution qui permettent l’adduction d'eau potable et l'évacuation des eaux usées vers les stations d'épuration. Il se charge également d’installer les réseaux de câbles électriques, de conduites de gaz et désormais de fibre. Enfin, il assure l'entretien des installations existantes en appliquant des techniques innovantes.

Afcanalisationin de réaliser ces installations, le canalisateur perce des tranchées à la pelle mécanique selon les plans du maître d'œuvre et installe les conduites sur de longues distances. Il effectue ensuite les raccordements et aménage des ouvertures qui permettent l'accès aux canalisations pour les réparations et les visites d'entretien. Par des essais de pression avec de l'eau ou de la fumée, il détecte les fuites éventuelles. Les travaux d’installation terminés, il remet en état la chaussée, les trottoirs et les caniveaux. Selon les contraintes imposées par le chantier et son degré de complexité, le canalisateur utilise des techniques de pointe pour effectuer des tâches délicates (pose des tuyaux à l'aide de laser, utilisation de machine à souder automatisée, pilotage d’outils de forage téléguidés, ...)

 

Quelques particularités sont propres à ce poste. Le canalisateur est un élément mobile. Selon l'éloignement des sites, il part pour la journée, parfois pour la semaine. Il faut donc être disponible mais aussi posséder de bonnes facultés d'adaptation pour s'intégrer rapidement à une équipe sur des chantiers variés. Habile de ses mains, il doit posséder des notions en maçonnerie. Il doit aussi être résistant physiquement, travaillant en permanence à l'extérieur, quel que soit le temps.

 

L’accès au poste de canalisateur se fait principalement via un CAP (CAP constructeur en canalisations des travaux publics), qui permet de travailler en tant qu'ouvrier canalisateur. Le titulaire d'un bac pro (Bac pro travaux publics) accède à un poste de technicien sur le chantier, ce qui lui confère des responsabilités d'organisation et de gestion accrues. Pour occuper des fonctions d'encadrement, comme le chef de chantier, un BTS ou un DUT (BTS bâtiment et travaux publics, DUT génie civil orientation travaux publics et aménagements est nécessaire) est nécessaire. Par ailleurs, un certificat d'aptitude à la conduite en sécurité (CACES) et des habilitations (électricité, gaz...) peuvent être exigées.

Voir la fiche détaillée.

 

Constructeur(trice) d’ouvrage d’art-béton armé (coffreur(euse)-boiseur(euse))

Le constructeur d’ouvrage d’art est un ouvrier professionnel qui exerce dans une entreprise de travaux publics, effectuant aussi bien des travaux neufs ou des travaux d'entretien et d'amélioration. Au sein de cette fonction il travaille surtout à la construction de grands ouvrages tels que les ponts, barrages, ouvrages de génie civil, centrales électriques, usines, réservoirs…, mais il peut aussi participer à la fabrication et à l'utilisation de moules pour éléments préfabriqués (poteaux, panneaux de structure, escaliers, voussoirs.

Voir la fiche détaillée

 

Constructeur(trice) de route

Il participe à la confection de la chaussée. À partir d'un terrassement fini, le constructeur de route pose différentes couches (de base, de liaison, de finition) et applique divers revêtements (béton, bitume, asphalte, gravillons...). Quand il intervient sur une chaussée endommagée, il enlève la couche existante et la remplace par une autre.construire une route

Pendant les travaux, le constructeur raccorde les réseaux souterrains existants : eau potable et assainissement, gaz et électricité, télévision... Il pose les éléments de voirie : trottoirs, caniveaux, pavés, glissières de sécurité, mobilier urbain. Avant les travaux, il pose les protections et met en place la signalisation temporaire du chantier.

Bien que l'industrie routière soit très mécanisée (finisseur, pelle hydraulique, engins de compactage...), la qualité de finition de l'ouvrage dépend beaucoup du savoir-faire manuel du constructeur routier. Dans un chantier toujours en mouvement, il doit savoir faire preuve d'initiative, veiller à sa propre sécurité et à celle des autres.

Même si le matériel évolue sans cesse, le métier reste physique. Aimant travailler en équipe et à l'extérieur, il doit aussi être capable de s'adapter à la diversité des situations, aux contraintes du terrain et aux conditions météorologiques. Chaque chantier est unique.

 

Si les entreprises accueillent des jeunes sans diplôme, auxquelles elles apprennent le métier, elles préfèrent ceux qui ont, au minimum, un CAP (CAP Constructeur de routes, CAP Constructeur en ouvrages d'art), qui permettront à leur détenteur une progression est plus rapide.

Un bac pro travaux publics est également réalisable après le CAP. Il forme des ouvriers très qualifiés et mène, après quelques années d'expérience, à un poste à responsabilités.

Voir la fiche détaillée.

 

Ouvrier(ère) VRD (voiries et réseaux divers)

L’ouvrier VRD a pour charge de diriger les engins et aménager les tranchées. Ce métier s'exerce sur des chantiers de routes et voiries au sein d'entreprises de travaux publics, de construction de réseaux ferrés et même au sein de l'armée. Il peut alors impliquer des déplacements sur les chantiers et un éloignement du domicile de plusieurs jours. Il a également la charge de la sécurisation du chantier à l’aide de signalisation, de balisage et de déviations. Puis il établit les modalités de rotation des engins selon les contrainteouvrières du terrain.

Il réalise également des terrassements, des fondations pour implanter des pavés, des dalles et des éléments d'aménagement urbain. C’est lui qui réalise la pose des éléments de voiries et qui procède aux finitions comme les jointements. Il peut également avoir à enlever ou poser des canalisations. Il doit bien sûr être capable de lire un plan de chantier.

Une des particularités de ce métier est le guidage d'engins qui peut se faire à la voix, au sifflet ou à l’aide de gestes conventionnels. L’ouvrier VRD doit aussi savoir utiliser des appareils de mesure topographique, des outils manuels de terrassement et des engins de terrassement mécanisé. Pour toutes ces opérations, il doit maîtriser les techniques d'application d'enrobé, les techniques de coulage du béton et de traçage. C’est aussi lui qui maçonne les éléments de voirie et d'aménagement urbain, qui effectue la pose et l'entretien de rails, de traverses, de ballasts et d'équipements de voies ferrées. Pour ce faire, il place et assemble des rails et des glissières de sécurité routière. Enfin, il installe et réunit des gaines, des regards préfabriqués et des tuyaux.

Cet emploi est accessible avec un CAP (CAP constructeur de route, CAP constructeur en ouvrage d’art, …) dans une spécialité du gros œuvre ou des travaux publics. Il est également accessible avec une expérience professionnelle dans ce secteur sans diplôme particulier.

Un diplôme de niveau bac (bac professionnel, brevet Professionnel) peut être demandé pour les postes d'encadrement d'équipe (bac pro travaux publics, …).

Un Certificat d'aptitude à la conduite en sécurité (CACES) conditionné par une aptitude médicale à renouveler périodiquement peut être requis.

 

Terrassier(ère)

Le terrassier intervient à différents moment de la construction, assurant l’aménagement des terres et des eaux. Il a pour principales missions de réaliser les fouilles principales, le nivellement, l'assainissement, le drainage, le remblaiement, le regarnissage en terre végétale, l'aménagement de carrefours, …

Il exécute des ouvrages neufs, ou réhabilite des ouvrages déjà réalisés, à l'aide des outils traditionnels (pelle, pioche, curette...) ou modernes (bulldozer, niveleuse ou dameuse mécanique). ouvrièreIl travaille en collaboration avec des interlocuteurs variés. D'une part, il doit déterminer aux mieux les besoins du client. D'autre part, il intervient auprès de l'équipe sur le chantier pour résoudre les éventuels problèmes qui peuvent se poser. Il peut également avoir à gérer l'achat du matériel, ce qui implique un minimum de capacités commerciales.

 

Ce poste nécessite une bonne condition physique et une aptitude à exercer dans les conditions particulières.

 

Côté diplôme, aucune formation ni qualification particulière n'est exigée lors du recrutement. Il suffit d'avoir une connaissance du secteur et d'exprimer un intérêt pour une activité de chantier. Sont concernés les titulaires de CAP et bac pro des métiers du BTP et le bac STI option génie civil. Les débutants peuvent d'abord occuper les fonctions de manœuvre. Dans le secteur public, l'accès est garanti par un concours sous certaines conditions de recrutement et de niveau de formation.

Voir la fiche détaillée.

 

Monteur(euse) de réseau

Sa première mission est de raccorder les réseaux électriques aux bâtiments, en basse et moyenne tension, ainsi que leur amélioration et leur entretient. Ce technicien prépare le terrain en réalisant le repérage à l'aide de plans, le nettoyage et le débroussaillage, ainsi que le balisage de sécurité. Il raccorde les lignes du réseau de distribution EDF aux bâtiments, via les coffrets électriques placés le long des façades des habitations. Il pose ensuite les câbles d'alimentation jusqu'aux compteurs. Il peut également être en charge de l’installation de l'éclairage public ou des feux de circulation.

entretien électrique

Une autre de ses missions principales consiste à surélever ou enfouir les câbles selon les besoins. Pour les réseaux aériens, il plante les poteaux électriques, creuse les trous avec un engin de chantier, lève puis consolide les poteaux. Il déroule ensuite les câbles et les fixe à leur sommet. Il met enfin en place les équipements électriques (disjoncteur, sectionneur, transformateur). Pour les réseaux souterrains, il creuse une tranchée à l'aide d'une pelle mécanique, déroule les câbles, procède à divers raccordements, connexions ou dérivations, avant d'effectuer les dernières opérations de remblayage.

 

Il effectue également l’entretien des lignes et postes électriques, réalisant peintures, désherbages et élagages. Il contrôle aussi l'état des lignes et des postes électriques. En cas de coupure de courant, il recherche son origine et se doit de trouver une solution au problème. Selon les cas, il peut alors remplacer un câble, un isolateur ou consolider les supports accidentés. En permanence, il tente d'améliorer les performances du réseau afin de mieux répondre aux besoins des usagers.

Certaines capacités sont nécessaires. Outre une bonne condition physique, le monteur de réseau ne doit évidemment pas être sujet au vertige, pouvant se retrouver au sommet de pylônes de douze à seize mètres. Une bonne acuité visuelle est également de rigueur, ceci afin de distinguer les couleurs, notamment lors du branchement des câbles.

Le sens des responsabilités et de l'initiative permet de maîtriser les situations où la sécurité des personnes est en jeu. Quant aux qualités relationnelles, elles facilitent le contact avec les clients.

Les monteurs réseaux sont généralement titulaires d’une mention complémentaire de technicien en réseaux électriques, à laquelle il est possible d’accéder après un bac pro électrotechnique-énergie-équipements communicants, un bac pro maintenance des équipements industriels, ou un brevet professionnel installations et équipements électriques.

Voir la fiche détaillée.

 

Conducteur(trice) d’engins

Le conducteur d'engins de travaux publics conduit des machines de terrassement et de nivellement sur les chantiers : bulldozers, pelleteuses, rouleaux compresseurs, pelles mécaniques, masses, chargeuses, bouteurs, niveleuses, décapeuses. Il assure la maintenance des engins qu'il conduit et doit être capable de signaler les anomalies.

Voir fiche détaillée.

 

Mécanicien(ne) d’engins

Mécanicien d’enginsLe mécanicien réparateur d'engins de chantiers assure les réparations et la maintenance de toutes machines et de matériels de travaux publics : pelles hydrauliques, bouteurs, chargeuses, stations de concassage, de bétonnage ou d'enrobage.

Voir fiche détaillée.

 

Conducteur(trice) poids lourds

Le conducteur routier a la responsabilité de mener à bon port la marchandise embarquée dans son camion. Selon la taille de son véhicule et les clients à livrer, ses déplacements sont plus ou moins longs : une région, la France entière ou l'étranger. Le conducteur-livreur, quant à lui, circule essentiellement en ville.

Voir fiche détaillée.

 

Poseur(euse) de voies

Le poseur de voies ferrées participe au sein d'une équipe, à l'aide d'outillage et/ou de moyens mécanisés, à la réalisation de travaux d'installation de voies ferrées.

Membre d'une équipe, et placé sous l'autorité d'un chef d'équipe, le poseur de voies ferrées est amené à exécuter des tâches diverses, variées,poseur de voie selon des méthodes de travail définies, mettant en œuvre des activités manuelles et mécanisées. Il est amené à travailler dans différents environnements (Voies SNCF/RATP, tramway, …), en France ou dans le monde entier.

En matière de prévention, il applique les consignes de sécurité liées aux conditions d'exercice de son emploi et notamment : risques ferroviaires, risques électriques, travail en présence de trains, travail en présence d'engins TP et ferroviaires.

Sur des chantiers linéaires et mobiles, il réalise à partir des instructions précises de son chef d'équipe les travaux courants de sa spécialité. Il est en charge de l'approvisionnement des matériels, matériaux et outillages sur les voies ; de la mise en place des voies ferrées, leurs assemblages (rails, traverses, attaches) et leurs réglages ; du déchargement du ballast sur les voies ; des opérations de calage et de nivellement de la voie associées ; de la bonne exécution de ces travaux implique notamment qu'il : connaisse le matériel et sache utiliser l'outillage spécifique, respecte les ordres de commandements et travaille en bonne coordination avec les membres de l'équipe et les autres acteurs du chantier.

Les poseurs de voies sont généralement titulaire d’un CAP agent de maintenance des industries de matériaux, d’un CAP conduite de systèmes industriels, option fabrication et assemblage, d’un CAP maintenance des matériels, option travaux publics et de manutention ou d’un Bac professionnel MEI - maintenance des équipements industriels. A l’embauche, l’entreprise recrutant organise une formation spécifique, théorique et pratique, d’environ 8 semaines (formation préparatoire au métier d’opérateur de maintenance de voie). Une formation qui est également accessible en alternance.

 

Opérateur(trice) de centrale d’enrobés

L’opérateur de centrale assure le fonctionnement et l’entretien courant d’une centrale fixe ou mobile de fabrication d’enrobés à chaud, à froid ou d’asphalte, selon les règles de sécurité, d’environnement et les impératifs de production (qualité, délais, quantité…). Il doit préparer et installer la centrale (centrale mobile), la piloter et surveiller son bon fonctionnement, ainsi que maintenir la centrale en bon état, en en réalisant le nettoyage la maintenance et autres dépannages.

 

Il doit également adopter les comportements adéquats dans l’exercice de son activité, en respectant les règles de sécurités individuelles et collectives et en réagissant de façon appropriée face à l’imprévu et alerter son responsable hiérarchique en cas de dysfonctionnement ou de risque.

L'activité s'effectue en salle de pilotage, ou à l'extérieur (site d'extraction, chantier, ...). Le port d'équipements de protection individuelle est exigé (gants, chaussures de sécurité, protections auditives, casque, ...).

L’accès à cet emploi se fait avec un CAP/BEP dans les mêmes secteurs complétés par une expérience professionnelle dans le bâtiment et les travaux publics (extraction), un diplôme de niveau bac (professionnel, technologique) ou un bac+2 (BTS, DUT) en électricité, électromécanique…

soudureUn ou plusieurs Certificats d'Aptitude à la Conduite En Sécurité (CACES) conditionné(s) par une aptitude médicale à renouveler périodiquement peuvent être requis. Une habilitation électrique peut également être demandée.

Après quelques années d’expérience sur le terrain et après avoir fait ses preuves dans son métier, l’opérateur de centrale peut évoluer vers le métier de chef d’équipe.

Voir la fiche détaillée.

Soudeur(euse)

Le soudeur assemble des pièces métalliques de toutes sortes, du chauffe-eau à la baignoire, en passant par les chariots de supermarché, les pièces automobiles, les tuyauteries industrielles, les rails ferroviaires, certaines toitures, des pièces navales ou aéronautiques...

Voir fiche détaillée.

 

Constructeur(trice) d’ouvrage d’art métallique (ou charpentier(ère) métallique)

Le charpentier métallique participe à la construction d'ouvrages variés : ponts, immeubles, usines, centrales, hangars, passerelles, pylônes... Il intervient soit pour fabriquer des structures au sein d'un atelier d'usinage, soit pour assembler des pièces sur un chantier.

