Fidèle à son image, la banque est un secteur où l'ascenseur social fonctionne particulièrement bien. Mais le niveau d'entrée est de plus en plus élevé...

flux scyther5.jpgOn distingue traditionnellement 2 grandes catégories d'activités bancaires : la banque de détail (qui propose des services et produits aux particuliers, professions libérales, artisans, PME-PMI) et la banque de financement et d'investissement (qui réalise des opérations sophistiquées pour le compte de grandes entreprises). Les 3/4 des emplois se situent dans la banque de détail, où les métiers sont fortement tournés vers la relation client. 

 

Fin 2017 on recensait 364 entreprises bancaires, déployés en 37 261 agences financières (y compris la Banque Postale) et qui emploient 370 300 salariés. Le secteur bancaire reste donc l'un des premiers employeurs privés de France. Il compte 57,2 % de femmes dans ses effectifs fin 2015. 

 

Les métiers bancaires

 

L’effectif global a baissé sous l’effet de restructurations de certaines activités bancaires, des contraintes réglementaires et du développement du digital. Le secteur bancaire continue cependant de recruter : en 2017, il a recruté 41 100 personnes (dont plus de 98 % en CDI), avec 57,3 % de ces embauches dans les activités de force de vente, 26 % dans le traitement des opérations, et 20 % dans les fonctions supports (Fédération bancaire française). 

Les perspectives d'embauches

Sur la période 2012-2022, les départs en fin de carrière pourraient concerner 199 000 personnes en emploi dans les métiers de la banque et des assurances, soit un nombre relativement élevé au regard des effectifs dans ces métiers. Le nombre d’employés devrait continuer à se réduire et celui des techniciens devrait augmenter modérément, en lien avec le progrès des outils numériques permettant d’automatiser et d’externaliser une partie des services (Source : les métiers en 2022 - Strategie.gouv.fr). conseiller financier skynesher.jpg

 

Le digital fait évoluer les métiers

Selon l'étude menée par Défi métiers dans le cadre des 15e OCER d'Île-de-France, la France compte aujourd’hui 6 grands groupes bancaires de dimension internationale (Crédit Agricole, Société générale, etc.) nés de rapprochements et d’une forte dynamique de marché. Ces derniers gèrent 73 millions de comptes courants. 

Les établissements traditionnels de banque de détail ont donc muté vers des groupes de taille mondiale aux activités diversifiées et notamment des activités bancaires de financement et d’investissement et des activités d’assurance. 

Les banques en ligne proposent sur Internet à leurs clients des services bancaires à distance, sans avoir de guichets ou d’agences physiques pour réaliser leurs opérations. Le développement de la banque en ligne et des services à distance a, notamment, permis de maintenir l’emploi.

Les métiers d’employés et de techniciens de la banque et des assurances ont vu le contenu de leur métier évoluer avec l’avènement des nouvelles technologies. En effet, nombre de tâches à faible valeur ajoutée ont été supprimées, automatisées ou transférées sur le client. Par ailleurs, la diminution des tâches d’exécution au profit de tâches commerciales plus qualifiées s’est traduite par une élévation du niveau de formation requis. 

finance BulentBARIS.jpgTous les métiers de la banque et des assurances sont amenés à évoluer très fortement du fait de la montée en puissance du numérique et de la digitalisation de la société toute entière : en premier lieu par l’exigence d’immédiateté qu’elles induisent dans les relations avec la clientèle, mais aussi par la généralisation du mode projet et du travail collaboratif. 

Ces évolutions ont créé de nouveaux métiers (télé-conseillers, conseillers à distance, community manager, etc.), et de nouveaux modes d’organisation (centres de relation client, plateaux d’experts, centres de banque en ligne etc.).

 

Par ailleurs, selon une étude de 2016 intitulée « La banque 2020-2025 » réalisée par l’Observatoire des métiers de la banque, « pour se différencier et tirer parti de la relation de confiance qui les lie à leurs clients, les banques devront apporter davantage de conseil et de valeur ajoutée client. Cela passe par de nécessaires bascules organisationnelles et une transformation de la posture commerciale ».

 

De plus en plus de bac + 5

Le niveau bac + 2 est devenu le minimum requis pour intégrer le secteur bancaire. banque Pinkypills.jpgL'automatisation des opérations courantes et la complexification des marchés financiers comme des produits bancaires incitent les recruteurs à se montrer de plus en plus exigeants : selon la Fédération bancaire française, en 2014, moins de 10 % des recrutements se font en dessous du niveau bac + 2. Les recrutements ont été faits pour 45 % d'entre eux à des niveaux bac + 4 / bac + 5, pour 29 % à bac + 2 et pour 15 % à bac + 3. 

Dans les perspectives de recrutement, les besoins devraient être les plus forts du côté des conseillers de clientèle haut de gamme / patrimoniale et les conseillers de clientèle professionnelle.

 

Des carrières évolutives rapidement

Fidèle à son image, la banque est un secteur où l'ascenseur social fonctionne particulièrement bien. Disposant de budgets de formation continue élevés (4 % contre 1,6 % exigés par la loi), les employeurs fidélisent et accompagnent leurs collaborateurs en leur proposant régulièrement (tous les 3 ou 4 ans) d'évoluer vers de nouvelles fonctions et de nouveaux sites. 

Ainsi, un jeune diplômé recruté à bac + 2 comme conseiller clientèle peut, à condition d'être motivé, décrocher un poste de responsable d'agence au bout de quelques années d'expérience. De nombreuses passerelles existent également entre les différentes familles d'activités : commerce-marketing, communication, ressources humaines, etc.

 

  • Pour aller plus loinbanquier zoranm.jpg

Les formations initiales permettant de travailler dans le secteur de la banque sont très nombreuses. La FBF, Fédération bancaire française, recense une dizaine de BTS et DUT (banque, négociation et relation client, informatique de gestion, etc.), plus de 200 masters (finance, finance d'entreprise, gestion de patrimoine, économie et finances internationales, etc.), une cinquantaine de mastères spécialisés (ingénierie financière, approche des risques, finance internationale, etc.) et une dizaine de magistères (économie, finance, etc.). À ces cursus s'ajoutent de multiples dispositifs de formation continue mis en place par la profession elle-même.

