Un avenir sans le BAC ? C’est possible !

lycéen seulMalgré l’excellent taux de réussite au BAC chaque année, il ne faut pas oublier les élèves qui n’ont pas réussi à l’obtenir.

C’est toute une orientation scolaire qui est remise en question pour ces jeunes mais fort heureusement, des solutions existent.

 

 

Continuer les études

Le BAC reste une valeur sûre pour l’emploi. Dans cette optique, il est préférable de redoubler sa Terminale. Il faut relativiser : recommencer son année n’est pas catastrophique. Pour mettre toutes les chances de votre côté, ne négligez pas les options. Ces cours facultatifs peuvent vous aider dans la compréhension d’autres matières et constituent un apport de points conséquent. Il est également possible de repasser son BAC en candidat libre mais une rigueur et une grande autonomie son nécessaires pour étudier sérieusement.droit

Si le redoublement ne vous convient pas, certaines formations ou écoles acceptent des étudiants sans le BAC. On peut citer la capacité en droit qui dure deux ans. A terme, elle permet d’intégrer une formation universitaire en droit mais aussi des DUT ou BTS. Les écoles d’art, bien que très sélectives, privilégient le talent de l’élève.

Dernier recours, l’inscription en écoles privées. Certaines acceptent des élèves non bacheliers, elles sont difficiles à intégrer (concours d’entrée, frais d’inscription élevés).

S’accorder un moment de réflexion

L’échec au BAC fait ressurgir beaucoup de doutes et de questionnements sur ses choix, son orientation et son avenir professionnel. Ici encore, plusieurs solutions sont possibles. Beaucoup de jeunes profitent d’une année pour s’expatrier. C’est l’occasion d’apprendre une langue étrangère et d’acquérir une expérience (professionnelle ou personnelle) très appréciée des recruteurs.

Cette opportunité peut déboucher sur de nouveaux contacts et pourquoi pas…sur un emploi durable.

Sinon, le service civique offre plusieurs avantages. Vous vous engagez pour la bonne cause afin de remplir des missions variées pour une durée de 6 mois minimum. Ce choix permet de découvrir le monde du travail et de faire le point sur son futur professionnel.

C’est une expérience non négligeable dans un CV et vous touchez une petite rémunération. Vous aurez ensuite le temps de reprendre votre scolarité.

Entrer dans la vie active

bâtimentPlusieurs secteurs professionnels recrutent des jeunes sans diplôme : la restauration, le BTP, les métiers de la sécurité etc… Vous pouvez aussi passer les concours de la fonction publique qui recrutent du personnel non diplômé. Le travail en intérim est aussi envisageable.

Il permet de découvrir plusieurs secteurs et filières professionnels pour des missions plus ou moins longues. C’est l’occasion parfaite d’acquérir des compétences utiles dans un futur proche. L’intérim débouche parfois sur un emploi durable comme un CDI.

Échouer au BAC n’est pas une fin en soi mais l’occasion de mieux réfléchir à son avenir en attendant de retenter sa chance.

 

Pauline Giroux

 

Crédits photos

© Julie Bourges © Canva © Princigalli