À partir des plans de fabrication, le charpentier métallique vérifie les mesures des plaques d'acier, enregistre les données dans une machine à commande numérique qui va découper l'acier avec précision. Grâce à sa connaissance des techniques d'étirage, de pliage et d'emboutissage de la tôle, ce professionnel fabrique des pièces de toutes les tailles. Sur le chantier, le charpentier monteur visse les pièces ou soude les structures afin de les assembler. À l'aide d'outils de levage, il déplace et fixe les charpentes métalliques aux endroits définis sur les plans de construction.

Le charpentier métallique est habile et rigoureux... surtout lorsqu'il doit percer des pièces au millimètre près ! De bonnes bases en calcul et en géométrie, ainsi qu'un intérêt pour le dessin technique sont nécessaires pour interpréter les plans du bureau d'études et fabriquer les structures.

charpentière

Par ailleurs, une bonne résistance physique est indispensable. En effet, si les outils de levage et de découpe au laser facilitent son travail, le professionnel est cependant amené à soulever fréquemment des charges. Sur un chantier, il travaille souvent en hauteur sur un échafaudage.

Dans une usine de construction métallique, le charpentier fabrique des pièces. Dans une entreprise de bâtiment et des travaux publics (BTP), il monte des structures. En usine, il exerce dans un atelier de grande taille, prévu pour permettre le déplacement de structures et de poutres mesurant parfois plusieurs mètres. Le charpentier monteur installe les structures métalliques sur le chantier, sous la direction d'un chef d'équipe. Il travaille en plein air et se déplace régulièrement. En usine ou sur un chantier, le charpentier métallique fait partie d'une petite équipe. Pour façonner les pièces, il travaille en liaison avec le bureau d'études qui fournit les plans, et le chef d'atelier qui dirige l'équipe.

Dans le BTP, la sécurité est une préoccupation permanente. Qu'il s'agisse de couper l'acier ou de fixer les charpentes, les risques d'accident sont réels. Il est impératif pour les professionnels de respecter les normes de sécurité. Le charpentier est responsable de la qualité de son travail. Forme, taille, poids... les pièces doivent être conformes aux plans et agencées au plus juste : une structure défaillante, et l'ouvrage s'écroule !

L’accès à cet emploi se fait avec un CAP (serrurier métallier, réalisation en chaudronnerie industrielle), un bac pro (technicien en chaudronnerie industrielle, ouvrages du bâtiment : métallerie), un bac technologique STI2D (développement durable) ou un BTS (construction métallique, conception et réalisation en chaudronnerie industrielle).

Un charpentier métallique maîtrisant les différentes techniques de fabrication ou de pose, ainsi que la gestion des délais, peut devenir chef d'atelier dans une usine, ou chef d'équipe sur un chantier, selon son activité.

Voir la fiche détaillée.

 

Mineur boutefeu (ou Mineur boiseur)

Le mineur boutefeu réalise les travaux d'abattage des roches par l'emploi d'explosifs en respectant et en faisant respecter de façon rigoureuse les règles de sécurité. C'est le spécialiste du tir de mine. Celui qui manipule les explosifs et déclenche tes explosions pour fragmenter des milliers de tonnes de roche.

Il commence par consulter le plan de tir afin de connaître la nature et tes quantités d'explosifs qui vont lui être nécessaires, les modes d'amorçage... Il effectue, ensuite, le chargement des trous de mine que le foreur avant lui à réaliser, puis relie les artifices entre eux pour créer une chaîne pyrotechnique. Enfin il met en place la procédure de tir. Après avoir vérifié que plus personne ne se trouvait sur la zone de tir et ne pouvait plus y accéder, l'explosion peut avoir lieu. Sa règle d'or : la sécurité. Il doit de façon stricte et impérative appliquer et faire appliquer les consignes de sécurité. Cela nécessite de la minutie, de l'attention et beaucoup de rigueur.

mineur

Dans le domaine des travaux publics, le mineur boiseur construit et rénove des galeries souterraines (voies ferrés et routières, circuit d’assainissement)... Il réalise des travaux souterrains en traditionnel ou à l’aide d’un tunnelier selon l’importance des travaux et les particularités du terrain.

Il travaille au sein d’une équipe aidée d’une grue pour réaliser l’implantation de puits, fabriquer et assembler les cadres porteurs, terrasser et creuser les puits et les galeries et remonter les gravas à l’aide de grues et de bennes, blinder au fur et à mesure de l’avancement du tunnel.

De nombreux CAP et BEP techniques peuvent mener à ce poste, à condition de posséder le certificat professionnel de préposé aux tirs : CPT

A noter : le certificat de préposé au tir délivré par l’Education nationale prépare au métier d’artificier ou de mineur-boutefeu opérant dans les carrières ou sur certains chantiers de démolition.

Voir la fiche détaillée.

 

Les métiers techniques et encadrement de chantier

Cette branche des travaux publics comptait, en 2013, 18 823 employés. Composée pour l’essentiel de techniciens (5 243), d’ingénieurs (4 355) et de chefs de chantier (2 146). Ce sont d’ailleurs ces trois métiers qui recruteront le plus d’ici 2018.

Chef(fe) de chantier

Sous la responsabilité du conducteur de travaux, le chef de chantier gère l'organisation de la totalité d'un chantier. Il coordonne l'intervention des différents corps de métiers : maçons, électriciens, peintres...

Voir fiche détaillée

Géomètre-topographegéomètre

Le géomètre topographe est chargé de déterminer les limites physiques et juridiques d'une parcelle de terrain destinée à être construite ou aménagée. Il intervient dans les projets publics d'aménagement de routes, le tracé du territoire, la gestion immobilière et foncière.

Voir fiche détaillée

 

Ingénieur(e) du génie civil

L'ingénieur du génie civil a pour mission de développer les infrastructures d'une région ou d'un pays. Il conçoit des ponts, des barrages, des bâtiments, des routes, des tunnels... Il réalise également des aménagements liés à l'eau ou à l'énergie.

Voir fiche détaillée

 

 

Les métiers administratifs et commerciaux

D’un effectif total de 9 449, les employés de ces métiers sont répartis entre deux familles, les métiers administratifs (8 630) et les métiers commerciaux (819). Notons que les effectifs de ces secteur ne devraient pas évoluer d’ici 2018.

Technico-commercial(e) BTP

Le technico-commercial BTP est en charge l'interface entre le client, les opérations et les fournisseurs. Il prospecte, mène les négociations et s'assure du bon déroulement de l'affaire dans son intégralité. Il est en charge de la prospection et du développement commercial. Pour cela il réalise un suivi des indicateurs de performance commerciale (rentabilité des affaires, marges dégagées, délais de livraison) et développe les ventes afin d'augmenter le chiffre d'affaires. Il détecte les futurs appels d'offres par des relations de proximité avec les clients existant et l'élaboration d'un réseau de prospects. Il a également la charge de rechercher de nouveaux axes de développement en accord avec les orientations commerciales et les spécialités de l'entreprise, assurer le montage de nouveaux produits ou de services et valoriser et promouvoir le savoir-faire de l'entreprise.

Autre axe essentiel de son métier, le technico-commercial BTP doit gérer la négociation des affaires. C’est-à-dire réceptionner et analyser le document de consultation des entreprises (DCE) ou le cahier des charges transmis par le client, intervenir en avant-vente auprès du client pour le conseiller sur les choix les plus adaptechnico commercialtés à ses besoins ou encore déterminer la marge à réaliser et fixer le prix final avec le directeur commercial. Ce à quoi s’ajoute des activités de suivi des travaux.

 

Il peut également être amené à prendre en charge des activités de développement produit (conception de nouveaux produits, adaptation à de nouvelles cibles commerciales). Il doit alors veiller au positionnement et à l'amélioration de l'offre de l'entreprise (veille technologique, analyse des ventes).

 

Afin de réaliser au mieux ces missions, le technico-commercial BTP doit faire preuve d’un bon niveau de culture économique et d’une bonne culture juridique. La maîtrise des règles de négociation commerciale clients et fournisseurs est évidemment une prérogative, tout comme la capacité à manier les chiffres pour concevoir les propositions commerciales et la maîtrise de la gestion administrative des affaires. D’un point de vue personnel, il doit savoir faire preuve d’un très bon relationnel, d’adaptabilité, de persévérance et d’autorité.

 

Pour accéder à cette fonction il est recommandé d’être diplômé d’une école d'ingénieur généraliste (ENSAM, ICAM, Écoles des mines...) ou spécialisée dans le secteur de la construction (ESTP : École spéciale des travaux publics, ESITC : École supérieure d'ingénieurs des travaux de la construction...) avec une dominante commerciale. Il est également possible de réaliser une école de commerce ou un master (bac +5) avec une spécialisation commerciale et technique (ingénierie, matériaux, marketing industriel), ou une formations universitaires bac +2 et 3 (BTS, DUT, licence professionnelle...) dans le secteur de la construction (génie civil, climatique, électrique, économie de la construction) avec une spécialisation commerciale (action commerciale, force de vente).

 

A force de travail et de bons résultats, le technico-commercial BTP pourra aspirer à devenir directeur commercial ou responsable grands comptes.

 

Zoom sur le secteur des travaux publics en Île-de-France

En Île de France, on compte 61 653 salariés des travaux publics, pour 245 015 salariés – ouvriers, ETAM ou cadres – et 7 500 entreprises dans toute la France, selon la FNTP (Fédération nationale des travaux publics).

L’effet Grand Paris

Si l’on ajoute les emplois nécessaires aux nouveaux besoins Transports et ceux destinés aux CDT (Contrats de développement territorial), on atteint les 18 500 nouveaux emplois à pourvoir d’ici 2020.

En d’autres termes : l’Ile-de-France réunit 1/3 de la production nationale des travaux publics, même si elle ne concentre qu’ 1/5ème des activités du secteur.

Le chiffre d’affaires en Ile-de-France était de 6,9 milliards d’euros en 2015, soit 18,9% du chiffre d’affaires national, selon le rapport d’activité 2016 de la FNTP.Grand Paris

Si l’on compare le chiffre d’affaires avec celui de 2008 (8,2 milliards d’euros), la baisse est très importante. Un chiffre qui est appelé à évoluer avec les nombreux projets portés par le Grand Paris. Les prises de commandes ont par exemple progressées de 10,2% en 2016.

L’impact du Grand Paris sur le secteur se ressent progressivement, avec la montée en charge des travaux depuis 2017, comprenant l’avancée des travaux de génie civil sur plusieurs projets de lignes (lignes 14 Nord, 15 Sud, 16, RER E...), l’équipement des prolongements de lignes comme les lignes 4, 11 et 12, et le début de travaux de dévoiements de réseaux sur d’autres lignes comme la ligne 14 Sud et Nord (phase 2 Saint-Ouen - Saint-Denis Pleyel), et la Ligne 17.

Selon le président de la Fédération régionale des travaux publics José Ramos, le réseau Grand Paris Express devrait générer la création d’environ 18 000 emplois dans le BTP et les travaux publics.

Le chantier de la future ligne de métro 15 sud, qui reliera Noisy-Champs à Pont de Sèvres en 2022, a par exemple mobilisé 156 PME et permis la création de 1300 emplois… Il en est prévu 5000 à l’horizon 2020.

Au total, pour l’emploi dans les travaux publics franciliens, on estime, d'ici à 2020, à près de 22 000 postes les besoins supplémentaires et 6 500 postes pour le renouvellement du personnel pour les chantiers au fil de l’eau (Chiffres CEP 2015-2020).

Dans cette dynamique, l’attribution des JO de 2024 devrait aussi contribuer au retour – en forme – du secteur des travaux publics.

Mes ressource utiles

Métiers et secteurs

 

Rapport d’activité 2016 de la FNTP (Fédération nationale des travaux publics)

http://www.fntp.fr/master_online/#page=1

 

Observatoire des métiers du BTP

Ce site propose de nombreux dossiers sur les perspectives d'emploi dans les prochaines années, l'évolution des compétences, les défis à relever. Près de 45 fiches métiers sont également proposées en ligne.

http://www.metiers-btp.fr/

 

Cap BTP

Le Comité central de coordination de l'apprentissage dans le bâtiment et les travaux publics, dit CCCA-BTP, a commandité ce site très complet. Les informations détaillées sur les formations et les témoignages de pros éclairent sur les carrières possibles dans le BTP.

http://www.cap-btp.com

 

CCCA-BTP, Comité de concertation et de coordination du bâtiment et des travaux publics

Quelles que soient vos questions sur les métiers du bâtiment, elles trouveront sûrement une réponse sur ce site. Métiers, formations, alternance, adresses des CFA, recherche d'emploi, etc. Toutes les informations sont facilement accessibles.

http://www.ccca-btp.fr

 

Les métiers du BTP (dossier Le Moniteur, 2005)

Dossier réalisé en octobre 2005 et regroupant tous les articles du Moniteur sur les métiers, les formations et les débouchés dans le BTP.

http://www.lemoniteur.fr/693-emploi-formation/dossiers-documentaires/689511-les-metiers-du-btp

 

Tableau de bord national de l'emploi et de la formation dans le BTP

Etude de février 2005 à télécharger.

http://www.cerc-actu.com/index.php?option=com_content&task=view&id=141&Itemid=191

 

Choix de formations – orientation

 

Formations dans le domaine du BTP

Présentation des principaux diplômes et qualifications du secteur sur le site de la Fédération française du bâtiment (FFB).

http://www.ffbatiment.fr/federation-francaise-du-batiment/le-batiment-et-vous/formation/accueil.html

 

 

Etudes et statistiques

 

Contrat d’ étude Prospective 2015 - 2020

Ce CEP porte sur les besoins en emplois et compétences dans les travaux publics en Ile-de-France sur la période 2015 - 2020, notamment en lien avec les travaux du Grand Paris.

http://www.fntp.fr/upload/docs/application/pdf/2015-11/frtp_contrat_detudes_2015_-_2020_bd.pdf

http://www.fntp.fr/idf/travaux-publics/p_934332/cep-tp-2015-2020-actualise

 

Crédits photos

© vitraux © hh5800  Pauline Giroux © morfous © lysenkoAlexander © spooh © kozmoat98 © kupicoo © fstop123 © Shinyfamily © MiguelMalo © tssaba © ExtremePhotographer © agnormark © microgen © Natee Meepian © serts

 

nounouDepuis la fin des années 90, le secteur des services à la personne est en plein essor. L'allongement de la durée de la vie, le vieillissement de la population, l'émergence de nouveaux modes de vie (se libérer des contraintes matérielles...) et la création du chèque emploi service universel contribuent au développement de ces activités, qui se professionnalisent et sortent de la sphère du « travail au noir ».

Se mettre au service des autres peut prendre la forme de multiples activités professionnelles à domicile : aide aux devoirs, assistance informatique, travaux ménagers, livraison de courses ou de repas, aide à la vie quotidienne des personnes âgées ou handicapées, garde d’enfants... Certaines comme les gardes d’enfants de moins de 3 ans, par exemple, nécessitent au préalable un agrément ou une autorisation.

Panorama des métiers

27 activités différentes

Les services à la personne recouvrent une vingtaine d'activités différentes, dans 3 principaux domaines : - les services à la famille (garde d'enfants, cours à domicile, etc.) ; - les services de la vie quotidienne (travaux ménagers, préparation de repas à domicile, jardinage, petit bricolage, etc.) ; - les services aux personnes âgées, handicapées, ou dépendantes (soins, accompagnement dans les promenades et actes de la vie courante, téléassistance, etc.).cours particulier

Notons que les femmes sont très présentes dans les métiers des services à la personne, notamment pour les activités d'aide à domicile, de ménage et d'accompagnement des personnes âgées.

 

Le chèque CESU

Le chèque emploi-service universel (CESU) vise à favoriser le développement des services à la personne, en simplifiant le paiement des employés et en offrant des avantages fiscaux aux employeurs. Il est financé en tout ou partie par une entreprise, un comité d'entreprise, une mutuelle, une caisse de retraite, une collectivité territoriale... Il sert à rémunérer un salarié à domicile, une assistante maternelle agréée, un prestataire de service, une crèche, etc.

Selon l’UNA (Union nationale de l’aide, des soins et des services aux domiciles), près de 2 millions de salariés travaillaient en 2016 dans le secteur de l'aide à domicile, dont 16 % en Île-de-France. Par ailleurs, 40 000 emplois ont été créés en 10 ans, 4,5 millions de ménages sont concernés par les services à domicile et 160 000 emplois devraient être créés d’ici à 2022.