 

Des métiers féminisés

Deux métiers ont été plus particulièrement étudiés dans le cadre des 15e OCER : les employés de la banque et des assurances et les techniciens de la banque et des assurances. Ils sont très féminisés : 74 % des employés et 67 % des techniciens sont des femmes.

La structure par âge est différente : les employés de la banque et des assurances sont jeunes, représentant 30 % des effectifs alors que les techniciens sont plus âgés, les plus de 50 ans représentent 29 % des effectifs.

Cette différence dans la structuration des postes s’explique par la politique de recrutement du secteur et par le développement de la mobilité interne : les jeunes recrutés et apprentis débutent comme employés et progressent notamment vers des postes de techniciens.

 

Panorama en Île-de-France

L’Île-de-France est la région française qui emploie le plus grand nombre de salariés dans les secteurs bancaire et des assurances, soit 119 000 salariés qui banquier zoranm.jpgreprésentent. Les activités de banque de finance et d’investissement et les activités liées à la gestion financière et à l’investissement immobilier y sont fortement présentes, les sièges sociaux étant concentrés à Paris intra-muros et dans le quartier de la Défense (92, département des Hauts-de-Seine).

Selon les chiffres régionaux 2017 de la Fédération de la banque française, il y a eu plus de 11 000 embauches en 2017 (dont 8 650 en CDI). Sur la totalité des embauches, plus de 53 % ont un diplôme bac + 5. Les embauches se sont surtout effectuées dans trois domaines : la force de vente (46,2 %), les fonctions supports (25,9 %) et le traitement des opérations (25,7 %).

 

Le secteur est fortement féminisé : 54,6 % de femmes travaillent dans le secteur.

Dans la famille professionnelle (FAP) des employés de la banque et des assurances, le métier le plus représenté en Ile-de-France est celui des employés des services commerciaux de la banque.

Au sein de la FAP des techniciens de la banque et des assurances, le métier le plus représenté en Ile-de-France est celui des chargés de clientèle bancaire.

 

Les métiers de la force de vente

 

La majorité des postes à pourvoir dans le secteur bancaire sont des métiers de la force de vente qui s'exercent en agence, derrière le guichet au contact de la clientèle, ou bien dans des bureaux avec le développement des échanges par téléphone, SMS, etc.

Les métiers de la banque de détail regroupent 68 % des effectifs du secteur bancaire. Ils regroupent les métiers suivants :

  • Chargé d'accueil et services à la clientèle ; banque Szepy.jpg
  • Chargé de clientèle particuliers ;
  • Chargé de clientèle professionnels ;
  • Conseiller en patrimoine ;
  • Chargé de clientèle entreprises ;
  • Responsable / animateur d’unité commerciale ;
  • Analyste risques ;
  • Gestionnaire de back office ;
  • Spécialiste des opérations bancaires ;
  • Responsable / animateur d’unité ou d’activités de traitement bancaire ;
  • Responsable informatique / organisation / qualité ;
  • Informaticien / chargé de qualité ;
  • Analyste risques.

 

Les métiers commerciaux sont prédominants dans le secteur bancaire où le conseil client à valeur ajoutée est essentiel (chargé d'accueil et de services clientèle, chargé de clientèle particulier ou professionnel, conseiller en patrimoine, etc.).

 

L’Observatoire des métiers de la banque indique dans la fiche de présentation du métier d’agent d’accueil et de services à la clientèle, les principales évolutions du métier, dont voici un extrait :

  • « Métier en cours de transformation impacté par la relation en ligne et la baisse de fréquentation des agences ;
  • Métier de passage vers les fonctions du réseau pour les jeunes entrants dans le métier commercial ;
  • Évolution des compétences pour partie vers des compétences de nature commerciale ;
  • Évolution vers une diversification des tâches ;
  • L'évolution de ce métier doit être examinée en relation avec celle du métier de chargé de clientèle particuliers. »

 

 

Conseiller(ère) d'accueil banque

 

Dans une banque, le conseiller d'accueil est la première personne à laquelle les clients ont affaire. Il est leur contact direct. Assis derrière son guichet, il effectue les opérations bancaires les plus courantes : versements d'argent en espèces ou en chèques, virements ou retraits de chéquiers, etc. Le conseiller d'accueil vend aussi des produits et des services, comme les solutions d'épargne. Il répond aux appels téléphoniques des clients, qu'il dirige vers ses collègues.

 

Le conseiller d'accueil traite des opérations et des demandes très diverses. Ses interlocuteurs sont nombreux et variés. Il doit donc faire preuve d'une grande polyvalence.

 

  • Sa formation: une majorité de recrutement à bac + 2

Après un bac pro commerce ou un bac pro gestion-administration, il est possible de préparer, en un an, banque Rawpixel.jpgune MC services financiers (niveau bac). Ce diplôme permet de se spécialiser dans l'accueil et la commercialisation de services financiers.

 

À bac + 2/3. Les BTS banque-conseiller de clientèle ; management des unités commerciales ; négociation et relation client, et le DUT techniques de commercialisation forment, en 2 ans après le bac, au métier de conseiller.

Ces cursus peuvent être complétés par une licence pro comme la licence pro assurance, banque, finance : chargé de clientèle (Paris Est Créteil Val-de-Marne), chargé de clientèle, parcours conseiller de clientèle sur le marché des particuliers (Versailles St Quentin-en-Yvelines) ; spécialité conseiller clientèle particuliers (Paris Nanterre).

 

À bac + 5. Pour un portefeuille de grandes entreprises, il est conseillé de viser un bac + 5, par exemple un master pro spécialité gestion de patrimoine et banque privée (Paris Dauphine) ; spécialité gestion des actifs (Paris Nanterre) ; spécialité banque et finance : droit et régulation du système bancaire et financier (Paris Descartes) etc.

