Chaque année environ 700 000 jeunes sortent du système de formation initiale pour entrer dans la vie active.

Selon l'enquête annuelle de la Dares sur l'insertion professionnelles des jeunes, la situation des jeunes vis-à-vis de l'emploi dépend d'abord de leur qualification. Le délai d'accès moyen au 1er emploi à durée indéterminée est d'un peu plus de 3 mois pour les diplômés de l'enseignement supérieur contre plus d'un an pour les jeunes sans diplôme.

La spécialité suivie influe fortement mon insertion. Par exemple, les formations de la santé et du social sont celles qui offrent les meilleures conditions d'insertion. A l'université, les diplômés des formations scientifiques ont des trajectoires plus favorables que leurs homologues de lettres ou de sciences humaines, surtout au niveau bac + 3 ou bac + 4. Et pour une insertion rapide, mieux vaut un doctorat en santé que dans les autres spécialités !

CV

Je personnalise mon CV et ma lettre de motivation à chaque candidature

Pour mes stages d'études, j'ai déjà réalisé une ou plusieurs versions de mon CV. Pour ma recherche d'un premier emploi, je l'actualise en pensant à valoriser mes expériences de bénévolat, un semestre d'études à l'étranger, mes courtes expériences de jobs d'été ou encore une mission de service civique.

J'analyse attentivement chaque annonce à laquelle j'ai envie de répondre. J'adapte mon CV et ma lettre de motivation en conséquence.

Pour des candidatures spontanées, la démarche est identique : je prends le temps de me renseigner sur l'entreprise, sur les profils qu'elle recrute, sur la personne des RH qui gère les recrutements, etc. Cela me permet d'avoir une vision précise de l'entreprise, et de proposer une candidature sur-mesure.

 

Je me prépare aux entretiens de recrutement

En toutes circonstances, ma tenue doit être impeccable ! Je soigne mon apparence pour offrir l'image d'une personne soignée sachant adapter mon code vestimentaire au monde de l'entreprise. Je m'entraîne aussi à prendre la parole, à être à l'aise dans un face à face. Je peaufine mon argumentaire avec d'autres étudiants ou pourquoi pas avec un conseiller (de Mission locale, par exemple). Certains se filment pour détecter leurs "tics" de langage ou analyser leur gestuelle. Je peux aussi tenter l'expérience !

 

Je fais appel à un tuteur pour m'accompagner dans mon insertion

Dans cette démarche d'insertion professionnelle, je souhaite bénéficier de l'expertise d'un pair ou d'un mentor. Je me rapproche des réseaux professionnels ou d'associations qui proposent du tutorat pour les jeunes diplômés.

Au sein des universités, le tutriceBAIP (Bureau d'Aide à l'Insertion Professionnelle) est un lieu ressource incontournable. Les conseillers proposent des entretiens individuels, mais aussi des ateliers collectifs pour bien préparer mon insertion pro.

L'APEC Jeunes diplômés me propose des ateliers et des entretiens individuels à tout diplômé de l'enseignement supérieur. Je saisis cette opportunité pour booster ma recherche ! En ligne, je peux, par exemple, utiliser le simulateur d'entretien de recrutement.

 

Pôle emploi Espace jeunes propose un espace d'information dédié aux jeunes pour les guider dans leur recherche d'emploi. Je m’inscris aux MOOCs pour l’emploi : « Construire son Projet professionnel », « Organiser sa recherche d’emploi, trouver et sélectionner les offres », « Réussir son CV et sa lettre de candidature » et « Réussir son entretien d’embauche et relancer l’employeur », des cours gratuits en ligne qui m’aideront à optimiser ma recherche d’emploi. Je consulte l’Emploi Store (rubrique « Préparer sa candidature » et « Trouver un emploi ») qui répertorie des applications mobiles et des services web innovants qui m’aideront à booster ma recherche.

 

Des associations m’accompagnent vers l’emploi

Mozaic RH est un cabinet de recrutement et de gestion RH spécialisé dans la promotion de la diversité. Il a pour objectif de permettre aux entreprises d’identifier et de recruter des candidats diplômés issus de la diversité sur la base de leurs aptitudes et compétences.

Contribuant également à l’égalité des chances, le Café de l'avenir s’appuie sur des bénévoles issus de tous les secteurs professionnels pour faciliter par le dialogue, l’écoute et les conseils le passage des jeunes diplômés vers la vie active. Participer me permet de sortir de l’isolement, me redonne confiance, m’apporte des méthodes de recherche d'emploi, m’aide à développer ma capacité à me valoriser et me fait connaître le monde de l’entreprise et ses besoins. J’ai tout à y gagner.  

Crédits photos

© Mykyta Dolmatov © Tempura © kWaiGon