 

Pas de diplôme exigé, mais…

De nombreux métiers du secteur restent accessibles sans diplôme, cependant, les employeurs – prestataires en tête – se montrent de plus en plus exigeants en matière de qualification. Ils favorisent notamment les titulaires d'un CAP (petite enfance – attention dernière session en 2018 –, agent de propreté et d’hygiène, etc.), d'un BEP (accompagnement, soins et services à la personne), d'un bac pro (services de proximité et vie locale) ou encore d'un diplôme d'État (d'aide-soignant, etc.).

 

Le salon des services à la personne

Depuis plus de 10 ans le salon des services à la personne et de l’emploi à domicile se tient à Paris Porte de Versailles. Plus de 200 exposants s’y rendent chaque année à la rencontre des particuliers qui y viennent pour trouver les services qui facilitent le quotidien à domicile, ou faire le plein de conseils pour bien vieillir et rester autonome ou encore découvrir les solutions pour une maison simplifiée, sécurisée.

 

Un secteur qui va continuer de recruter

homme de ménageActuellement, plusieurs branches de l'aide à domicile manquent cruellement de main d'œuvre. Si l'ensemble des services affiche un fort potentiel de développement, ce sont les activités d'aide aux personnes âgées ou handicapées qui devraient prendre le plus d'ampleur dans les années à venir. L’enquête de BMO (besoin de main d’œuvre) 2017 par exemple a enregistré en France 59 918 projets de recrutements en 2017 dont 70 % étaient considérés comme difficiles. En Île-de-France, ce sont 8 948 projets de recrutements qui ont été annoncés en 2017 dont près de 59 % étaient jugés difficiles.

Par ailleurs, de nouveaux services devraient émerger, en particulier dans le domaine de la mobilité des personnes (aide aux transports, etc.), de l'encadrement des adolescents ou de la sécurité (télésurveillance des lieux et des personnes).

 

Où exercent-ils ?

En matière de services à la personne, on distingue 2 grandes catégories d'employeurs : les particuliers et les prestataires (associations et organismes privés spécialisés, communes, centres d'action sociale, etc.).

Plus de 85 % des salariés du secteur (assistantes maternelles comprises) sont employés directement par des particuliers, principalement pour des activités d'entretien de la maison, de garde des enfants, de soutien scolaire.assistance

Si les associations et les structures publiques sont surtout tournées vers les activités liées aux personnes âgées et à la famille, les entreprises privées se lancent vers de nouvelles niches d'activités comme le ménage ou l'assistante informatique à domicile.

 

Qui fait quoi ?

Une société mandataire de services met en relation des professionnels et des particuliers. Elle propose différents profils de professionnels en fonction des besoins du particulier. Si ce dernier souhaite faire appel à l'un d'entre eux, il l'embauche directement. La société se charge alors des aspects administratifs (contrat, fiche de paie) et assure un remplacement en cas d'absence. Une société prestataire de services facture des services aux particuliers et salarie elle-même les pros qui interviennent. En général, il s'agit de contrat de moins de 4 h.

Les services à la famille

Les services à la famille concernent essentiellement la prise en charge des enfants (garde, soutien scolaire, accompagnement). De nouveaux besoins sont également en train d'émerger dans le domaine de l'aide administrative ou informatique.

Assistant(e) maternel(le)

Communément surnommée « nounou », l'assistante maternelle accueille de 1 à 3 enfants de moins de 6 ans. Elle travaille généralement à son domicile. On dit alors qu'elle est assistante maternelle non-permanente. Comme n'importe quel salarié, elle bénéficie d'un contrat de travail, d'une couverture sociale et de congés payés. Quand elle dépend d'un service d'aide sociale à l'enfance ou d'un placement familial spécialisé, elle est assistante maternelle permanente : elle s'occupe de l'enfant 365 jours par an, 24 h/24.

nourrice

Ses qualités

L'assistante maternelle doit faire preuve de patience, d'écoute et de pédagogie pour aider les enfants à grandir, à régler les disputes, etc.

 

Sa formation

Aucun diplôme n'est exigé pour devenir assistante maternelle. En revanche, vous devez obtenir un agrément auprès du service de protection maternelle infantile du votre lieu de résidence.

Pour cela, vous devez être âgée de 21 ans minimum et remplir un dossier administratif. Des professionnels viendront contrôler l'état de votre domicile, les normes de sécurité, etc.

Une fois l'agrément obtenu, vous suivrez une formation (120 heures pour les assistantes maternelles, 240 pour les assistants familiaux) à laquelle s'ajouteront 60 heures de stage.

Le renouvellement de votre agrément, accordé pour 5 ans, est ensuite subordonné à la justification du suivi d'une formation de 120 h sur le développement de l'enfant et sa prise en charge.

La formation terminée, c'est à vous de trouver les futurs enfants à garder. Vous pouvez aussi vous adresser à la PMI ou aux différents services sociaux si vous souhaitez devenir assistante permanente.

Voir la fiche détaillée.

 

Garde d'enfants à domicile

Tout comme l'assistante maternelle, la garde d'enfants à domicile partage son quotidien avec un ou plusieurs enfants, au domicile des parents. Si elle garde des enfants de parents différents, elle peut être amenée à alterner les semaines de travail chez l'un et chez l'autre.

Elle prend en charge leurs repas, les temps de jeux et de siestes, les promenades, etc. Dans certains cas, elle assure également des tâches ménagères, si cela est prévu dans son contrat.garde d'enfant

 

Ses qualités

Des qualités d'écoute, de patience sont attendues. Aimer le contact avec les petits, connaître des jeux et activités éducatives sont des atouts. Par exemple, une expérience dans des centres aérés avec l'obtention du BAFA peut être un plus.

 

Sa formation

Aucun diplôme n'est requis. Toutefois, un CAP petite enfance (attention, en 2019 il devient le CAP AEPE, accompagnant éducatif petite enfance) ou un BEP accompagnement, soins et services à la personne prouvera vos compétences et votre investissement dans le secteur.

 

Où exerce-t-il ?

La personne employée pour la garde d'enfant au domicile privé des parents dépend de la convention collective nationale des salariés du particulier employeur. Comme pour tout emploi, elle signe un contrat de travail avec les différentes familles qui l'emploient et négocie salaires, horaires, prise des congés payés, etc. Lorsqu'elle est nourrie et logée, la garde d'enfant est « employée au pair ». Son employeur doit alors lui assurer une chambre individuelle, de l'argent de poche et prendre en charge sa nourriture.

bon à savoirPour des missions de garde à domicile régulières ou ponctuelles (baby-sitting), vous pouvez demander à être rémunéré par CESU, chèque emploi service universel. Cela vous permet de cotiser pour la retraite, de bénéficier d'une protection sociale (assurance maladie) et d'avoir des fiches de salaire.

Aide scolaire, professeur(e) particulier(ère)

Pour du soutien scolaire ou des cours à domicile, un étudiant ou un enseignant peut offrir ses services à des familles. En fonction de la matière et des compétences scolaires de l'élève, le professeur particulier doit justifier d'un niveau d'études approprié. Ce sont donc souvent des étudiants d'université dans une matière donnée (licence au minimum) et des enseignants diplômés qui interviennent.

aide scolaire

Ses qualités

Outre une parfaite maîtrise de la matière à enseigner, il faut que vous soyez pédagogue, à l'écoute et patient. Vous devrez être capable de transmettre au jeune une méthode de travail qui l'aidera à devenir autonome et à progresser.

 

Où exerce-t-il ?

Il est possible d'être employé par des organismes spécialisés dans le soutien scolaire, ou bien de travailler directement pour les familles, qui rémunèrent alors au moyen du CESU, chèque emploi service universel.

Des fonctions de conseiller pédagogique se développent aussi dans les entreprises de soutien scolaire pour recevoir les parents, évaluer les besoins scolaires et planifier le soutien sur l'ensemble de l'année scolaire.

 

Technicien(ne) de l'intervention sociale et familiale

Le technicien de l'intervention sociale et familiale, appelé également travailleur familial, apporte une aide matérielle aux familles qui traversent une période délicate à gérer : hospitalisation ou décès d'un des parents, longue maladie, naissance d'un enfant, survenue d'un handicap, etc. Il contribue aussi à maintenir à domicile les personnes âgées ou handicapées, en les épaulant pour les tâches ménagères.

 

Ses qualitésaide à domicile

Pour exercer ce métier, il faut être dynamique et résistant : l'essentiel du temps de travail est consacré aux travaux ménagers. Le technicien de l'intervention sociale et familiale est en contact permanent avec la souffrance et l'isolement. Il doit garder ses distances avec les difficultés d'autrui et rester serein, tout en faisant preuve d'une grande humanité.

 

Sa formation

La formation au métier de technicien de l'intervention sociale et familiale est accessible à tous, sans condition de diplôme. Toutefois, si vous êtes titulaire du bac ou d'un équivalent, vous pouvez être dispensé de l'épreuve écrite d'admissibilité.

Le diplôme d'État de technicien de l'intervention sociale et familiale se prépare en 18 ou 24 mois selon l'organisme de formation choisi.

Dans tous les cas, un examen de sélection est organisé. Il comprend une épreuve écrite de culture générale et un entretien de motivation. Cet examen est accessible aux candidats âgés de 18 ans au moins, sans condition de diplôme, ni de niveau d'études.

La formation comprend des cours théoriques et 8 mois de stage professionnel.

 

bon à savoirLes titulaires du bac pro services de proximité et vie locale, du BEATEP (brevet d'État d'animateur technicien de l'éducation populaire et de la jeunesse),du BPJEPS (brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport) animation sociale, du diplôme d'État accompagnant éducatif et social (qui rassemble depuis la rentrée 2016 les ex-DE d'auxiliaire de vie sociale et d'aide médico-psychologique) ou encore, du titre professionnel assistant de vie aux familles peuvent avoir des allègements ou dispenses de formation.

 

Où exerce-t-il ?

Le technicien de l'intervention sociale et familiale est recruté par 3 types de structures : les associations d'aide à domicile en milieu urbain ou rural, les collectivités locales, les organismes sociaux comme l'Assurance maladie (sécurité sociale), la CAF (caisse d'allocations familiales) ou les mutuelles.

Il peut également travailler dans des foyers pour l'enfance, des centres d'accueil des handicapés ou des résidences pour personnes âgées.

Voir la fiche détaillée.

 

Assistant(e) administrative à domicile

gestionAppelé aussi secrétaire particulier, l'assistant administratif à domicile épaule un particulier dans la rédaction, le suivi et la bonne compréhension de ses courriers, contrats d'assurance ou règlement des impôts, par exemple. Il peut également aider à trier et archiver les données personnelles de la personne (relevés de compte, etc.). Il peut aussi s'agir d'une mission de relecture/correction d'un mémoire, d'une étude.

Ses qualités

Pour réaliser des missions de ce type, vous devez faire preuve d'une aisance rédactionnelle et d'une bonne connaissance des procédures administratives et textes officiels en vigueur. La discrétion et la confidentialité sont naturellement de mise. Vous pouvez être employé directement par un particulier en vous faisant rémunérer par le biais d'un CESU, chèque emploi service universel, ou être embauché par une entreprise de service à la personne.

 

Garde malade

En dehors des soins qui ne font pas partie de son activité, le garde malade assiste une personne tant pour son confort moral que physique. Il peut être sollicité de jour comme de nuit en fonction des besoins de la personne. Vous pouvez être amené à préparer le petit déjeuner, faire le lit, accompagner la personne pour faire ses courses ou une promenade, etc.garde malade

 

Ses qualités

Être prévenant et à l'écoute sont les principales qualités qu'on attend d'un garde malade.

 

Sa formation

Si aucun diplôme n'est exigé, le DEAES (diplôme d’État accompagnant éducatif et social (qui rassemble depuis la rentrée 2016 les ex-DE d'auxiliaire de vie sociale et d'aide médico-psychologique) vous prépare bien à ce type d'activité.

 

Assistant(e) en informatique et Internet à domicile

Pour installer de nouveaux logiciels sur un ordinateur ou réaliser sereinement l'installation d'un abonnement à Internet, il est possible de faire appel à un assistant en informatique et Internet à domicile. Ce pro peut aussi répondre à des besoins de sauvegarde de données ou de prise en main d'un nouveau matériel, et même effectuer des réparations sur du matériel défaillant.

assistant informatique

Ses qualités

Vous devrez être capable de vous adapter à vos interlocuteurs en vulgarisant vos connaissances pour leur transmettre.

 

Sa formation

Ce sont plutôt des diplômés de bac, BTS et DUT en informatique, électronique ou électrotechnique qui sont recherchés pour de telles missions. Installation, maintenance et dépannage ne devront pas avoir de secret pour vous !

 

Où exerce-t-il ?

L'assistant en informatique est surtout recruté par des entreprises privées pour des missions ponctuelles chez des particuliers.

Les services de la vie quotidienne

Les services de la vie quotidienne concernent tout ces « petits plus » qui simplifient la vie des personnes en les soulageant des tâches domestiques : ménage, repassage, bricolage, jardinage, livraison de courses ou de repas, etc.

Employé d'entretien, homme/femme de ménage, aide-ménager , les appellations sont multiples pour qualifier ce professionnel ! Il propose ses services pour faire le ménage, laver les vitres ou effectuer des tâches de repassage pour le compte d'un ou plusieurs particuliers.

 

Les qualités pour exercer dans ce secteur

Ce professionnel doit être polyvalent et à l'écoute des besoins des personnes qui l'emploient. Auprès des personnes âgées, il est parfois le seul lien avec l'extérieur : il doit alors faire preuve de bienveillance et d'attention.

laver

La formation

Titulaire du CAP agent de propreté et d’hygiène, vous serez plus à l'aise dans l'exécution des différentes tâches demandées, ayant appris l'utilisation de chaque produit, leurs effets, et les bonnes postures de travail.

 

Les lieux d’exercice

L'emploi se situe directement auprès des particuliers ou via des entreprises de services ménagers.

Il faut savoir que, de plus en plus souvent, les entreprises spécialisées embauchent après test : vous devrez, par exemple, être capable de repasser impeccablement une chemise en moins de 7 minutes !

 

Professionnel(le) de l'entretien et/ou des espaces verts

Ce professionnel peut se spécialiser dans des missions de bricolage (électricité, plomberie, menuiserie), de jardinage (élagage, tonte, débroussaillage).

jardinier

Ses qualités

La polyvalence et la patience. Monter un meuble, poser des luminaires, aménager un placard, réparer une fuite d'eau, arroser une pelouse, tailler les arbres, ramasser les feuilles mortes, sont autant d'activités possibles dans l'entretien quotidien d'une habitation et d'un jardin que des particuliers n'ont pas le temps de prendre en charge.

 

Sa formation

Selon la technicité de l'activité, il est recommandé de pouvoir justifier d'un diplôme dans le secteur, par exemple le CAP menuisier installateur, le bac pro technicien en installation des systèmes énergétiques et climatiques, le bac pro productions horticoles, etc.

 

Où exerce-t-il ?

Vous pouvez être recruté directement par un particulier (et être payé en CESU pour quelques heures d'intervention) ou être salarié d'une entreprise (ce qui vous permet d'accroître le nombre d'heures de travail).

Être titulaire du permis de conduire et disposer d'un véhicule sont 2 pré-requis indispensables pour vous déplacer d'un site à un autre !

 

Intervenant(e) pour les repas

Ce professionnel assure la préparation et parfois la livraison de repas aux particuliers, de façon occasionnelle ou régulière. Il suit les recommandations données par son client et cuisine selon ses goûts et choix culinaires.

Vous pouvez faire les courses avec votre client (une personne âgée, une personne handicapée...) puis vous rendre avec elle à son domicile pour préparer le repas. Une autre possibilité est de recevoir la commande des courses, confectionner le repas dans la cuisine de votre entreprise et assurer ensuite la livraison. Selon la taille de l'entreprise qui vous embauche, cette seconde activité peut être confiée à un livreur.