Voir la fiche détaillée

 

Chargé(e) de clientèle

Le chargé de clientèle (ou conseiller financier) assure la promotion et la vente chargé clientèle vm.jpgde produits et de services bancaires et financiers : placements, prêts, épargnes, cartes de crédit, etc. Il doit fidéliser ses clients existants et prospecter pour en trouver de nouveaux.

  • Sa formation: de bac + 2 à bac + 5

Un diplôme de niveau bac + 2 constitue le niveau minimum pour être recruté. Néanmoins, après le bac, il est possible de préparer en alternance le BP banque (niveau bac). La formation dure 2 ans et n'est pas proposée en Île-de-France.

 

À bac + 2/3, les diplômes les plus adaptés sont le BTS management des unités commerciales, le BTS négociation et relation client, le BTS banque-conseiller de clientèle, le DUT gestion des entreprises et des administrations option gestion comptable et financière et le DUT techniques de commercialisation.

 

Le niveau de recrutement s'élevant, il est utile de compléter ce cursus par une année supplémentaire en licence professionnelle. On peut citer la licence professionnelle droit, économie, gestion, mention assurance, banque, finance : chargé de clientèle, parcours clientèle particuliers (Paris Nanterre et Paris 13) ou assurance, banque, finance, spécialité conseiller-gestionnaire de clientèle (Paris Est Créteil Val de Marne).

contrat fizkes.jpg

À bac + 5, les masters professionnels séduisent de plus en plus de recruteurs. On peut citer notamment le master pro mention monnaie, banque, finance, assurance spécialité banque finance (Panthéon Assas) et le master monnaie, banque, finance, assurance parcours métiers bancaires (Paris Est Créteil Val de Marne).

 

  • Où exerce-t-il?

Toutes les banques recrutent régulièrement des chargés de clientèle pour leurs agences. Quelques postes sont également à pourvoir au sein des sièges sociaux des groupes bancaires. Le secteur bancaire en Île-de-France emploie plus de 119 000 personnes, dont 40 % à Paris. L'insertion des chargés de clientèle est bonne et rapide, du fait notamment des départs en retraite qu'il faut combler. Les chargés de clientèle formés en alternance ont la faveur des recruteurs.

 

 

Directeur(trice) d'agence bancaire

Le directeur d'agence bancaire supervise les différentes activités de son agence. En collaboration avec le siège social de la banque, il définit les objectifs commerciaux de l'agence et veille à ce qu'ils soient atteints, voire dépassés.

Pour mener à bien ses missions, le directeur d'agence bancaire doit être organisé, rigoureux et posséder de solides qualités managériales. Diplomate, il sait apaiser les conflits qui opposent inévitablement sa banque et certains clients.

directrice agence UberImages.jpg

  • Sa formation: bac + 5

La promotion interne est la voie d'accès la plus courante pour accéder aux fonctions de directeur d'agence bancaire. Pour les titulaires d’un bac + 5 en finance déjà en poste dans le secteur bancaire, suivre une formation en interne dispensée par le Centre de formation de la profession bancaire (CFPB) conduit également à ce métier.

Le recrutement direct concerne les diplômés de niveau bac + 5. Il existe de nombreux masters et écoles proposant des spécialisations dans le domaine de la finance et de la banque. 

 

On peut citer le master pro mention économie et ingénierie financière (Paris Dauphine) ; mention finance spécialité stratégie et ingénierie financière (Paris Sud) ; master pro mention monnaie, banque, finance, assurance spécialité banque finance (Panthéon Assas), etc.

 

Un diplôme des instituts d'études politiques (IEP), section économique et finance (ECO-FI), est aussi une bonne porte d'entrée dans le métier. De même, les grandes écoles de commerce et de gestion (HEC Paris, ESSEC business school, ESCP Europe et autres écoles supérieures de commerce) recrutent sur concours après une classe préparatoire (CPGE, bac + 2). La sélection est sévère. directeur DragonImages.jpg

 

Après un bac + 5, il est possible de compléter sa formation par un mastère spécialisé International finance (HEC Paris), finance (ESCP Europe) ou techniques financières (ESSEC business school).

 

  • Où exerce-t-il?

Les groupes bancaires, qui possèdent des agences réparties sur tout le territoire et à l'étranger, recrutent des directeurs d'agence.

Selon l'Observatoire des métiers de la banque, environ 17 000 responsables ou animateurs d'agences sont en poste en France. Environ 18 % des agences (4 700 agences) se trouvent en Île-de-France.

 

Voir la fiche détaillée

 

Gestionnaire de portefeuilles

Le gestionnaire de portefeuilles gère des fonds qu'il place en Bourse pour le compte de particuliers ou d'entreprises. Son objectif est de leur faire prendre de la valeur. Il entretient d'étroites relations avec ses clients, notamment pour les tenir informés des transactions qu'il effectue.

gestionnaire PeopleImages.jpg

Très réactif, le gestionnaire de portefeuilles est capable d'anticiper les mouvements des marchés et s'adapte rapidement à la moindre variation. Dans le même temps, il sait garder son sang-froid lors d'une crise boursière et reste prudent face aux rumeurs qui agitent le monde de la finance.

 

  • Sa formation: un bac + 5 nécessaire

Le métier de gestionnaire de portefeuilles nécessite des compétences économiques, financières, juridiques et fiscales.

À l'université, on peut citer le master pro mention gestion du patrimoine et banque privée (Paris-Dauphine) ; mention finance parcours gestion de portefeuille (Paris Est Créteil Val de Marne), etc.

 

Un diplôme des instituts d'études politiques (IEP), section économique et finance (ECO-FI), constitue également un solide socle de connaissances pour ceux qui veulent exercer ce métier.

Les grandes écoles de commerce et de gestion (HEC Paris, ESSEC business school, ESCP Europe, etc.) recrutent sur concours après une classe préparatoire (CPGE, bac + 2). La sélection est sévère.gestionnaire zoranm.jpg

Après un bac + 5, il est possible de compléter sa formation par un mastère spécialisé, par exemple International Wealth Management (anciennement gestion du patrimoine) à l'ESCP Europe.

