Une expérimentation d’@venir

Pour le moment, seuls trois lycées ont été choisis pour tester ce projet de classe innovante. L’objectif de la « seconde @venir » est de briser les barrières entre les filières technologiques, générales et professionnelles.soutien

Une orientation personnalisée

En ouvrant un champ des possibles plus vaste aux élèves, l’expérimentation souhaite offrir une année supplémentaire aux élèves pour choisir leur orientation plus sereinement. L’objectif sous-jacent est aussi de revaloriser la filière professionnelle qui est souvent mal-aimée. Elle souffre encore de plusieurs préjugés tenaces : "les bons élèves vont en général, les mauvais choisissent un bac professionnel". Cette nouvelle classe tentera de faire comprendre aux jeunes qu’on ne choisit pas sa filière par défaut mais en fonction de ses compétences, ses goûts et son projet futur.

 

Un programme riche et diversifié

L’organisation des cours a été repensée pour l’occasion. Les deux premiers trimestres étudesaborderont les enseignements de la seconde générale. L’orientation sera au cœur du programme avec des modules de découverte des métiers et un suivi actif des projets de chaque élève.

Pendant le troisième trimestre, les lycéens suivront des enseignements en adéquation avec leur orientation.

Ils auront toute l’année scolaire pour développer trois projets. Le premier sera en rapport avec les médias. Ils découvriront les métiers du journalisme et la culture de la presse en créant des émissions TV et radio qui seront diffusées sur le web. Dans l’idée de développer leurs compétences en langues, les élèves seront en contact avec leurs confrères européens. Ils pourront échanger par mail et collaboreront à la réalisation de magazines.

C’est aussi une manière pour eux de s’ouvrir à la diversité culturelle de l’Europe et du monde. Enfin, le lycée s’est inscrit au projet Parabole 2018. Le but est de concevoir des expériences en lien avec l’impesanteur. Les élèves découvriront des métiers différents comme celui de chef de projet, ingénieur ou expert scientifique.

Allier l’utile et les cas pratiques permettra à ces jeunes lycéens de mieux construire leur orientation et d’éviter ainsi les décrochages scolaires.

 

Pauline Giroux

 

Crédits photos

© DNY59 © Steve Debenport © Jacob Ammentorp Lund