 

Sa formation

Un diplôme dans le secteur de la restauration est attendu : un CAP cuisine, un BEP restauration option cuisine, un bac pro cuisine, un bac techno STHR (Sciences et technologies de l'hôtellerie et de la restauration), un BP arts de la cuisine, une MC cuisinier en desserts de restaurant.cuisiner

 

Où exerce-t-il ?

Les emplois se situent principalement dans les entreprises de service.

 

Cuisinier(ère) à domicile

Toujours dans le domaine de la cuisine, certains professionnels proposent leurs services à domicile : le temps d'un repas, ils viennent cuisiner chez vous ! Le cuisinier élabore le menu avec le client, réalise l'achat des mets indispensables au repas, confectionne les plats, assure le service de table puis le nettoyage des ustensiles après le service. Il peut aussi dispenser des cours de cuisine à domicile.

 

Ses qualités

Être créatif, respecter les règles d'hygiène élémentaires, les préférences culinaires et les habitudes des gens.

 

Sa formation

Il est formé à la restauration : CAP cuisine, BEP restauration option cuisine, bac pro cuisine, bac techno STHR (Sciences et technologies de l'hôtellerie et de la restauration), BP arts de la cuisine, MC cuisinier en desserts de restaurant...

 

Où exerce-t-il ?

À domicile.

Les services aux personnes âgées ou handicapées

De la toilette à la préparation des repas en passant par les soins médicaux et esthétiques, de très nombreux services à domicile permettent aujourd'hui à des personnes dépendantes de continuer à vivre chez elles.

Assistant(e) de vie pour personnes âgées

 

L'assistant de vie pour personnes âgées, qu'on appelle aussi aide à domicile pour personnes âgées, se rend au domicile des personnes en perte d'autonomie pour les aider à effectuer les tâches de la vie courante. Ce professionnel contribue au maintien à domicile de personnes qui seraient placées en institution sans cette aide extérieure.

 

Ses qualités

Pour exercer la profession d'aide à domicile, vous devez être à l'écoute de l'autre, capable d'appréhender ses besoins et de l'aider de la manière la plus efficace possible. Travailler aide à domicileauprès de personnes âgées demande beaucoup de douceur et de patience. Pour que la personne aidée se sente en confiance, l'aide à domicile doit procéder avec tact. Grâce à sa bonne humeur, il contribue à redonner le sourire à ses « protégés ».

 

Sa formation

Aucun diplôme n'est exigé pour devenir aide à domicile pour personnes âgées, mais un diplôme du type CAP est apprécié. Vous pouvez notamment préparer en 2 ans après la 3e, un CAP assistant technique en milieux familial et collectif. Une année d'études supplémentaire vous sera nécessaire pour obtenir la MC aide à domicile. Les personnes ayant 3 ans d'expérience professionnelle dans ce domaine peuvent également être admises en formation.

Vous pouvez également préparer, en 2 ans après le CAP ou 3 ans après la 3e, le bac pro services de proximité et vie locale ou le bac pro accompagnement, soins et service à la personne (deux options : en structure ; à domicile).

En formation continue, il existe aussi un titre professionnel assistant de vie aux familles (formation de 6 mois).

 

Où exerce-t-il ?

Avec l'allongement de la vie et le vieillissement de la population, les besoins en professionnels intervenant auprès de personnes âgées sont énormes. La plupart du temps salarié, l'assistant de vie pour personnes âgées est employé par des associations, des collectivités territoriales ou encore par les particuliers.

Voir la fiche détaillée.

 

Accompagnant(e) éducatif(ve) et social(e)

L'accompagnant travaille auprès de personnes handicapées ou âgées, très dépendantes. Il leur prodigue les soins quotidiens et met en place des activités d'éveil pour les inciter à communiquer.

 

Ses qualitéséveil

Les personnes dont l'aide médico-psychologique s'occupe demandent souvent beaucoup d'attention. La patience est de mise pour vivre à leur rythme. L'aide médico-psychologique doit leur accorder une écoute constante et savoir mettre de côté ses problèmes personnels.

Pour exercer ce métier, force et robustesse sont indispensables : que ce soit pour le lever, le coucher, les déplacements ou la toilette, l'aide médico-psychologique est amené à soutenir ou à porter ses patients, enfants comme adultes.

 

Sa formation

La formation qui vous conduira au diplôme d'État d'aide médico-psychologique (DEAMP) est accessible en voie directe ou en cours d'emploi en alternance, sur une amplitude de 12 à 24 mois. Aucun niveau d'études préalable n'est exigé. Chaque centre de formation organise des épreuves d’admission comprenant un questionnaire d’actualité (écrit) et un entretien oral.

 

Où exerce-t-il ?

Le secteur associatif, les communes et les hôpitaux sont les principaux employeurs d'aides médico-psychologiques. Les établissements accueillant des personnes handicapées - IME (instituts médico-éducatifs), IMPRO (instituts médico-professionnels), CAT (centres d'aide par le travail) - ont des besoins importants.

Conséquence du vieillissement de la population, les perspectives d'emploi se développent très rapidement dans les structures destinées au 3e âge : maisons de retraite et résidences pour personnes âgées.

Voir la fiche détaillée.

 

Auxiliaire de vie sociale

L'auxiliaire de vie sociale intervient au domicile des personnes en difficulté sociale, physique ou morale. Il peut s'agir d'enfants, de familles, de personnes âgées, malades ou handicapées. Il les accompagne dans les tâches quotidiennes qu'ils n'arrivent plus à assumer seuls. Il contribue ainsi au maintien de leur autonomie et à la lutte contre l'exclusion sociale.

 

Ses qualités

L'auxiliaire de vie sociale fréquente au quotidien des personnes en grande difficulté sociale ou psychologique. Par sa bonne humeur, il contribue à leur redonner le sourire.

Souple et ouvert, ce professionnel établit un contact non seulement avec la personne aidée, mais aussi avec son entourage. Plein de tact, il sait respecter au quotidien l'espace dans lequel il entre et l'intimité des personnes.

Enfin,auxiliaire de vie ce métier requiert une bonne organisation, compte tenu de la diversité des tâches à accomplir, ainsi qu'une importante force physique car certaines personnes handicapées sont très limitées dans leurs mouvements.

 

Sa formation

Deux diplômes vous permettent de devenir auxiliaire de vie sociale : le DEAES, diplôme d'État accompagnant éducatif et social (qui rassemble depuis la rentrée 2016 les ex-DE d'auxiliaire de vie sociale et d'aide médico-psychologique) et la MC (mention complémentaire) aide à domicile.

Aucun diplôme n'est exigé pour préparer le DEAES. Il suffit d'être âgé de 18 ans à la date de l'examen d'entrée, qui comporte un questionnaire d'actualité orienté sur les problèmes sociaux et un entretien avec un jury.

En revanche, l'accès à la MC aide à domicile se fait à partir de certains titres ou diplômes : BEPA services spécialité services aux personnes, BEP accompagnement, soins et services à la personne, CAP assistant technique en milieux familial et collectif, CAP petite enfance (attention, en 2019 il devient le CAP AEPE, accompagnant éducatif petite enfance), diplôme d'État d'aide médico-psychologique, diplôme d'État d'aide-soignant ou d'auxiliaire de puériculture.

 

Où exerce-t-il ?

Les associations d'aide à domicile constituent le débouché le plus important pour les auxiliaires de vie sociale. Elles jouent le rôle d'intermédiaire entre les particuliers en difficulté et les auxiliaires. Les collectivités locales font, elles aussi, appel à des auxiliaires de vie sociale. Ainsi, les centres communaux d'action sociale, qui dépendent des mairies, gèrent l'aide sociale. Quelques particuliers embauchent directement des auxiliaires.

Voir la fiche détaillée.

 

Esthéticien(ne) et coiffeur à domicile

Pour offrir un moment de détente et permettre à chacun selon son âge ou sa dépendante de bénéficier de soins esthétiques et de beauté, l'esthéticienne et la coiffeuse peuvent offrir de tels services directement chez les particuliers.

 

Ses qualités

Politesse, amabilité, diplomatie, discrétion, tact et psychologie, sens du commerce, curiosité et capacité à prendre des initiatives sont indispensables.

Sa formation

Épilation, soin du corps, manucure peuvent être proposées par une esthéticienne diplômée.coiffeur Le CAP esthétique-cosmétique-parfumerie se prépare dès la fin de la classe de 3e, en 2 ans, en lycée professionnel ou en CFA.

Après le CAP, vous pouvez préparer un BP esthétique-cosmétique-parfumerie en un an et en apprentissage. Il vous forme aux différents soins du corps. Il existe également un bac pro esthétique-cosmétique-parfumerie.

Après un bac scientifique ou éventuellement STL biochimie et génie biologique ou ST2S (anciennement SMS), le BTS métiers de l’esthétique-cosmétique-parfumerie vous permet d'accéder aux fonctions de démonstratrice ou de gérante de salon. Il se prépare en 2 ans.

Par ailleurs, coupe de cheveux et coloration peuvent être pris en charge par une coiffeuse diplômée.

Le CAP coiffure est le minimum requis pour exercer le métier. Il se prépare en 2 ans, après la 3e, en lycée professionnel, en CFA, dans les écoles de la FNCF (Fédération nationale de la coiffure française) ou dans des écoles privées.

Si vous souhaitez poursuivre vos études après le CAP, vous avez le choix entre 2 mentions complémentaires : MC coloriste-permanentiste ou MC styliste-visagiste. Chacune de ces MC se déroule en un an et se prépare par la voie scolaire (lycée professionnel ou établissement privé) ou en apprentissage (CFA).

Le BP coiffure (diplôme de niveau bac) est obligatoire pour ouvrir son salon de coiffure. Il se prépare en 2 ans en alternance. Pour vous y présenter, vous devez justifier du CAP coiffure. Le BM coiffeur, qui est de même niveau, n'est pas proposé en Île-de-France.

 

Où exerce-t-il ?

Esthéticiennes et coiffeuses à domicile, installées à leur compte ou salariées d'une entreprise de services à la personne, sont encore minoritaires, mais néanmoins de plus en plus nombreuses.

 

Intervenant(e) pour les soins à domicile

Pour permettre aux personnes âgées ou dépendantes de rester à leur domicile ou d'abréger une hospitalisation, il est possible de faire appel à un intervenant extérieur pour assurer les soins dont elles ont besoin. Il peut s'agir de soins d'hygiène corporelle (aide à la toilette, etc.), de soins paramédicaux (pédicure, par exemple), de soins infirmiers.

 

Ses qualités

Tous les professionnels intervenant à domicile pour des soins participent à la surveillance de l'état général de la personne visitée. Ils doivent faire preuve d'attention et d'écoute.

Sa formationaide hygiène

Les soins d'hygiène peuvent être accomplis par une aide ménagère, une aide médico-psychologique, une auxiliaire de vie sociale, un aide-soignant, un technicien de l'intervention sociale et familiale. Pour chacun de ces métiers, un parcours de formation particulier est indispensable (cf. fiches ci-dessus).

Ainsi, l'aide-soignant à domicile doit impérativement justifier du DPAS, diplôme d'État d'aide-soignant, qui se prépare en un an après la réussite du concours d'entrée.

Les soins paramédicaux doivent être effectués par des spécialistes : un pédicure pour les soins des ongles des pieds, un masseur-kinésithérapeute pour un massage, etc. Chacun de ces métiers exige un parcours de formation spécifique.

Par exemple, pour exercer le métier de pédicure-podologue, vous devez être titulaire du diplôme d'État de la profession, qui se prépare en 3 ans après le bac en école spécialisée.

Il existe 2 modalités d'accès au DE (diplôme d'État) de masseur-kinésithérapeute, avec ou sans concours (2 756, c'est le nombre d'étudiants qui pourront être admis en première année de préparation du DE masseur-kinésithérapeute en 2017-2018 au niveau national, dont 655 en Île-de-France). La formation dure.

Concernant les soins infirmiers (changement de pansement, pose d'une perfusion, etc.), seul un infirmier diplômé d'État est habilité à les réaliser. Le diplôme d'État d'infirmier se prépare en 3 ans après le bac. Le nombre d'étudiants accueillis en 1re année d'études préparatoires au diplôme d'État d'infirmier pour l'année scolaire 2017-2018 était fixé à 30 947, dont 6 540 en Île-de-France.

Les interventions à domicile pouvant être réparties sur une large zone géographique, il est préférable que vous ayez le permis B ainsi qu'un véhicule.

 

Où exerce-t-il ?

Les débouchés se situent dans les associations d'aide au maintien à domicile notamment.

Mes ressource utiles

Ministère de l’Économie, des Finances, de l’Action et des Comptes publics

https://www.entreprises.gouv.fr/services-a-la-personne/secteur-et-activites

 

Métiers et secteurs

 

Les métiers de l'aide à domicile

Sur le site du réseau Adessa des associations d'aide à domicile, vous trouverez une liste exhaustive ou presque des métiers de cette branche ainsi qu'une fiche descriptive pour chacun d'entre eux.

http://adessadomicile.org/

 

ADMR, Association du service à domicile

L'association présente ses missions, mais aussi rapidement les métiers concernés : aides à domicile, aides-soignantes, infirmières ou encore éducateurs. Des offres d'emploi sont aussi proposées.

http://www.admr.org

 

Fédération des particuliers employeurs de France

Présentation de la FEPEM mais aussi des démarches pour devenir particulier employeur.

http://www.fepem.fr

 

UNA, Union nationale de l’aide, des soins et des services aux domiciles

Une présentation détaillée des missions, des employeurs, des métiers et des formations du secteur social. Les textes de référence et les aides possibles sont également rappelés. Sans oublier les actualités, les communiqués de presse, et les offres d'emploi du secteur. En prime : un annuaire des associations du domaine.

http://www.una.fr

 

Les métiers de l'aide à domicile

Sur le site du réseau Adessa des associations d'aide à domicile, vous trouverez une liste exhaustive ou presque des métiers de cette branche ainsi qu'une fiche descriptive pour chacun d'entre eux.

http://adessadomicile.org/

 

Choix de formations - orientation

 

Annuaire Sanitaire et Social

Un annuaire des établissements sanitaires et sociaux, mais aussi des lieux de formation (rubrique formation). La recherche se fait par région ou par nom d'organisme. Cet annuaire permet la localisation des structures d'hospitalisation, des établissements de soins, des associations d'aide au maintien à domicile des personnes âgées, etc.

http://www.sanitaire-social.com

 

ACPPAV

Association des cours professionnels de pharmacie, santé, sanitaire, social et environnement. Elle propose, par exemple, le CAP accompagnant éducatif petite enfance et le diplôme d'État accompagnant éducatif et social.

http://www.acppav.org/

 

Particulier-emploi

La Fédération nationale des particuliers employeurs (FEPEM) et l'IRCEM Prévoyance propose ce portail visant à regrouper les offres et demandes de service à la personne.

http://www.particulier-emploi.fr/

 

 

Actualités spécialisées

Union nationale des centres communaux et intercommunaux d'action sociale

Actions, actualités et annuaire de cet organisme.

http://www.unccas.org

 

Salon annuel des services à la personne

Ce salon a lieu en novembre (première édition en 2007).

http://www.salon-services-personne.com/

 

Études et statistiques

 

Pôle emploi: les métiers du service à la personne

Panorama du secteur réalisé par Pôle emploi en 2015.

http://www.pole-emploi.fr/actualites/les-services-a-la-personne-un-secteur-qui-recrute-@/article.jspz?id=60664

 

Enquête IFOP novembre 2015

Enquête IFOP sur les services à la personne.

http://www.ifop.com/?option=com_publication&type=poll&id=3262

 

CCI paris Île-de-France

Étude menée par la CCIP Île-de-France sur les services à la personne en février 2015.

http://www.cci-paris-idf.fr/etudes/organisation/crocis/economie-sectorielle/services/services-la-personne-secteur-dynamique-stabilite-reglementaire-crocis

 

Autres

 

Trophée des services à la personne

Ce concours, a caractère national, est destiné à tout salarié d’un particulier employeur, d’une association ou d’une entreprise, ainsi qu’aux entreprises ou associations agréées.

http://www.una.fr/3895-11961-DA/1ere-edition-des-trophees-des-services-a-la-personne-c-est-parti.html

Crédits photos

© Martin Prescott © Lordn © WeekendImages Inc © Antonio_Diaz © Jean-Philippe Wallet © liderina © RoBeDeRo © Steve Debenport © Fred Froese © Cameravit © SolStock © golero © monkeybusinessimages © Milan_Jovic © DGLimages © KatarzynaBialasiewicz © petekarici


coeurEn France, un peu plus d'un million de personnes exercent une profession paramédicale.