 

  • Où exerce-t-il?

Les banques recrutent des jeunes gestionnaires de portefeuilles. Les sociétés de Bourse et les compagnies d'assurances ouvrent aussi leurs portes aux jeunes diplômés. Elles leur proposent d'abord des postes de chargés de clientèle avant de les nommer gestionnaires de portefeuilles.

Des opportunités existent également au sein de grandes entreprises qui disposent d'importants fonds à gérer.

La crise a peu entamé le dynamisme du secteur bancaire. Quelque 30 000 nouveaux collaborateurs sont recrutés chaque année pour compenser les départs à la retraite et accompagner le développement de certaines activités.

 

Voir la fiche détaillée

 

Téléconseiller(ère)

 

Le téléconseiller vend par téléphone toutes sortes de produits de consommation : placements financiers, assurances, etc. Il informe ou conseille ses interlocuteurs, puis saisit leurs commandes sur ordinateur.

 

Le téléconseiller récolte et lit un maximum d'informations sur le produit qu'il doit vendre ou les conseils qu'il donnera en matière de produit financier, par exemple. Puis il appelle les personnes figurant sur la liste communiquée par son supérieur, le superviseur. Il suit un argumentaire très précis sur son écran d'ordinateur et laisse la parole à son interlocuteur. Il coche ou rédige les réponses tout en téléphonant. Lorsqu'il est débutant, il met à jour des bases de données ou réalise des enquêtes de consommation simplifiées.

 

  • Sa formation: un diplôme de bac à bac + 2 conseillé

Même si aucun diplôme n'est exigé pour exercer la profession de téléconseiller, un niveau bac (bac pro vente - prospection, négociation, suivi de clientèle - ; bac pro commerce) est conseillé. Il est indispensable de maîtriser l'outil informatique et parfois de parler une langue étrangère. Beaucoup de jeunes pratiquent ce métier à temps partiel, pour arrondir leurs fins de mois.

Dans les banques, les recruteurs demandent généralement un diplôme de niveau bac + 2. Néanmoins, après le bac, il est possible de préparer, en un an, la MC services financiers qui permet de se spécialiser dans la commercialisation des produits proposés par la banque. Par ailleurs, il existe une MC assistance, conseil, vente à distance, plus généraliste.

 

  • Où exerce-t-il?

Les centres d'appels téléphoniques se développent depuis peu dans toute la France. Des entreprises font appel à ces centres pour vendre leurs produits ou réaliser des enquêtes sur les ménages notamment.

Les sociétés de télémarketing sont spécialisées dans la vente par téléphone. Elles font appel aux téléconseillers.

Le développement du e-commerce ouvre de nouvelles perspectives. Les sociétés de vente en ligne emploient des téléconseillers pour assurer un service de conseil et d'assistance à distance.

 

Voir la fiche détaillée

 

Technicien(ne) des opérations bancaires et d'appui commercial 

 

Dans les « coulisses » de l'agence bancaire, le technicien des opérations bancaires effectue la saisie, le codage ou le suivi informatique des tâches administratives liées aux opérations financières réalisées par la clientèle ou par la banque elle-même (virements, encaissements de chèques, etc.). Il peut aussi réaliser le montage administratif d'opérations financières, notamment les demandes de crédit.

 

Ce professionnel ne rencontre pas directement le client mais réalise l'ensemble des activités techniques nécessaires au bon suivi de son compte bancaire. Il peut être amené à être en contact téléphonique avec la clientèle pour régler un litige ou finaliser un dossier.

Rigueur, sens de l'écoute et aptitudes à travailler en équipe sont indispensables pour réussir dans cette voie.

 

  • Sa formation: bac + 2

Côté formation, un bac suivi du BP banque peut être une première voie d'accès. Toutefois, ce sont les titulaires du BTS banque qui entrent plus facilement dans la profession.

Avec de l'expérience, vous pourrez viser des postes de chargé de clientèle particuliers.

 

  • Où exerce-t-il?

Dans les agences bancaires.

Les métiers support et de traitement des opérations

 

Très médiatique, le monde de la finance ne concerne qu'un petit nombre de professionnels du secteur bancaire. Dans les salles de marchés comme au siège des grandes banques, ces experts assument des fonctions complexes d'analyse, de conception de produits ou encore de contrôle.

Les opérations financières comme les introductions en Bourse, les fusions-acquisitions des sociétés, les émissions de titres ou de produits financiers et les opérations de vente et de trading sur les marchés constituent les activités spécifiques à la BFI, Banque de financement et d'investissement. Elles regroupent 12 % des effectifs globaux.

 

La BFI est principalement représentée par les métiers suivants :

  • Chargé de clientèle entreprises ;
  • Opérateur de marché ;
  • Concepteur et conseiller en opérations et produits financiers ;
  • Gestionnaire de back office ;
  • Spécialiste des opérations bancaires ;
  • Responsable / animateur d’unité ou d’activités de traitement bancaire ;
  • Responsable informatique / organisation / qualité ;
  • Informaticien / chargé de qualité ;
  • Analyste risques ;
  • Autres métiers (les BFI ont leur propre état-major, DRH etc.).

 

Les métiers de traitement des opérations (informatique, organisation, juriste, conformité, audit, experts traitant des opérations bancaires) occupent 26 % des effectifs.

 

Les fonctions de management et de support (fonctions de contrôle, marketing, ressources humaines, juridique, etc.), représentent 21 % des effectifs.

 

Actuaire

 

Prévoir l'imprévisible, telle est la mission principale de l'actuaire. Dans une société d'assurances, c'est lui qui établit le montant des cotisations pour chaque contrat d'assurance. C’est un des métiers clé de l’assurance. Lorsqu’il travaille à la direction d’une entreprise, par exemple, il met son entreprise en conformité avec les nouvelles règles de Solvabilité II. Lorsqu’ils travaillent à la conception des produits il calcule le tarif des produits créés par les entreprises.