On distingue 3 grandes familles de métiers paramédicaux : les métiers des soins (infirmier, puéricultrice, etc.), les métiers de la rééducation (masseur-kinésithérapeute, orthophoniste, etc.), les métiers de l'appareillage et de l'assistance médico-technique (prothésiste dentaire, manipulateur en électroradiologie médicale, etc.). Le secteur regroupe une quinzaine de métiers phares, exercés à plus de 80 % par des femmes.

Les professionnels du paramédical sont majoritairement salariés, du secteur public, privé ou associatif. Ils travaillent dans les hôpitaux et les cliniques, les centres médico-sociaux, les maisons de retraite, les cabinets médicaux, les centres d'imagerie médicale, les laboratoires d'analyses, etc. La plupart des métiers paramédicaux peuvent également s'exercer en libéral.

Panorama du secteur

En 2017, on dénombrait en France : 681 559 infirmiers, 340 000 aides-soignants, 86 459 masseurs kinésithérapeutes, 35 525 manipulateurs en électroradiologie, 35 718 opticiens-lunetiers, 25 467 orthophonistes, 14 039 pédicures-podologues, 11 890 psychomotriciens, 11 216 ergothérapeutes, 11 612 diététiciens, 4 643 orthoptistes, 3 440 audio-prothésistes, 450 podo-orthésistes, etc. (Sources : Drees et organisations professionnelles).

Un secteur créateur d'emploisinfirmière

Le secteur connaît une croissance soutenue et une pénurie de certains personnels. La région francilienne, en particulier, souffre d'un déficit de 30 000 professionnels paramédicaux au regard de l'importance de sa population.

Avec le vieillissement de la population, les besoins en personnels paramédicaux se diversifient (spécialisation en gérontologie, soins et maintien à domicile) et sont en augmentation. Par ailleurs, de nombreux professionnels actuellement en poste prendront bientôt leur retraite : pour les remplacer, il faudra encore recruter davantage dans les prochaines années.

Repères

Dans l'enquête annuelle 2017 de Pôle emploi sur les besoins en main d'œuvre (BMO), les estimations de recrutement sont de plus de 50 000 pour les aides-soignants (aides médico-psychologiques, auxiliaires de puériculture, assistants médicaux, etc.) et de 21 500 pour les infirmiers, cadres infirmiers et puéricultrices.

Depuis une dizaine d’années, le nombre de professionnels paramédicaux a connu une forte croissance démographique. Sont particulièrement concernés les ergothérapeutes (+ 80 %), les psychomotriciens (+ 62 %), les orthoptistes (+ 52 %), les infirmiers (+ 34 %), les manipulateurs radios (+ 31 %), et les sages-femmes (+ 23 %).

 

Les soins infirmiers en tête

manipulateurActuellement, les besoins les plus importants concernent les infirmiers, suivis par les aides-soignants, les masseurs-kinésithérapeutes et les manipulateurs en électroradiologie médicale. Le nombre de places pour intégrer la première année d’études de certains métiers paramédicaux (infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues, psychomotriciens, etc.) est fixé par un quota (numerus clausus) : pour l'année 2017-2018, celui-ci était de 30 947 places pour les étudiants infirmiers.

En matière de soins infirmiers, la France connaît en effet une véritable pénurie de personnel depuis plusieurs années. Dans les IFSI, instituts de formation en soins infirmiers, les abandons en cours de cursus sont importants. Les conditions de travail difficiles, notamment à l'hôpital (surcharge de travail, horaires décalés, peur de l'erreur, etc.), conjuguées à des rémunérations peu élevées, n'ont pas rendu jusqu'ici la profession suffisamment attractive auprès des jeunes.

 

Des formations réglementées

Secteur de la santé oblige, les métiers du paramédical sont très réglementés. Pour les exercer, il est indispensable de décrocher le diplôme qui y prépare explicitement. La plupart des titres et diplômes du paramédical sont délivrés par le ministère de la Santé ou le ministère de l’Éducation nationale, qui en définit précisément le contenu.médecine

Le secteur paramédical est accessible à tous les niveaux de formation. Ainsi, aucun diplôme scolaire n'est exigé pour se lancer dans la préparation du diplôme d'État d'ambulancier. À l'inverse, il faut effectuer trois années d'études après le bac pour obtenir un diplôme d'État de psychomotricien.

Selon la spécialité qui vous intéresse, le précieux sésame est un diplôme d’État, un certificat de capacité, un baccalauréat professionnel, un BTS, un DUT, etc.

Depuis 2010, la déclinaison du système européen LMD (licence-master-doctorat) a permis d’entamer la refonte de la formation initiale des professionnels paramédicaux en France et leur intégration progressive dans des filières universitaires. Ainsi, au terme de leur formation, les diplômés en soins infirmiers obtiennent la reconnaissance du grade universitaire de licence, qui leur procure une meilleure reconnaissance sur le plan de l’exercice professionnel, mais aussi sur le plan de la rémunération.

 

Des carrières très ouvertes

Une fois en poste, les personnels paramédicaux ont accès à de nombreuses évolutions ou spécialisations : l'aide-soignant peut devenir infirmier, l'infirmier peut devenir infirmier anesthésiste, infirmier de bloc opticienopératoire ou cadre infirmier, etc. Pour cela, il faut le plus souvent passer des concours professionnels et suivre des formations complémentaires.

Par ailleurs, pour compenser la pénurie de médecins, les professionnels paramédicaux voient leurs responsabilités s'étendre progressivement. Ainsi, depuis 2007, les opticiens ont la possibilité de renouveler et d'adapter les prescriptions médicales. Plus récemment, les infirmiers ont obtenu le droit d'effectuer le vaccin antigrippal sans ordonnance du médecin. Ce mouvement devrait s'amplifier dans les prochaines années.

À l'avenir également, de plus en plus de professionnels paramédicaux – aides-soignants et infirmiers bien sûr, mais aussi masseurs-kinésithérapeutes, diététiciens, ergothérapeutes, etc. – interviendront directement au domicile des patients. La réduction des dépenses de santé passe, en effet, par le développement de l'hospitalisation à domicile et le maintien des personnes âgées chez elles le plus longtemps possible. Cette tendance s'accompagne de l'émergence de nouveaux métiers comme celui de responsable de service de soins à domicile.

Focus sur les métiers paramédicaux en Île-de-France

Riche en structures médicales et paramédicales, la région Île-de-France est un vivier d'emplois pour les professionnels du secteur paramédical. Ils sont 200 000 à y travailler.

Plus de 110 000 infirmiers travaillent également en Île-de-France. De même, un quart des pédicures-podologues, des psychomotriciens, des opticiens lunetiers ou encore des orthoptistes sont en poste dans la région.

calculatrice

Plus de 150 écoles et instituts forment chaque année environ 40 000 étudiants aux métiers paramédicaux.

 

Les bourses du conseil régional d’Île-de-France

Vous pouvez, sous certaines conditions de ressources, bénéficier de bourses de la part du Conseil régional dont dépend votre établissement de formation. Chaque année, la région Île-de-France accorde ainsi plus de 8 000 bourses à des étudiants du secteur sanitaire et social dont les ressources familiales ou personnelles sont insuffisantes. Pour connaître les conditions d’obtention de la bourse du conseil régional d’Île-de-France et effectuer une demande de bourse, connectez-vous sur le site : https://www.iledefrance.fr/fss

Les métiers des soins et de l'assistance aux soins

La pénurie d'aides-soignants et d'infirmiers dans les hôpitaux est toujours d'actualité pour ces professionnels à forte dimension relationnelle.

Aide-soignant(e)

L'aide-soignant aide les patients à faire leur toilette, à prendre leurs différents repas et à s'habiller. Il range les chambres, change les draps des lits et assiste le personnel infirmier. Il est chargé d'aider à changer les pansements, de distribuer des médicaments et de prendre la température ou la tension.

aide soignantMoins impressionnant et plus présent que le personnel médical, l'aide-soignant est volontiers choisi par les malades comme confident. Mais le contact avec la maladie et la mort demande une bonne résistance nerveuse et psychologique.

 

Sa formation: un diplôme d'État en un an

Pour exercer cette profession, il faut être titulaire du diplôme d'État d'aide-soignant (de niveau CAP). La formation menant à ce diplôme est accessible sans aucune condition de diplôme.

Le diplôme d'État d'aide-soignant (DEAS) se prépare en un an après réussite du concours d'entrée comprenant des épreuves écrites d'admissibilité puis un oral d'admission. Il faut être âgé de 17 ans au moins pour passer les épreuves de sélection.aide soignant

Les titulaires d'un diplôme de niveau IV (bac), ou de niveau V dans le secteur sanitaire et social (par exemple le CAP accompagnant éducatif petite enfance), sont dispensés des épreuves écrites. Il en est de même pour les étudiants ayant suivi une première année d'école d'infirmier.

Après 3 années d'exercice professionnel, un aide-soignant titulaire du DEAS, peut se présenter au concours d'infirmier. Après quelques années d'expérience, les aides-soignants peuvent accéder à d'autres métiers : auxiliaire de puériculture, aide médico-psychologique, moniteur éducateur… Ils seront dispensés de plusieurs modules de formation.

Où exerce-t-il?

Près de 70 % des aides-soignants officient à l'hôpital ou dans les cliniques. Les centres de soins pour personnes âgées se développent très vite, offrant de nombreux débouchés aux aides-soignants débutants. L'aide-soignant peut aussi intervenir dans le cadre des services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) sous l'autorité d'un infirmier.

Voir la fiche détaillée.

 

Auxiliaire de puériculture

Le travail de l'auxiliaire de puériculture varie en fonction de la structure qui l'emploie. En crèche ou halte garderie, l'auxiliaire accueille les enfants et participe à leur éveil tout au long de la journée. Changer les couches, consoler les enfants, les aider à manger, les coucher pour la sieste… Les activités sont multiples !

Danscouveuse un service de maternité, l'auxiliaire aura plus un rôle auprès des parents, en les accompagnant dans leurs premiers pas de père et mère (biberon, allaitement, soins, etc.).

Prodiguer des soins aux tout-petits demande patience, attention et compréhension. La prise en charge de très jeunes enfants requiert aussi beaucoup de sérieux et de maturité, d'autant que les parents attendent souvent des conseils de la part de l'auxiliaire de puériculture.

 

Sa formation: un diplôme d'État en un an

Auxiliaire de puériculture est un métier largement ouvert puisque la formation est désormais accessible sans aucune condition de diplôme. Il vous est infirmiersnéanmoins conseillé de suivre une préparation spécialisée au concours.

Le diplôme d’État d’auxiliaire de puériculture (DEAP) se prépare en un an après réussite du concours d'entrée. Pour s’y présenter, vous devez avoir au minimum 17 ans.

Les auxiliaires de puériculture travaillent principalement dans les crèches et les haltes-garderies, dans le secteur médical (services de néonatologie des maternités, services de pédiatrie) et dans certaines structures socio-éducatives (PMI, etc.)

Voir la fiche détaillée.

 

Infirmier(ère)

Qu'il travaille en milieu hospitalier ou qu'il soit indépendant, l'infirmier est l'auxiliaire indispensable du médecin. Il est le garant de la qualité des soins apportés aux patients. Il travaille sur prescription médicale. Il distribue les médicaments, change les pansements, fait des injections ou des prises de sang, pose des perfusions. Il règle et contrôle les appareils de mesure ou de surveillance.

Faire face à la douleur des malades est parfois difficile à vivre. Mieux vaut avoir les nerfs solides et un équilibre personnel. L'infirmier passe presque toutes ses journées debout. Ses horaires sont souvent irréguliers.

 

Sa formation: un diplôme d'État à bac + 3infirmière

Le diplôme d'État d'infirmier, indispensable pour exercer, se prépare en 3 ans au sein d'un IFSI, Institut de formation en soins infirmiers. Ce diplôme confère le grade de licence (reconnaissance à bac + 3). La formation est accessible sur concours aux candidats âgés de 17 ans minimum et titulaires du bac (de préférence un bac général ou ST2S).

Les auxiliaires de puériculture et les aides-soignants justifiant d'une expérience professionnelle d'au moins trois ans bénéficient d'une dispense de certaines unités d'enseignement sous réserve d'avoir réussi un examen d'admission. De même, les titulaires d'un diplôme d'État de masseur-kinésithérapeute, d'ergothérapeute, de pédicure-podologue, de manipulateur en électroradiologie médicale, ainsi que les étudiants en médecine admis en 2e année du 2e cycle des études médicales et les étudiants sages-femmes (première année validée) bénéficient d'une dispense de la première année d'études d'infirmer sous réserve d'avoir passé avec succès une épreuve écrite.

Au cours de sa carrière, l'infirmier pourra se spécialiser et obtenir, en deux ans, le diplôme d'État d'infirmier de bloc opératoire (DEIB) ou d'infirmier anesthésiste (DEIA) ou de puéricultrice (en un an).

 

Où exerce-t-il?

médecineL'infirmier, lorsqu'il est rattaché à la fonction publique, travaille dans les hôpitaux publics, les services scolaires ou encore la médecine du travail. Il peut également exercer en tant que salarié dans les cliniques privées, les entreprises ou encore pour des associations humanitaires, en France ou à l'étranger.

Les infirmiers libéraux se constituent une clientèle sans trop de difficulté. En revanche, il faut avoir cumulé 3 années d'exercice salarié avant de pouvoir s'installer à son compte. Les horaires sont souvent lourds et irréguliers : soirs et week-ends ne sont pas épargnés !

On dénombre plus de 110 000 infirmiers en exercice en Île-de-France dont 78 % en secteur hospitalier.

Voir la fiche détaillée.

 

Puériculteur(trice)

La puéricultrice est avant tout une infirmière (90 %), plus rarement une sage-femme, qui a suivi une formation complémentaire d'un an. C'est une spécialiste de la santé de l'enfant et de son développement psycho-affectif.

Prendre soin des bébés et des jeunes enfants exige patience et compréhension, ainsi qu'une bonne résistance nerveuse.

puériculteur

Sa formation: un diplôme d'État à bac + 4

Pour exercer ce métier, vous devez obtenir le diplôme d'État de puéricultrice. Il se prépare en un an, principalement après un diplôme d'État d'infirmier.

Le diplôme d'État d'infirmier se prépare en 3 ans après le bac. La formation est accessible sur concours aux candidats âgés de 17 ans au moins et titulaires du bac (mais aussi aux aides-soignantes ou auxiliaires de puériculture justifiant d'au moins 3 ans d'expérience professionnelle).

Ce diplôme en poche, vous devez réussir le concours d'entrée en école de puériculture. Ce dernier est composé de deux épreuves écrites d'admissibilité : un contrôle de connaissances et des tests psychotechniques. L’oral porte, quant à lui, sur l’étude d’une situation dans l’exercice professionnel de l’infirmier.crèche

 

Où exerce-t-il?

La moitié des puéricultrices travaille dans le secteur hospitalier. En Île-de-France, il existe de nombreux services de pédiatrie ou des hôpitaux entièrement consacrés aux soins de l'enfant.

Les maternités et les services de néonatalogie recrutent aussi de nombreuses puéricultrices, de même que les services de PMI (protection maternelle et infantile), les crèches et les haltes-garderies. Les emplois sont plus nombreux dans les grandes villes.

Voir la fiche détaillée.

Les métiers de la rééducation

Ces professions exigent des études supérieures spécialisées (bac + 2 à bac + 4). Si les perspectives d'emploi sont florissantes pour les masseurs-kinésithérapeutes et les orthophonistes, les jeunes diététiciens ou ergothérapeutes ont une insertion dans la vie active plus difficile.

Diététicien(ne)

Le diététicien a toujours un avis et des conseils à donner sur l'alimentation de chacun, petit ou grand, malade ou en bonne santé, sportif ou sédentaire ! Spécialiste de la nutrition, il intervient pour assurer l'équilibre et la qualité des repas, la mise en place de régimes, le respect de l'hygiène alimentaire. Son activité consiste à la fois à soigner et à informer le public, afin de prévenir les surcharges de poids ou les maladies cardiovasculaires, par exemple.