L’actuaire est méthodique (recueillir une masse importante d'informations implique un bon sens de l'organisation), logique (pour croiser des données très diverses et donner un sens aux chiffres, il sait avoir une vision globale du marché) mais aussi rigoureux (quand il justifie le prix des contrats, il ne doit pas faire preuve de légèreté !).

 

  • Sa formation: un bac + 5

Si le DUT statistique et informatique décisionnelle (bac + 2) permet d'accéder à la fonction de technicien en actuariat, les formations menant aux fonctions d'actuaire se situent à bac + 5.

Il est possible de débuter ses études par une licence en mathématiques appliquées ou en sciences économiques et de gestion (bac + 3).

À bac + 5 suivent plusieurs masters professionnels en actuariat : le master pro mention mathématiques appliquées parcours actuariat (Paris-Dauphine) ou contrôle de gestion et audit organisationnel (université Paris-Est Créteil Val-de-Marne), le master droit, économie, gestion mention monnaie, banque, finance, assurance parcours management de l'assurance professionnels (CNAM), etc.

Deux autres formations, particulièrement reconnues dans la filière, sont aussi envisageables : le diplôme de statisticien filière actuariat de l'Institut de statistique de l'université Pierre et Marie Curie (université Pierre et Marie Curie - UPMC) ou le diplôme d’ingénieur de l'ENSAE (École nationale de la statistique et de l'administration économique) qui offre une spécialité actuariat en 3e année de cycle ingénieur.

À bac + 6. Après un bac + 5, un mastère spécialisé (bac + 6) permet de compléter les études d’actuariat, par exemple le mastère spécialisé en actuariat (ENSAE).

 

  • Où exerce-t-il?

En tant que salarié, ce sont les sièges sociaux des sociétés d'assurances et des banques qui offrent le plus grand nombre d'emplois. Les caisses de retraite, les mutuelles et les sociétés de bourse recrutent également des jeunes diplômés.

On dénombrait 6 721 fin 2016 en France, dont plus de 65 % exercent en Île-de-France, la Région accueillant un grand nombre de sièges sociaux de société d'assurances, de banques et de sociétés financières. Quelque 140 nouveaux actuaires sont formés chaque année, ce qui ne suffit pas à combler les besoins des recruteurs.

 

Voir la fiche détaillée

 

Analyste de crédit

 

L'analyste de crédit étudie les demandes de crédit des clients de la banque, qu'il s'agisse de particuliers ou d'entreprises. Il émet ensuite un avis sur l'opportunité d'accorder ou non le crédit au demandeur.

 

Le travail de l'analyste financier demande au quotidien une bonne organisation et beaucoup de rigueur. Ce professionnel doit aussi faire preuve d'autonomie car au final, c'est lui seul qui décide d'accorder ou non le crédit.

 

  • Sa formation: un bac + 5

Un bac + 5 universitaire dans les domaines de la finance, de la gestion ou de la comptabilité, permet de décrocher un poste d'analyste de crédit.

Les nombreux masters professionnels orientés économie, banque et finance constituent des cursus recherchés par les recruteurs : le master pro banque et finance : régulation du système bancaire et financier (Paris Descartes) ; master finance parcours banque d’investissement et de marché (Paris Dauphine) ; spécialité banque - finance (Panthéon-Sorbonne), etc.

 

Le diplôme des instituts d'études politiques (IEP), section économique et finance (ECO-FI), est aussi une bonne porte d'entrée dans le métier. La formation dure 5 ans. L’accès à Sciences Po Paris se fait en 1re année (pour les bacheliers) ou en 4année (pour les titulaires d’une licence ou d’un diplôme équivalent).

 

Les grandes écoles de commerce et de gestion (HEC Paris, ESSEC business school, ESCP Europe, etc.) recrutent sur concours, après une classe préparatoire (CPGE, bac + 2). La sélection est sévère. 

Il est possible, dans ces écoles, de compléter un bac + 5 par un mastère spécialisé International Finance (HEC Paris) ; finance (ESCP Europe) ; techniques financières (ESSEC business school), etc.

 

  • Où exerce-t-il?

Tous les établissements bancaires recrutent des analystes de crédit. Les débutants se trouvent en majorité dans les agences bancaires régionales, alors que les postes décisionnaires sont plutôt situés dans les sièges sociaux régionaux ou nationaux des grands groupes bancaires.

Selon l'Observatoire des métiers de la banque, le secteur bancaire français regroupe environ 7 700 analystes de crédit. Plus d'un poste sur 4 se situe en Île-de-France.

 

Voir la fiche détaillée

 

Analyste financier(ère)

L'analyste financier conseille les investisseurs dans leurs opérations financières. Pour remplir cette mission, il analyse toutes les informations concernant les marchés financiers et la situation des entreprises.

 

Rigueur, réactivité et logique sont des qualités indispensables pour qui souhaite exercer ce métier.

 

  • Sa formation: un bac + 5

Pour ce type de poste à responsabilités, de solides bases comptables et financières sont requises ainsi que de fortes capacités d'organisation et d'analyse. Cela implique donc un niveau de diplôme élevé, à bac + 5.

 

On peut citer à titre d'exemple, le master pro finance parcours ingénierie financière (Paris Est Créteil Val de Marne) ou le master pro finance spécialité finance d'entreprise et ingénierie (Paris-Dauphine). Cette dernière sélectionne ses étudiants sur dossier scolaire.

 

Par ailleurs, les diplômés des grandes écoles sont très recherchés par les recruteurs.

Les instituts d'études politiques (IEP), section économique et finance (ECO-FI), sont aussi un bon passeport pour entrer dans le métier. L'admission se fait, après un concours très sélectif, principalement à bac et après bac + 3 (pour une entrée directe en master).

Les écoles d'ingénieurs (Polytechnique, École des Ponts Paris Tech, Centrale Paris...) ainsi que l'ENSAE ParisTech (École nationale de la statistique et de l'administration économique) recrutent principalement après les classes prépa scientifiques. Les étudiants suivent ensuite 3 ans d'études et se spécialisent généralement en dernière année d'école.