Cependant, ne confondez pas ce professionnel avec le nutritionniste qui lui, est un médecin spécialisé.

Vous devrez à la fois faire preuve de pédagogie et de diététicienpsychologie pour faire comprendre aux patients la nécessité de modifier leurs habitudes alimentaires et, parfois, leur mode de vie. Des qualités de bon gestionnaire sont aussi attendues, notamment dans les postes proposés dans le secteur de la restauration collective (négociation avec les fournisseurs, gestion d'un budget).

 

Sa formation: un bac + 2 pour débuter

La plupart des diététiciens exercent avec un bac + 2. Mais si ce métier vous intéresse, vous pouvez poursuivre vos études jusqu'au master pro ou recherche, à bac + 5.

Le BTS diététique et le DUT génie biologique option diététique sont accessibles sur dossier aux bacheliers de préférence S ou STL (sciences et technologies de laboratoire), spécialité biochimie-génie biologique ; plus rarement après le bac ST2S (sciences et technologies de la santé et du social).

Après le BTS ou le DUT, vous pouvez enchaîner avec une licence professionnelle (bac + 3) en un an. On peut citer la licence pro mention industrie agro-alimentaire, sécurité des aliments assurance qualité (IUT de Créteil), essentiellement tournée vers l'industrie et la restauration collective.

Il est également possible, mais difficile, de rejoindre en admission parallèle une école d'ingénieur agronome (bac + 5).

 

Où exerce-t-il?

Près de 80 % des emplois se concentrent dans les centres de soins représentés par les hôpitaux, les cliniques, les établissements de cure, les maisons de retraite ou de convalescence.

L'industrie agroalimentaire recrute aussi des jeunes diplômés. De plus en plus, les laboratoires pharmaceutiques et les entreprises de restauration collective ont besoin des services d'un diététicien expérimenté.

Voir la fiche détaillée.

 

Ergothérapeute

L'ergothérapeute intervient sur prescription d'un médecin. Il aide les adultes et les enfants accidentés, les personnes âgées dépendantes, les handicapés moteurs ou mentaux à acquérir ou à retrouver une plus grande autonomie dans leur vie privée comme dans leur vie sociale. Il fait le bilan des capacités de son patient, qu'il soit en fauteuil roulant, malvoyant ou très âgé. Puis il met au point des techniques de ergothérapeuterééducation adaptées à chacun : exercices pour se vêtir, se nourrir, ouvrir sa porte, faire le ménage ou se rendre à son travail. Enfin, il invente des solutions pour aménager de façon pratique et confortable le cadre de vie de la personne (domicile, lieu de travail, etc.).

Pour réussir dans ce métier, vous devrez être attentionné, ingénieux, patient.

 

Sa formation: un diplôme d'État à bac + 3

Pour exercer ce métier, vous devez obtenir le diplôme d'État d’ergothérapeute qui se prépare en 3 ans et vous confère le grade de licence. L'entrée en formation est soumise à un concours accessible aux candidats âgés de 17 ans au moins et titulaires du bac (le bac S est recommandé). Les instituts de formation de Nancy, Lyon et Bordeaux recrutent uniquement les étudiants ayant effectué une première année commune aux études de santé (PACES).

Pour accroître vos chances de réussite, vous pouvez opter pour une préparation au concours (plus ou moins coûteuse), en université ou dans un organisme privé.

 

Où exerce-t-il?

ergothérapeuteL'ergothérapeute est recruté principalement par les établissements de soins publics ou privés, comme les services hospitaliers de neurologie, chirurgie, pédiatrie, rééducation, les maisons de retraite, les établissements psychiatriques.

Les organismes de soins et de maintien des malades à domicile se développent et recrutent des ergothérapeutes.

Les fabricants d'appareils d'équipement domestique et d'aménagement de l'habitat font appel aux ergothérapeutes pour du conseil et de l'expertise.

Il est possible d'ouvrir un cabinet en libéral, mais les ergothérapeutes indépendants sont très rares car leurs prestations ne sont pas prises en charge par la Sécurité sociale. Il est donc difficile de se créer une clientèle.

Voir la fiche détaillée.

 

Masseur(euse) kinésithérapeute

 

Le masseur-kinésithérapeute assure des rééducations de motricité. Il est généralement consulté sur prescription médicale. Ses patients souffrent de traumatismes divers : accidents du sport ou de la route, paralysies, difficultés respiratoires ou circulatoires, etc. Le masseur-kinésithérapeute effectue un examen masseurclinique. Il évalue le nombre de séances nécessaires au cours desquelles des mouvements précis seront répétés par le malade. Il corrige les gestes, recommande l'usage d'haltères ou de ballons, apaise la douleur par des massages prolongés.

Le travail du masseur-kinésithérapeute est avant tout physique : il accompagne la plupart des mouvements de ses patients, met en place des appareils de rééducation et surtout, travaille toujours debout. Force et résistance physiques sont indispensables lorsqu'on exerce ce métier.

Chaque traumatisme est singulier. Une erreur de manipulation de la part du praticien peut être lourde de conséquences. Il doit faire preuve de douceur et être à l'écoute de ses patients.

Enfin, ce métier exige une grande disponibilité car il faut s'adapter aux horaires des patients : le cabinet du masseur-kinésithérapeute reste souvent ouvert tard dans la soirée...

 

Sa formation : un diplôme d'État à bac + 5

Vous pouvez accéder à la formation de masseur-kinésithérapeute de 2 façons :

- Après une première année de licence STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) ou sciences de la vie.

- À l’issue de la PACES, première année commune des études de santé, en fonction de votre rang de classement. kinésithérapeute Au total, 2 756 places en première année de formation en IFMK (institut de formation de masseurs-kinésithérapeutes) ont été offertes pour l'année 2017-2018. Le cursus dure ensuite 4 ans et s'achève par l'obtention du diplôme d'État (DE) de masseur-kinésithérapeute.  

Où exerce-t-il?

La grande majorité des masseurs-kinésithérapeutes s'installent à leur compte (plus de 80 %). Ils créent leur propre emploi en ouvrant un cabinet seul ou en groupe.

Certains établissements de soins ou de confort offrent cependant des emplois salariés. Ce sont les hôpitaux et les cliniques, les établissements de rééducation fonctionnelle, les établissements thermaux, les centres de thalassothérapie ou encore les complexes sportifs.

Voir la fiche détaillée.

 

Orthophoniste

Ce professionnel est spécialisé dans les troubles du langage oral ou écrit. Dans la pratique, les 3/4 de ses patients sont des enfants venant pour un problème de bégaiement, de dyslexie, d'apprentissage de la lecture, etc.

Qu'il s'agisse d'enfants sourds ou bien d'adultes accidentés ou handicapés, l'orthophoniste prend en charge des patients fragilisés. Compréhension et disponibilité sont de mise. La rééducation des troubles du langage progresse très lentement. L'orthophoniste sait être patient et encourager à persévérer.

 

Sa formation: une formation à bac + 5orthophoniste

Pour exercer en tant qu'orthophoniste vous devez posséder le certificat de capacité d'orthophoniste. Les études d'orthophonie se déroulent dans des centres de formation (18 établissements en France, dont un en Île-de-France) dépendant des facultés de médecine. Le concours permettant d'y accéder est très sélectif. Pour réussir, mieux vaut être titulaire d’un bac général, suivre une préparation et maîtriser parfaitement le français.

La formation comporte des cours théoriques, plusieurs stages (dans les services et consultations des hôpitaux, dispensaires, centres de rééducation, établissements scolaires et d'éducation spécialisée, chez un praticien conventionné exerçant en libéral...) et un mémoire de recherche.

Pour la session 2017-2018, le nombre maximum d'étudiants admis à entrer en première année d'études préparatoires au certificat de capacité d'orthophoniste était fixé, par arrêté, à 841 dont 120 en Île-de-France.

Le taux de chômage des orthophonistes avoisine 1 % et certains établissements désespèrent de trouver le professionnel dont ils ont besoin !

 

Où exerce-t-il?

Plus de 80 % des orthophonistes exercent en libéral dans un cabinet privé. Si les grandes villes sont un peu saturées, d'autres zones, comme les communes rurales ou certaines banlieues, offrent de nombreuses possibilités d'installation aux jeunes diplômés.

Les services hospitaliers de neurologie, de psychiatrie ou de pédiatrie, par exemple, recrutent des orthophonistes. De nombreuses structures d'accueil, pour des enfants et des adultes handicapés ou des personnes âgées, embauchent aussi des orthophonistes.

Voir la fiche détaillée.

 

Orthoptiste

L'orthoptiste prend en charge tous les troubles de la vision qu'ils soient causés par une malformation de naissance, une opération chirurgicale ou une maladie oculaire : strabisme, fatigue visuelle, malvoyance, etc. Il procède à des examens, rééduque petits et grands, des nourrissons aux personnes âgées. Il intervient toujours sur prescription d'un médecin.vision

L'écoute et l'attention sont essentielles pour bien comprendre les troubles des patients. L'orthoptiste incite ces derniers, par son enthousiasme, à participer activement à leur rééducation.

Il faut parfois établir un bilan long et minutieux avant même de commencer la rééducation, qui elle-même peut s'avérer difficile. Il est indispensable d'être patient pour s'épanouir dans cette profession.

Toute mesure ou exercice touchant à l'œil exige des gestes sûrs, une évaluation au quart de millimètre : l'orthoptiste doit procéder avec précision, aucune erreur n'étant permise.

 

Sa formation: un diplôme à bac + 3

Pour devenir orthoptiste, vous devez obtenir le certificat de capacité d'orthoptiste qui se prépare en 3 ans et donne un niveau bac + 3 (licence). Accessible aux bacheliers, de préférence scientifiques, l'entrée en formation est soumise à un concours. Au programme, des épreuves écrites de sciences de la vie et de physique ainsi qu'une épreuve orale.opthalmologie

Les places sont très peu nombreuses puisque les 14 unités de formation et de recherche (UFR) ont proposé 156 places pour 2017-2018. En Île-de-France, l’université Paris Descartes et l’UPMC, université Pierre et Marie Curie (Sorbonne université), proposent cette formation.

La formation menant à ce certificat comporte un enseignement théorique et pratique ainsi que des stages hospitaliers dans un service d'ophtalmologie.

 

Où exerce-t-il?

Près de 75 % des orthoptistes exercent en libéral dans un cabinet privé. Mais certaines zones comme les grandes villes sont déjà saturées et s'installer n'est pas facile pour un jeune diplômé, d'autant que le matériel d'orthoptique coûte cher.

Les orthoptistes peuvent être salariés dans les hôpitaux ou dans les établissements d'accueil des personnes handicapées.

Par ailleurs les possibilités d'emploi en cabinets médicaux d'ophtalmologie sont appelées à se développer.

Voir la fiche détaillée.

 

Pédicure-podologue

Le métier de pédicure-podologue est très varié puisqu'il va des simples soins d'hygiène du pied et des ongles jusqu'à la conception sur prescription médicale des semelles orthopédiques. Il peut également pratiquer des exercices de réadaptation fonctionnelle postopératoires.

Les qualités demandées sont multiples : aimer les contacts humains, avoir un bon relationnel, être très habile et minutieux. Il est indispensable d'avoir une bonne vue, de faire preuve de délicatesse, de patience et de disponibilité. Il faut savoir apprécier les personnes âgées car elles représentent la majorité de la clientèle.

Sapodologue formation: un diplôme d'État à bac + 3

Pour exercer le métier de pédicure-podologue, vous devez être titulaire du diplôme d'État de la profession, qui se prépare en 3 ans après le bac en école spécialisée. Attention, les frais de scolarité peuvent être élevés : plus de 8 000 euros par an dans certains établissements. Certaines écoles recrutent leurs étudiants après une PACES (première année commune aux études de santé), une L1 STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) ou une L1 en Sciences, technologies, santé.

L'accès aux écoles est soumis à un concours très sélectif basé sur le programme de biologie de terminale scientifique.

La formation comprend des cours théoriques et de nombreux stages pratiques à l'hôpital ou en maison de retraite. Elle vous donne un niveau bac + 3.

Le marché de l'emploi est loin d'être saturé, d'autant que la plupart des clients des pédicures-podologues sont des personnes âgées et que la population vieillit. Les grandes villes n'offrent cependant plus beaucoup de débouchés, contrairement à certaines zones géographiques comme le Nord-est de la France, où les possibilités d'exercer sont nombreuses.

 

Où exerce-t-il?

97 % des pédicures-podologues travaillent en libéral et ouvrent leur propre cabinet, seuls ou avec des associés.

Les hôpitaux proposent quelques postes dans les services de gériatrie ou de rhumatologie par exemple. Ils sont accessibles sur concours.

Voir la fiche détaillée.

 

Psychomotricien(ne)

psychomotricienLe psychomotricien agit sur le corps de patients qui présentent des troubles divers : défauts de coordination, difficultés de repérage dans l'espace, tics nerveux, troubles de l'équilibre, maladresses motrices, etc. Par des exercices appropriés, il les aide à prendre conscience de leur corps afin de mieux le maîtriser. Il exerce quasiment toujours sur prescription médicale.

Le premier outil de travail du psychomotricien est son propre corps, qu'il montre un exercice au patient ou qu'il l'aide à le réaliser : pour exercer cette profession, il est impératif d'être bien coordonné.

De nombreux troubles moteurs sont intimement liés à des troubles affectifs ou psychiques. La psychologie est indispensable pour établir un diagnostic et une relation de confiance.

Le psychomotricien travaille souvent en équipe avec des médecins, des kinésithérapeutes, des psychologues. L'écoute et la compréhension de l'environnement d'un patient contribuent à sa guérison.

 

Sa formation: un diplôme d'État à bac + 3

Vous devez être titulaire du diplôme d'État pour exercer le métier de psychomotricien. 14 centres de formation, dont 3 en Île-de-France. Le nombre de places (numerus clausus) au concours est fixé chaque année (919 places pour l'année scolaire 2017-2018).

Le diplôme d'État de psychomotricien se prépare en 3 ans après le bac et vous confère le grade de licence. L'accès aux centres de formation est soumis à un concours, comprenant 2 épreuves écrites (français et biologie du niveau des classes de Première et Terminale S) et un entretien de motivation.

psychomotricienLa dispense de la première année d'études peut être accordée, sous réserve de succès à une épreuve particulière, aux titulaires de la licence STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives), ou après la PACES (première année commune aux études de santé), une ou une L1 Sciences de la vie.

Le diplôme de cadre de santé est réservé aux psychomotriciens ayant déjà 4 ans de pratique professionnelle. Il demande une année d'étude supplémentaire.

 

Où exerce-t-il?

Les centres hospitaliers publics ou privés font appel aux psychomotriciens pour différents services : gériatrie, rééducation fonctionnelle ou soins palliatifs.

Les établissements de soins, de rééducation ou de prise en charge des enfants ou adultes handicapés ou accidentés, ainsi que les maisons de retraite, recrutent de nombreux psychomotriciens.

Quelques psychomotriciens s'installent à leur compte en libéral, mais les consultations n'étant pas prises en charge par l'Assurance maladie, il est encore difficile de se constituer une clientèle.

Voir la fiche détaillée.

Les métiers de l'appareillage et de l'assistance médico-technique

Technicité et précision sont au cœur de ces métiers paramédicaux. Si les jeunes manipulateurs radio ont le choix de leur affectation tant la pénurie est grande, il n'en va pas de même pour les prothésistes dentaires connaissant un taux de chômage important... Les métiers de l'assistance technique en lien avec le maintien à domicile se développent.

Le boom des prestataires de santé à domicile

Avec 800 000 patients pris en charge par an, le secteur de l'assistance médico-technique à domicile est en pleine expansion en raison à la fois du raccourcissement des temps d'hospitalisation, économie de santé obligé, et du vieillissement de la population. soinsCe secteur concerne la prise en charge à domicile des pathologies chroniques (système de perfusion ou d’oxygénothérapie...), la mise en œuvre à domicile de traitements ambulatoires (prestations et matériels pour perfusion de chimiothérapies ou de nutrition par voie veineuse ou gastrique...), la mise à disposition d’aides techniques aux personnes en situation de dépendance ou de handicap (lits médicaux, fauteuils roulants, déambulateur, coussins et matelas pour la prévention des escarres, alèses, couches, sondes…).