De même, les grandes écoles de commerce (HEC Paris, ESSEC, ESCP Europe, EM Lyon business school, et autres écoles supérieures de commerce) recrutent principalement post-prépas (bac + 2) et sur concours. La sélection est sévère.

Après un bac + 5, il est possible de compléter sa formation, en un an par un mastère spécialisé finance internationale (HEC Paris), finance et trésorerie (ESCP Europe) et techniques financières (ESSEC business school).

 

  • Où exerce-t-il?

Les sociétés de bourse constituent le premier vivier de recrutement des jeunes diplômés.

 

 

Convoyeur(euse) de fonds

Le convoyeur de fonds est chargé de sécuriser les transports d'argent ou d'objets confiés par ses clients, des banques par exemple. Il peut exercer 3 fonctions : garde, conducteur ou messager.

 

Une parfaite intégrité et une attention soutenue sont indispensables pour être convoyeur de fonds. Par ailleurs, cette profession demande beaucoup de patience car il faut parfois attendre de très longues minutes avant de pourvoir charger ou décharger, sans prendre trop de risques, les sacs contenant des fonds.

 

  • Sa formation: du CAP au bac pro

Le convoyeur de fonds doit obligatoirement être titulaire d'une carte professionnelle, délivrée par le Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS). Celle-ci est délivrée sous condition de ne pas avoir commis d'actes répréhensibles et incompatibles avec la profession et d'avoir suivi une formation professionnelle reconnue.

 

Le secteur du transport de fonds et de valeurs a mis en place un certificat de qualification professionnelle (CQP) pour le métier de convoyeur de fonds : le CQP métiers de convoyage de fonds et de valeurs et activités assimilées.

 

Le CAP agent de sécurité assure également, en 2 ans après la 3e, le niveau minimum de connaissances souhaitées pour exercer ce métier.

 

Le bac pro métiers de la sécurité (en 2 ans après le CAP ou 3 ans après la 3e) permet d'acquérir des compétences dans le domaine de la sécurité et une évolution professionnelle plus rapide. Par ailleurs, les entreprises de sécurité proposent leurs propres formations et un entraînement au tir. Les candidats doivent être âgés d'au moins 21 ans et avoir un casier judiciaire vierge. Pour les conducteurs de véhicules blindés, le permis poids lourd est parfois exigé.

 

  • Où exerce-t-il?

Les entreprises de transports de fonds sont celles qui recrutent majoritairement les convoyeurs de fonds. Quelques entreprises publiques disposent d'un service interne spécialisé en transport de fonds, notamment la Banque de France. Le convoyeur de fonds est alors fonctionnaire.

 

Voir la fiche détaillée

 

Ingénieur(e) financier(ère)

Pour un établissement bancaire ou une société de Bourse, l'ingénieur financier met au point des modèles mathématiques et conçoit des applications informatiques destinées à évaluer les risques et la rentabilité d'opérations financières. Il élabore de nouveaux produits financiers pour répondre à l'évolution des besoins des clients.

 

Analyse théorique, réflexion mathématique, adaptation de programmes informatiques... Autant de fonctions qui nécessitent beaucoup de rigueur et de concentration. L'ingénieur financier doit également avoir un tempérament curieux car il travaille sans cesse sur des problèmes nouveaux, auxquels il doit répondre dans des délais souvent brefs.

 

  • Sa formation: double cursus à la clé

Pour vous lancer dans la profession, un double cursus vous est fortement conseillé : obtenir à la fois un haut niveau de qualification en informatique et en mathématiques, économie.

Les grandes écoles d'ingénieurs (École Polytechnique, École des Ponts Paris Tech, École Centrale Paris...) ainsi que l'ENSAE, École nationale de la statistique et de l'administration économique ont ainsi la côte auprès des recruteurs. La voie principale pour y entrer reste les classes prépa scientifiques.

 

De même, les diplômés des grandes écoles de commerce (HEC Paris, École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC), ESCP Europe, EM Lyon business school, EDHEC business school...) sont privilégiés pour postuler à cette fonction. Ces écoles recrutent essentiellement post-prépas (bac + 2) et sur concours.

 

Vous pouvez intégrer sur concours, après le bac ou après une licence (bac + 3) un institut d'études politiques (IEP) dans une spécialité économie-finance. Sciences Po Paris propose notamment le master finance et stratégie.

 

À l'université, un master professionnel du secteur économique et financier peut aussi se révéler utile s'il est complété par une formation en informatique.

La filière MIAGE (méthodes informatiques appliquées à la gestion des entreprises) est particulièrement adaptée. Les universités Panthéon-Sorbonne, Paris Descartes, Paris Sud et Paris Nanterre proposent des masters pro MIAGE.

 

L’université Paris Est Créteil Val-de-Marne propose un master pro MIAGE spécialité ingénierie des systèmes d’information distribués ou ingénierie des systèmes d’information et d’aide à la décision.

 

L’université Paris Dauphine propose le master pro MIAGE, informatique pour la finance ou systèmes d’information et technologies nouvelles.

 

Enfin, vous pouvez compléter votre parcours, en un an, par un mastère spécialisé management de la performance opérationnelle et financière (ESCP Europe), international finance (HEC Paris), techniques financières (ESSEC business school).

 

  • Où exerce-t-il?

Tous les établissements bancaires, du plus petit au plus grand, recrutent des ingénieurs financiers pour travailler dans leurs salles des marchés.

 

Les sociétés de Bourse ont également besoin des compétences des ingénieurs financiers.

 

Voir la fiche détaillée

 

Inspecteur(trice) de banque

L'inspecteur de banque vérifie que les opérations passées par les établissements bancaires sont conformes aux procédures internes et à la législation en vigueur. Il assure aussi des missions de conseil et d'audit auprès des banques afin d'améliorer leur fonctionnement.