Si le secteur emploie des professionnels du soin (infirmiers, diététiciens...), il voit aussi l'émergence de nouveaux métiers, tels que assistant médico-technique, assistant technique installateur de matériel médical, technicien équipement médical au domicile, technicien hygiène et désinfection, délégué commercial perfusion nutrition ou respiration, responsable médico-technique, responsable de service de soins à domicile.

Ces professionnels possèdent le plus souvent un diplôme paramédical et déjà une expérience dans le domaine de la santé. Ils ont en commun le sens du service, de la rigueur, de la pédagogie, une sensibilité aux procédures qualité et sécurité, et de réelles affinités avec les domaines techniques.

Pour accéder à un poste de responsable, un niveau bac + 2 à bac + 5, une expérience dans le domaine médical et managériale sont requises.

 

Orthoprothésiste

L'orthoprothésiste vient en aide aux personnes temporairement ou définitivement handicapées en concevant des appareillages médicaux appelés prothèses ou orthèses.

Les prothèses remplacent totalement un membre absent ou amputé, tandis que les orthèses soutiennent une musculature défaillante, une ossature déficiente, etc. L'orthoprothésiste détermine l'appareillage qui correspond le mieux au mode de vie et aux besoins du patient. Puis il passe à la fabrication des pièces en les façonnant une à une dans du cuir, du bois, de l'acier ou des résines. Enfin, il assemble les différents éléments de la prothèse et l'adapte sur le patient.prothèse

Fabriquer une prothèse requiert une certaine minutie car il faut manier et travailler des matériaux plus ou moins fragiles.

L'orthoprothésiste est confronté à des drames en permanence : ses patients sont soit très handicapés, soit durement mutilés par un accident. Tact et délicatesse alors indispensables.

Les technologies et le façonnage de nouveaux matériaux comme la résine, les fibres de carbone ou le plastique évoluent en permanence. L'orthoprothésiste doit être curieux et prêt à se former régulièrement. À chaque poste de l'atelier correspond son diplôme et son niveau de formation.

 

Sa formation: du CAP au bac + 3

Après la classe de 3e, vous pouvez préparer un CAP orthoprothésiste ou un CAP podo-orthésiste en 2 ans, soit à temps plein dans un lycée professionnel, soit par le biais de l'apprentissage dans un CFA. Ouvrier qualifié, vous fabriquez des prothèses sous la responsabilité d'un technicien. Vous pouvez également préparer en 3 ans pour le bac pro technicien en appareillage orthopédique, qui permet d'occuper des postes de technicien.

Au niveau bac. Vous pouvez compléter votre CAP par un bac pro technicien en appareillage orthopédique option prothèse-orthèse. Chef d'atelier, vous organisez et supervisez le travail des ouvriers.

À bac + 3. Le BTS prothésiste-orthésiste demande 3 ans d'études après le bac pro ou après un bac S (scientifique), STI2D (Sciences et technologies de l'industrie et du développement durable), STL (sciences et technologies de laboratoire). La sélection est faite sur dossier et entretien. Le BTS en poche, vous êtes apte à appliquer et adapter l'appareillage à la personne handicapée ou malade.

prothèse

Où exerce-t-il?

La majorité des jeunes diplômés trouvent un emploi dans un centre de rééducation ou de grand appareillage médical. Les fabricants de prothèses et d'orthèses recrutent des orthoprothésistes. Il s'agit généralement de petites entreprises artisanales. Quelques très grandes entreprises spécialisées dans toutes les formes de matériel médical et comprenant un département d'orthoprothèse ont besoin des services de l'orthoprothésiste.

Enfin, certains orthoprothésistes créent leur propre entreprise, mais attention, l'apport financier nécessaire est important.

Voir la fiche détaillée.

 

Prothésiste dentaire

Le prothésiste dentaire réalise des prothèses fixes, comme les couronnes ou les bridges, et des appareils amovibles, comme les dentiers. Il n'est pas en contact direct avec les patients : il travaille sur prescription du chirurgien-dentiste et selon ses indications. Il reçoit en fait une empreinte de la bouche du patient, réalisée par le dentiste. Il lui arrive aussi de réparer des appareils endommagés.

Précision et habileté sont indispensables pour réussir dans cette activité : une prothèse doit s'adapter au dixième de millimètre près dans la bouche du patient. L'efficacité et le confort d'un appareilprothèse dentaire en dépendent. Vous devrez aussi faire preuve d'une certaine créativité puisqu'il faudra choisir les teintes les plus proches des dents du patient et harmoniser la forme de l'appareil avec sa bouche. Un certain sens esthétique est donc demandé.

 

Sa formation: un bac minimum

Pour exercer la profession de prothésiste dentaire, vous devez être titulaire au minimum d'un bac pro en prothèse dentaire, qui se prépare en 3 ans après la classe de 3e.

Et après ? Après le bac pro prothèse dentaire, vous pouvez poursuivre vos études en BTM (brevet technique des métiers) prothèse dentaire, qui se prépare en 1 an après le bac pro. Le BTMS (brevet technique des métiers supérieur) en prothèse dentaire, de niveau bac + 2, se prépare quant à lui en 2 ans après le BTM. Ces 2 diplômes sont proposés par la chambre des métiers.

À bac + 2. Vous pouvez également préparer le BTS prothésiste dentaire en 2 ans après un bac général ou le bac pro prothèse dentaire.

Le secteur recrute peu pour le moment. Toutefois, avec le vieillissement de la population, de nouvelles perspectives de travail vont émerger.

 

Où exerce-t-il?

La majorité des emplois se trouvent dans les laboratoires, qui sont souvent de petites entreprises de 3 à 5 salariés.

Créer sa propre entreprise est possible mais difficile. La concurrence est rude et l'investissement de départ important : 90 000 à 150 000 euros de matériel sont nécessaires pour s'installer.

Voir la fiche détaillée.

 

Préparateur(trice) en pharmacie

 

pharmacieSous la responsabilité d'un pharmacien, il est chargé de délivrer des médicaments avec ou sans ordonnance et, de plus en plus rarement, de réaliser certaines préparations médicamenteuses. En officine comme à l'hôpital, il a également en charge la gestion des stocks et des commandes.

L'aspect commercial de la profession est primordial. Recevoir et servir des clients implique amabilité et patience.

L'absorption de médicaments n'étant jamais neutre, la plus grande vigilance s'impose lors de la délivrance des produits. Les explications du préparateur doivent être claires et pédagogiques.

Sa formation: un diplôme de niveau bac

Le BP (brevet professionnel) de préparateur en pharmacie est le seul diplôme vous permettant d'exercer la profession en officine. Il se prépare en 2 ans en alternance et donne un niveau bac.

La formation est accessible aux titulaires d'un diplôme de niveau bac, dans le cadre d'un contrat d'apprentissage. Les diplômés des bacs STL (sciences et technologies de laboratoire), S (scientifique) ou les étudiants ayant suivi une première année de médecine ont plus de facilité à aborder les cours de sciences médicales.

À bac + 2. Il existe un diplôme de préparateur en pharmacie hospitalière (reconnu au niveau bac + 2). Il se prépare uniquement par la voie de l'apprentissage en un an après le BP. Un seul centre de formation le propose en Île-de-France (dans le 12e arrondissement parisien).pharmacie

 

Où exerce-t-il?

Les officines restent les plus gros recruteurs de préparateurs, même si la situation de l'emploi n'est pas égale selon les zones géographiques, les grandes villes étant un peu saturées.

Les hôpitaux proposent chaque année quelques postes de préparateur en pharmacie accessibles sur concours.

L'industrie pharmaceutique a tendance à recruter de moins en moins de préparateurs en pharmacie, car les postes de conditionnement et d'entretien sont de plus en plus automatisés.

Voir la fiche détaillée.

 

Ambulancier(ère)

 

En urgence ou sur rendez-vous pour des soins réguliers, l'ambulancier transporte des blessés, des personnes malades, âgées ou handicapées vers les hôpitaux, les maisons de retraite ou les centres de rééducation. Il conduit des véhicules sanitaires légers pour les transports en position assise ou de véritables ambulances si le malade doit rester allongé.

Tous les passagers d'une ambulance doivent être traités avec dévouement et gentillesse. ambulancierLe sens du service est essentiel dans cette profession.

Les interventions sont parfois longues et pénibles, aussi bien physiquement que nerveusement. Pour réussir dans ce métier, il faut être résistant.

L'ambulancier est souvent amené à conduire vite : maîtrise du véhicule et vigilance sont de mise !

 

Sa formation: un diplôme d'État de niveau CAP et le permis de conduire

Pour devenir ambulancier, vous devez décrocher le diplôme d’État d’ambulancier, qui se prépare dans un centre de formation privé ou public, en 18 semaines à temps plein ou en apprentissage.

La formation (accessible sans condition de diplôme) est conditionnée à des épreuves d'entrée, niveau brevet des collèges. Il faut être au minimum titulaire du permis de conduire B (véhicule de tourisme) depuis plus de 3 ans, avec la mention ambulance délivrée, après contrôle médical, par la Commission médicale des permis de conduire de chaque préfecture.

 

Où exerce-t-il?

Ce sont les entreprises privées qui offrent le plus d'emplois. Il s'agit de PME familiales de 10 salariés au maximum. Les recrutements se sont encore accrus depuis la mise en place des 35 heures. Mais, attention, la priorité est donnée aux titulaires du CCA.

Le secteur public, représenté par les hôpitaux, le SAMU (Service d'aide médicale urgente) ou la Croix-Rouge, recrute sur concours.

Voir la fiche détaillée.

 

Visiteur(euse) médical(e)

 

Le visiteur médical est le représentant de commerce des laboratoires pharmaceutiques. Il rend visite aux médecins afin de leur présenter les nouveaux médicaments mis au point, ou les modifications apportées à des produits anciens. Information, conseil, mais aussi promotion constituent son quotidien.

visiteurTrès autonome, le visiteur médical organise lui-même ses journées. Choix des itinéraires, horaires des rendez-vous, rédaction des comptes-rendus, nombre de visites par jour : à lui de mettre en place et de suivre sa méthode et son rythme.

Les médecins ne sont pas toujours disponibles ou disposés à recevoir des représentants. Faire ses débuts dans le métier demande une belle ténacité.

On vend mieux avec le sourire. Le visiteur médical se doit d'avoir une bonne présentation, une élocution agréable et un certain pouvoir de conviction.

 

Sa formation: un bac + 3

L'accès à la profession est réglementé et demande un diplôme de niveau bac + 2. Seuls les candidats ayant suivi une formation spécifique reconnue par le CPNVM, comité professionnel national de la visite médicale, peuvent obtenir la carte professionnelle indispensable pour exercer ce métier.

Deux voies vous permettent de devenir visiteur médical : l'université ou les écoles privées. Sur le marché du travail, les diplômes universitaires sont reconnus au même titre que le diplôme national de visiteur médical.

À l’université. Des universités (facultés de médecine, de pharmacie ou de sciences) ont signé une convention avec le CPNVM et proposent un DU de visiteur médical (en un an) après un bac + 2 ou une licence professionnelle (en un an). Aucun de ces diplômes n'est proposé en Île-de-France.

laboratoireUne trentaine d'écoles privées, habilitées par le CPNVM, proposent le diplôme national de visiteur médical en 9 à 12 mois (dont 3 à 4 mois de stage). L'admission se fait sur dossier, test et entretien et exige d'être titulaire d'un diplôme de niveau bac + 2 (BTS, DUT ou L2).

Il y a environ 12 000 visiteurs médicaux en France. Un quart des emplois se situe en région parisienne.

 

Où exerce-t-il?

Les plus gros recruteurs sont les laboratoires pharmaceutiques.

La profession est en pleine mutation. Maîtrise des dépenses de santé, développement des médicaments génériques, crise économique mondiale... Les principaux laboratoires réduisent peu à peu leurs équipes de représentants.

Des emplois sont aussi proposés par des sous-traitants, qui prennent en charge le réseau commercial des laboratoires.

Voir la fiche détaillée.

 

Audioprothésiste

 

L'audioprothésiste est consulté à la demande d'un médecin généraliste ou d'un médecin spécialiste. Il propose des prothèses auditives à ses patients malentendants ou sourds. À l'aide d'appareils de mesure, il teste leur degré de surdité avant de réaliser une empreinte de l'oreille qui permettra de fabriquer une prothèse adaptée. Lorsque l'appareil est prêt, l'audioprothésiste le pose sur son patient en effectuant les tests et les réglages nécessaires. Il apporte également des conseils sur l'utilisation et l'entretien de la prothèse.

Les patients ont souvent du mal à accepter leur surdité. Fin psychologue,audition l'audioprothésiste les écoute, les rassure et les aide à surmonter leur handicap.

Les débuts de l'appareillage ne sont pas simples pour un patient, d'autant que les prothèses ont un prix élevé. L'audioprothésiste est pédagogue et sait convaincre ses clients de leur utilité.

L'audioprothésiste est précis et minutieux dans ses gestes et dans le maniement des appareils qu'il pose sur ses patients.

 

Sa formation: un diplôme d'État à bac + 3

Pour exercer ce métier, vous devez obtenir le diplôme d'État d'audioprothésiste.

Ce diplôme se prépare en 3 ans dans l'un des 7 établissements dispensant la formation. Un seul est situé en Île-de-France, à Paris. L'entrée est soumise à un examen ouvert aux titulaires du bac.

 

Où exerce-t-il?

Près de 90 % des audioprothésistes sont indépendants ou exercent en cabinet pour le compte de centres de correction auditive. Les perspectives d'emploi sont bonnes. La population française compte malheureusement 5,5 millions de malentendants. Seuls 15 % d'entre eux sont appareillés. Une prothèse doit être renouvelée en moyenne tous les 5 ans.

Voir la fiche détaillée.

 

Podo-orthésiste

 

Spécialiste de l'appareillage du pied, le podo-orthésiste réalise sur mesure des prothèses, des chaussures et des semelles orthopédiques, en fonction des besoins du patient. Il intervient toujours sur prescription d'un médecin.

La technicité, l'ingéniosité et les compétences manuelles sont ici au service de la santé.

Fabriquer une prothèse ou une orthèse demande une certaine minutie et amène le podo-orthésiste à manier et travailler des matériaux variés plus ou moins fragiles : cuir, bois, caoutchouc, liège, carton, etc.

S'adressant à des patients parfois très handicapés ou gravement mutilés lors d'un accident, il doit faire preuve de tact et de délicatesse.

semelle

Sa formation: du CAP au bac + 2

Avec un CAP podo-orthésiste, vous façonnez, sous la responsabilité d'un technicien, des prothèses, des chaussures et des semelles en atelier. Le CAP se prépare en 2 ans après la classe de 3e, soit à temps plein dans un lycée professionnel, soit en apprentissage dans un CFA.

À bac. Le bac pro technicien en appareillage orthopédique (TAO) option podo-orthèse est surtout destiné aux titulaires des CAP podo-orthésiste, orthoprothésiste ou cordonnier bottier. Il se prépare en 3 ans après la classe de 3e. Le titulaire peut devenir chef d'atelier.

À bac + 2. Le BTS podo-orthésiste se prépare en 3 ans, soit après le bac pro technicien en appareillage orthopédique (TAO) option podo-orthèse, soit après un bac S, STI2D, STL (sciences et technologies du laboratoire), ST2S (sciences et technologies de la santé et du social).

Seul ce BTS permet de s'installer à son compte. Il donne un niveau bac + 2.

 

Où exerce-t-il?

Le secteur n'est pas très dynamique, car les prescriptions de chaussures orthopédiques sont de moins en moins fréquentes pour des raisons de coût (on préfère désormais adapter les chaussures existantes).

Les fabricants d'appareillage du pied recrutent tout de même des podo-orthésistes. Il s'agit généralement de petites entreprises artisanales. Il existe également quelques grandes entreprises spécialisées dans toutes les formes de matériel médical comprenant un département dédié aux prothèses du pied.

Certains podo-orthésistes choisissent de créer leur propre entreprise, mais ils sont rares.

Voir la fiche détaillée.