 

 

Les documents variés et nombreux à décrypter impliquent de la rigueur et de l'organisation. Indépendant, l'inspecteur de banque doit se faire sa propre opinion, à partir des preuves qu'il a pu collecter, sans se laisser influencer. Enfin, le métier implique de nombreux contacts avec des interlocuteurs très variés : un bon relationnel et un grand sens de l'écoute sont nécessaires.

 

  • Sa formation: un bac + 5

Un diplôme des grandes écoles (bac + 5) est un bon passeport pour accéder à ce métier complexe.

Les écoles d'ingénieurs (Polytechnique, École des Ponts ParisTech, Centrale Paris, etc.) ainsi que l'ENSAE, École nationale de la statistique et de l'administration économique, recrutent principalement après une classe préparatoire scientifique.

De même, l'accès aux grandes écoles de commerce (HEC Paris, ESSEC business school, ESCP Europe, EM Lyon business school, EDHEC, etc.) se fait essentiellement sur concours après une classe préparatoire (CPGE, bac + 2). La sélection est sévère.

Il est possible également d'intégrer sur concours, après le bac ou à la suite d’une licence (bac + 3), un institut d'études politiques (IEP), section économique et finance (ECO-FI). Sciences Po Paris propose notamment le master finance et stratégie.

 

Par ailleurs, l'université offre de nombreux masters professionnels, par exemple, mention économie et ingénierie financière (Paris Dauphine), mention finance parcours banque, finance, assurance-ingénieur d’affaires (Paris Nanterre) ; mention monnaie, banque, finance, assurance parcours banque-finance (Panthéon Sorbonne), etc.

 

Après un bac + 5, il est possible de compléter sa formation, en un an, par un mastère spécialisé, tel le mastère spécialisé business performance management de l'ESCP Europe.

 

  • Où exerce-t-il?

Les recrutements sont réguliers. La plupart des établissements embauchent des professionnels expérimentés qui ont suivi un stage de formation à l'ITB (Institut technique de banque) ou au CESB (Centre d'études supérieures de banque), tous les deux à Paris-La Défense. Mais certains font appel à de jeunes diplômés de l'enseignement supérieur.

Dans certaines banques, le poste d'inspecteur de banque fait l'objet d'un concours d'entrée.

 

Voir la fiche détaillée

 

Opérateur(trice) sur les marchés ou trader

Le trader, également appelé opérateur sur les marchés, réalise des opérations financières pour l'établissement bancaire qui l'emploie ou pour le compte de clients, des particuliers ou des entreprises. Il suit en permanence les évolutions du marché et analyse les opportunités d'achat ou de vente.

 

 

Réactivité, intuition et rigueur sont 3 qualités indispensables pour qui souhaite devenir trader.

 

  • Sa formation: un bac + 5

Les diplômes des écoles de commerce ou d'ingénieurs en finance constituent le meilleur passeport pour devenir trader. Un master finances, gestion, droit ou économie permet aussi d’accéder à ce métier. 

Tous ces diplômes sont de niveau bac + 5.

Les écoles d'ingénieurs (Polytechnique, École des Ponts Paris Tech, Centrale Paris, etc.) recrutent principalement après les classes prépa scientifiques. Les étudiants suivent ensuite 3 ans d'études et se spécialisent généralement en dernière année.

De même, l'accès aux grandes écoles de commerce (HEC Paris, ESSEC business school, ESCP Europe, EM Lyon, EDHEC...) se fait essentiellement post-prépas (bac + 2) et sur concours. 

Deux écoles, l'INSEEC et l'ESLSCA, offrent plus particulièrement des programmes bac + 5 spécialisés dans le domaine du trading et de la gestion d’actifs.

Il est possible également, après le bac ou après une licence (bac + 3), d’intégrer sur concours un Institut d'études politiques (IEP), section économique et finance (ECO-FI). Sciences Po Paris propose notamment le master finance et stratégie.

 

À l'université, les formations en mathématiques ou en gestion financière sont bien adaptées. On peut citer le master pro techniques financières et bancaires (Panthéon Assas) ; mention économie et ingénierie financière parcours ingénierie économique et financière (Paris-Dauphine) ou banque et finance : droit et régulation du système bancaire et financier (Paris Descartes).

 

Enfin, un mastère spécialisé (bac + 6) peut compléter en un an cette formation, par exemple, le mastère spécialisé finance (ESCP Europe).

 

  • Où exerce-t-il?

C'est en priorité vers les sociétés de Bourse que les futurs traders doivent se tourner.

Les banques, qui possèdent aussi des salles de marché, recrutent également ce type de profil.

Selon l'Observatoire des métiers de la banque, les banques françaises emploient environ 2 200 opérateurs de marché. Les postes sont principalement basés en Île-de-France et dans les grandes places financières étrangères (Londres, New York, etc.).

 

Voir la fiche détaillée

 

Responsable du back office 

Le responsable du back-office exécute, avec son équipe (jusqu'à 50 personnes), les décisions boursières prises dans les salles de marché qui, elles, constituent le front office. Il doit participer très activement à l'évolution des systèmes informatiques financiers et des procédures administratives.

 

La complexité et la multiplicité des opérations à effectuer impliquent le respect strict des procédures, de grandes capacités d'analyse et une extrême rigueur. Dans un univers tel que celui de la Bourse, où les décisions sont prises très vite, le responsable du back office doit se montrer particulièrement réactif. À noter, une maîtrise parfaite de l'anglais est nécessaire pour évoluer dans la sphère financière.

 

  • Sa formation: un bac + 2 pour débuter

Vous pouvez débuter comme agent du back-office avec un DUT gestion des entreprises et des administrations, option finance-comptabilité (GEA) ou un BTS comptabilité et gestion. Ces formations se préparent en 2 ans après le bac. Elles donnent accès aux fonctions administratives d'un back office.

 

Les premiers postes à responsabilité sont accessibles à bac + 3, à condition d'avoir plusieurs années d'expérience.

 

À bac + 3. Après un bac + 2, vous pouvez préparer, pendant un an, une licence professionnelle, par exemple, la licence pro mention : assurance, banque, finance : supports opérationnels parcours : back et middle office - gestion d'actifs financiers (Paris Nanterre). Cependant, un diplôme de niveau bac + 5 vous permettra d'obtenir plus rapidement un poste de responsable du back office.