 

Opticien(ne)-lunetier(ère)

 

L'opticien-lunetier réalise, adapte, commande, délivre et vend des équipements de correction de la vision, en particulier des lunettes et des lentilles. Il se situe à mi-chemin entre le technicien et le commercial. Il travaille presque toujours sur prescription du médecin ophtalmologiste.

L'opticien-lunetier aide ses clients à choisir leurs montures et commande les verres en fonction de la correction souhaitée. Puis il effectue le montage qui consiste à centrer, découper, polir et insérer les verres dans la monture des lunettes. Enfin, il vérifie avec le client l'efficacité des lunettes et procède aux derniers réglages. Il explique aussi aux porteurs de lentilles comment les manipuler et les entretenir.lentille

Vous devrez à la fois faire preuve de minutie (lors des réglages, de la coupe des verres, etc.) et de qualités commerciales pour réaliser des ventes.

 

Sa formation: du bac au bac + 2

Vous pouvez préparer, en 3 ans après la 3e, un bac pro optique-lunetterie.

Le BTS opticien-lunetier permet d'exercer en tant qu'opticien et de gérer un magasin. Il se prépare après un bac S, STI2D ou STL spécialité sciences physique et chimiques de laboratoire. La sélection, sur dossier et entretien de motivation, est très sévère.

 

Où exerce-t-il?

Les centrales d'achat, les centres mutualistes et les magasins franchisés recrutent de nombreux jeunes diplômés.

Les opticiens-lunetiers indépendants sont de moins en moins nombreux. L'ouverture d'un commerce nécessite en effet l'achat d'un matériel coûteux, la location d'une boutique, le recrutement d'un personnel qualifié... Un investissement lourd pour un jeune diplômé.

Voir la fiche détaillée.

 

Manipulateur(trice) d'électroradiologie médicale

 

Le manipulateur en électroradiologie médicale participe à la réalisation des investigations relevant de l'imagerie médicale (radiologie standard, scanographie, IRM, médecine nucléaire) et des traitements (radiothérapie). Il exerce directement sur prescription et sous la responsabilité d'un médecin.

Les machines utilisées peuvent être vraiment impressionnantes pour le malade. Prévenant,radio le manipulateur doit savoir mettre en confiance ce dernier pour que l'examen se déroule dans les meilleures conditions.

Certains examens peuvent être très nocifs pour le patient et doivent être effectués avec la plus grande précision, en suivant les instructions du médecin.

Les technologies d'imagerie médicale évoluent sans cesse et de plus en plus vite. Un manipulateur en électroradiologie médicale est contraint de se former tout au long de sa carrière afin de maîtriser les nouveaux matériels.

 

Sa formation: un bac + 3

Deux diplômes équivalents vous permettent d'exercer le métier de manipulateur en électroradiologie : le diplôme d'État de manipulateur en électroradiologie médicale et le diplôme de technicien supérieur (DTS) en imagerie médicale et radiologie thérapeutique. Les études de 3 ans et sont reconnues à bac + 3 (grade de licence).

 

Où exerce-t-il?

Les services d'imagerie médicale en établissement public rassemblent 74 % des professionnels, les cabinets privés de radiologie en employant 26 %.

L'accroissement de la demande d'examens médicaux offre plutôt de bonnes perspectives d'emploi pour les futurs diplômés. À l'heure actuelle, 9 % des postes proposés en Île-de-France ne sont pas pourvus.

Les centres de traitement et de dépistage du cancer recrutent des manipulateurs, notamment pour l'administration des séances de radiothérapie.

Voir la fiche détaillée.

 

Technicien(ne) de laboratoire médical

 

Le technicien de laboratoire médical assure, sous la responsabilité du biologiste, l'exécution des examens biologiques sur le sang, les urines ou les tissus cellulaires des patients. Cette activité nécessite l'obtention du certificat de capacité de prélèvements sanguins organisé par les ARS (agences régionales de santé).

Polyvalent, le technicien de laboratoire médical peut, selon son lieu de travail, effectuer également le recueil des prélèvements (prises de sang, etc.), le secrétariat ou encore le suivi thérapeutique des patients.

La manipulation des prélèvements et des substances chimiques demande méthode et précision.laboratoire

La justesse du résultat des examens pratiqués engage la santé de chaque patient et, par conséquent, la responsabilité du technicien de laboratoire d'analyses médicales.

 

Sa formation: un bac + 2 minimum

Comme toutes les professions de santé, celle de technicien de laboratoire médical est réglementée. Pour l'exercer, vous devez avoir un diplôme de niveau bac + 2 au minimum.

Les formations sont ouvertes principalement aux titulaires d'un bac S (scientifique) ou STL (sciences et technologies de laboratoire).

À bac + 2. Les BTS et BTSA suivants permettent l'exercice de la profession : BTS analyses de biologie médicale ; BTS bioanalyses et contrôle ; BTS biotechnologies ; BTSA analyses agricoles biologiques et biotechnologiques (hors Île-de-France). Ils se préparent en 2 ans après le bac dans des écoles publiques ou privées. La sélection d'entrée s'effectue sur dossier.

Après le bac, vous pouvez également intégrer un IUT, institut universitaire de technologie, pour préparer un DUT génie biologique, option analyses biologiques et biochimiques. La sélection se fait sur dossier, les places sont peu nombreuses.

À bac + 3. Enfin, le DE de technicien de laboratoire médical, se déroule en 3 ans dans les écoles rattachées aux hôpitaux publics. L'accès se fait sur concours après le bac. La formation comprend des enseignements théoriques, des enseignements dirigés et travaux pratiques, des stages.

 

Où exerce-t-il?

Les laboratoires d'analyses médicales sont les plus importants recruteurs du secteur. Toutefois, le rythme des embauches ralentit car les jeunes diplômés sont nombreux et les équipements des laboratoires s'automatisent de plus en plus.

La fonction publique hospitalière, l'APHP (Assistance publique - Hôpitaux de Paris) pour l'Île-de-France, recrute en nombre. L'accès aux emplois est conditionné par la réussite d'un examen professionnel.

Voir la fiche détaillée.

Mes ressources utiles

DRJSCS (direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale) d’Île-de-France, 6/8 rue Eugène-Oudiné, CS 81360, 75634 Paris Cedex 13, tél. 01 40 77 55 00

http://ile-de-france.drjscs.gouv.fr/

 

Ministère des Solidarités et de la Santé

14, avenue Duquesne, 75350 Paris 07 SP, tél. 01 40 56 60 00

http://solidarites-sante.gouv.fr/prevention-en-sante/

 

Métiers et secteurs

 

AFDN, Association française des diététiciens-nutritionnistes

Une présentation détaillée du métier et de son évolution, complétée par un dossier sur les différentes formations, en France ou dans le reste de l'Union européenne.

www.afdn.org/?id=index

 

ANFE, Association nationale française des ergothérapeutes

Ce site associatif détaille la formation initiale et continue en ergothérapie, le déroulement de carrière et propose aussi des offres d'emploi, etc. Pour se familiariser avec cette discipline, une rubrique explore les différents champs d'action possible : rééducation, psychiatrie, réadaptation, etc.

http://www.anfe.fr

 

ANPDE, Association nationale des puéricultrices(teurs) diplômé(e)s d'État et des étudiant(e)s

Des informations très complètes sur le métier de puéricultrice/teur : son profil, sa mission, sa formation. Et une rubrique comprenant des offres d'emploi et de stage avec la possibilité de déposer son CV en ligne.

http://www.anpde.asso.fr

 

FFMKR, Fédération française des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs

De nombreux guides pratiques, sur l'ouverture d'un cabinet, l'exercice à l'étranger ou la formation continue, par exemple. Les rubriques consacrées à l'intérim ou aux remplacements s'adressent particulièrement aux étudiants et aux jeunes diplômés.

https://www.ffmkr.org/

 

FFP, Fédération française des psychomotriciens

Qu'est-ce qu'un examen psychomoteur ? Comment devient-on psychomotricien ? Quel est le programme des études ? En répondant à ces questions, ce site offre l'opportunité de se familiariser avec ce métier.

http://www.psychomotricite.com/spip.php?lang=fr

 

FFP, Fédération française des psychomotriciens

Qu'est-ce qu'un examen psychomoteur ? Comment devient-on psychomotricien ? Quel est le programme des études ? En répondant à ces questions, ce site offre l'opportunité de se familiariser avec ce métier.

www.psychomotricite.com/ffp

 

FNTS, Fédération nationale des transports sanitaires

Un site très complet sur le transport sanitaire en France (chiffres clés du secteur, conditions d'installation, normes de qualité, etc.). Dans la rubrique « Les métiers », deux vidéos présentent le métier et la formation d'ambulancier.

http://www.fnts.org/ambulancier.html

 

SNMKR, Syndicat national des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs

Une présentation exhaustive de la profession avec des informations sur les compétences requises, les formations et l'exercice en libéral.

http://snmkr.fr/

 

Syndicat national autonome des orthoptistes

Toutes les facettes du métier d'orthoptiste sont présentées ici. À lire aussi, les informations sur la formation requise et l'examen d'admission.

http://www.orthoptiste.pro

 

UNPPD, Union nationale patronale des prothésistes dentaires

Une présentation de la profession de prothésiste dentaire incluant un dossier sur la formation et des éléments de rémunération.

https://www.unppd.org/

 

Aide-soignant.com

Une présentation complète de la profession d'aide-soignant et de ses missions, mais aussi des informations sur les formations et des liens utiles.

http://www.aide-soignant.com

 

CEFIEC, comité d'entente des formations infirmières et cadres

Ce site propose notamment le répertoire des écoles d'infirmiers, des prépas (IFSI, aides-soignants et auxiliaires de puériculture) et des dates des concours.

www.cefiec.fr

 

France Audition

De nombreuses informations sur les déficiences auditives. Également consultables, des fiches consacrées aux métiers d'audioprothésiste et d'orthophoniste, ainsi qu'un carnet pratique d'adresses et de contacts.

http://www.franceaudition.com/grandpublic/

 

L'orthoptique en France

Aucun renseignement ne manque : définition de l'orthoptie, informations sur la formation, grille de salaires, convention collective et possibilités de carrières hospitalières.

http://orthoptie.net

 

Synalam, Syndicat national des prestataires de santé à domicile

Découvrez le secteur méconnu des prestataires de santé à domicile (PSAD). Ces professionnels assurent la fourniture aux patients en situation de dépendance, de handicap ou de maladie, des services nécessaires à leur prise en charge médicale ou paramédicale à domicile. Il s'agit de la mise à disposition de technologies facilitant la mise en œuvre de traitements ambulatoires et des équipements destinés au maintien à domicile des patients.

www.synalam.fr/

 

Les métiers de la santé

Découvrez sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé, 200 métiers du secteur de la santé classés par ordre alphabétique, par famille (soin, médico-technique, rééducation...) et par niveaux d'études.

http://solidarites-sante.gouv.fr/metiers-et-concours/les-metiers-de-la-sante/

 

Répertoire des métiers de la fonction publique hospitalière et réingénierie des diplômes des professionnels de santé

Découvrez plus de 200 métiers de l'hôpital et leurs actualités.

http://www.metiers-fonctionpubliquehospitaliere.sante.gouv.fr/

 

Centre de la formation et du développement des compétences-DRH AP-HP

Découvrez les métiers et les carrières à l'Assistance publique-hôpitaux de Paris.

http://formation.aphp.fr/index.php

 

Fédération hospitalière de France

https://www.fhf.fr/Actualite/Liens/Professionnels-de-sante/Centre-regional-pour-l-Information-sur-les-Professions-Paramedicales

On y trouve des offres d’emplois et un lien vers le CRIPP (Centre régional pour l'information sur les professions paramédicales) qui vous informe sur les formations et les métiers du secteur paramédical en Île-de-France.

 

Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale

Les formations et les métiers, les établissements, l'emploi et les concours dans le domaine paramédical en Île-de-France.

http://ile-de-france.drjscs.gouv.fr/-Metiers-du-secteur-paramedical-.html

 

ARS IDF, Agence régionale de santé d'Île-de-France

L’agence régionale de santé (ARS) d'Île-de-France a pour mission de mettre en place la politique de santé dans la région en coordination avec les partenaires en tenant compte des spécificités de ses territoires. L'ARS est compétente sur le champ de la santé dans sa globalité, de la prévention aux soins, à l’accompagnement médico-social.

http://www.ars.iledefrance.sante.fr/Professions-medicales-et-param.104206.0.html

 

Cartographie des métiers médico-techniques

La CPNEFP de la branche du négoce et prestations de services dans les domaines médico-techniques et l’Observatoire prospectif du commerce/Forco mettent à disposition, en ligne, cette cartographie des métiers médico-techniques qui se situent au carrefour de la santé, du service à la personne et du commerce de matériel.

À découvrir 14 métiers stratégiques de la profession répartis en trois catégories, logistique-exploitation, commercial/développement, administratif/support.

http://www.metiers-medico-techniques.fr/

 

Institut des métiers et formations des industries de la santé

Ce site permet de découvrir l'ensemble des métiers des industries de la santé : Recherche & Développement, Production, Commercialisation, Diffusion...

http://www.imfis.fr/

 

Choix de formations - orientation

 

Délégation à la formation de l'Assistance publique et des Hôpitaux de Paris

Les formations initiales et continues proposées par l'APHP pour une dizaine de métiers du médical ou du paramédical, de la puéricultrice à l'aide-soignant en passant par le travailleur social ou l'infirmier.

http://formation.aphp.fr/index.php

 

Remède

Site dédié aux futurs professionnels de santé. Plusieurs pages s'adressent plus spécifiquement aux futurs infirmiers, manipulateurs en électroradiologie médicale et masseurs-kinésithérapeutes, ou encore aux sages-femmes. Des forums thématiques permettent notamment d'échanger avec des étudiants de ces différentes filières.

www.remede.org

 

Emploi et recrutement

 

AP-HP, Assistance publique des hôpitaux de Paris

Principal employeur de la fonction publique hospitalière en Île-de-France, l'AP-HP regroupe 37 hôpitaux et 72 000 agents. Rendez-vous dans l'espace Recrutement pour tout savoir sur les concours d'accès aux écoles de puériculture, de soins infirmiers, d'aides-soignants ou de kinésithérapeutes. À consulter également : les dates et les procédures d'inscription aux concours de l'APHP.

http://www.aphp.fr

 

Les concours, examens et recrutements du ministère des Solidarités et de la Santé

Dans ce dossier du ministère des Solidarités et de la Santé, vous découvrirez les métiers, les concours, les examens et les recrutements du secteur paramédical.

http://solidarites-sante.gouv.fr/metiers-et-concours/

 

Espaceinfirmier.com

Un site consacré à l'emploi et à la formation, avec des petites annonces, une CVthèque, un annuaire des écoles....

http://www.espaceinfirmier.com

 

Infirmiers.com

L'actualité du secteur, les formations, les carrières possibles, et de nombreuses offres d'emploi. Sans oublier les pages consacrées aux associations étudiantes.

https://www.infirmiers.com/

 

 

Vie étudiante et périscolaire

 

Formation du travail social, paramédical, et de sage-femme de la région Île-de-France

Pour tout savoir sur l'attribution et le paiement des bourses aux étudiants des formations en travail social, des formations paramédicales et maïeutiques en Île-de-France.

https://www.iledefrance.fr/fss

 

Études et statistiques

 

Schéma régional des formations sanitaires et sociales 2016-2022

Pour un panorama détaillé et une cartographie de l'offre de formation initiale et continue dans le secteur sanitaire et social jusqu’en 2022.

https://www.iledefrance.fr/schema-regional-formations-sanitaires-sociales-2016-2022

 

Drees, Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) fait partie du service statistique public : sa vocation est de fournir aux décideurs publics, aux citoyens, et aux responsables économiques et sociaux des informations fiables et des analyses sur les populations et les politiques sanitaires et sociales.

http://drees.solidarites-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/

Crédits photos

© Nanostockk © bubaone © Morsa Images © HRAUN © Peshkova © FatCamera © LisLud © Jacoblund © Casarca Guru © Ondroo © sturti © fstop123 © notonrsx © Sopone Nawoot © Highwaystarz-Photography © gilaxia © mingazitdinov © kzenon © andresr © Bojan89 © Johnny Greig © monstArrr_ ©izusek © PeopleImages © Nicolas McComber © vm © Angelika-Angelika © Jongho Shin © Trifonov_Evgeniy © prill