 

À bac + 5. À l'université, les masters professionnels en finance intéressent les recruteurs. On peut citer le master pro techniques financières et bancaires (Paris 2 Panthéon Assas), le master pro monnaie, banque, finance, assurance spécialité banque et finances (Paris 1), le master pro banque, monnaie et marchés (Paris Nanterre et École supérieure de la banque).

 

Les diplômes des grandes écoles de commerce (HEC Paris, ESSEC Business School, ESCP-EAP, EM Lyon Business School, EDHEC...) sont très appréciés des employeurs. À l'entrée, la sélection se fait essentiellement post-prépas (bac + 2) et sur concours.

 

Les écoles d'ingénieurs (Polytechnique, École des Ponts Paris Tech, Centrale Paris...) ainsi que l'ENSAE Paris Tech, École nationale de la statistique et de l'administration économique, recrutent principalement après les classes préparatoires scientifiques.

 

Enfin, les mastères spécialisés sont également recherchés : management des risques internationaux - affaires internationales (HEC Paris), techniques financières (ESSEC Business School) ou encore finance (ESCP Europe).

 

  • Où exerce-t-il?

Les principaux recruteurs de jeunes diplômés sont les sociétés de Bourse et les banques.

Les meilleures opportunités se situent dans les grandes villes, où sont implantées les institutions financières et les sociétés de Bourse.

 

Voir la fiche détaillée

 

Mes ressources utiles

AFB, Association française des banques

18, rue La Fayette, 75009 Paris, tél. 01 48 00 52 52

http://www.afb.fr

 

ASF, Association française des sociétés financières

24, avenue de la Grande-Armée, 75854 Paris cedex 17, tél. 01 53 81 51 51

http://www.asf-france.com

 

FBF, Fédération bancaire française

18, rue La Fayette, 75009 Paris, tél. 01 48 01 66 17

http://www.fbf.fr

 

CFPB, Centre de formation de la profession bancaire

Immeuble le Carillon

5, esplanade Charles-de-Gaulle, TSA 85 000, 92739 –, Nanterre cedex, tél. 01 41 02 55 00

http://www.cfpb.fr

 

CNPF, centre des professions financières

6, avenue Mac-Mahon, 75017 Paris, tél. 01 44 94 02 55

http://www.professionsfinancieres.com

 

SFAF, société française des analystes financiers des 135, boulevard Haussmann, 75008 Paris, tél. 01 56 43 43 10

http://www.sfaf.com

 

Métiers et secteurs

 

Observatoire des métiers de la banque

Cet observatoire élabore des statistiques sur les effectifs bancaires et les formations. Son portail propose des fiches détaillées pour l'ensemble des métiers du secteur bancaire.

http://www.observatoire-metiers-banque.fr

 

FBF, Fédération bancaire française

L'actualité du monde de la banque et de la finance avec de nombreuses fiches métiers. Ce site permet d'avoir un panorama de l'histoire du secteur et de télécharger des documents relatifs aux différents métiers.

http://www.fbf.fr

 

Association française des banques

Il est notamment possible d'y consulter différents dossiers thématiques (emploi, formation, salaires, etc.).

http://www.afb.fr

 

Fédération des entreprises de la sécurité fiduciaire

La Fédération des entreprises de la sécurité fiduciaire (FEDESFI) représente les sociétés de transports et de traitement des valeurs en France (10 000 salariés).

http://www.fedesfi.com/

 

Nous avons les talents, nous avons les métiers

Guide pratique des métiers de la banque, réalisé par la Fédération bancaire française.

http://www.fbf.fr/fr/files/883BNV/Guide%20FBF%20des%20metiers%20de%20la%20banque.pdf

 

Guide des métiers repères de la banque

Fiches métiers réalisées par l'Observatoire des métiers de la banque, en 2017.

http://www.observatoire-metiers-banque.fr/mediaServe/20160219_Guide_fiches+metiers.pdf?ixh=3192818464198754430

 

Choix de formations - orientation

 

DIFCAM

Site des CFA aux métiers commerciaux et financiers.

http://www.difcam.com

 

Les formations bancaires du Cnam

Accès aux présentations des 19 formations du secteur bancaire proposées par le Cnam.

http://formation.cnam.fr/par-domaine/banque-201604.kjsp

 

Licence pro Chargé de clientèle : assurance, banque, finance

Site de l'IUT de Meaux proposant la licence pro assurance, banque, finance

http://iut.u-pem.fr/formations/licences-professionnelles/licences-professionnelles/licence-professionnelle-charge-de-clientele-assurance-banque-finance/

 

Licence pro banque - Chargé de clientèle particuliers

Page du site de l'IUT de Villetaneuse proposant la licence professionnelle assurance, banque, finance mention chargé de clientèle particuliers

https://iutv.univ-paris13.fr/licence-pro-assurance-banque-finance/

 

Banque apprentissage

Le site sur la formation en alternance du CFPB : présentation des métiers et des diplômes que l’on peut préparer en alternance, liste des centres de formation d’apprentis (CFA), etc.

http://www.cfpb.fr/candidat-alternance/le-site-du-cfpb-integre-wwwbanque-apprentissagecom

 

Écoles - organismes de formation

 

Centre de formation de la profession bancaire

Présentation de l'alternance, des formations diplômantes mais aussi des formations inter/intra entreprises.

http://www.cfpb.fr

 

CFA Banques

Présentation de ce réseau de CFA, des formations proposées et des débouchés.

http://www.banque-apprentissage.com

 

Université Paris Dauphine

Site de l'université avec présentation des différents parcours de formation et une mise en avant de l'actualité de l'établissement.

http://www.dauphine.fr

 

Panthéon- Assas

Le portail de Panthéon-Assas permet de découvrir l'université, ses formations, la vie étudiante mais aussi son ouverture à l'international.

http://www.u-paris2.fr

 

Université Paris Descartes

Le site de l'université offre une présentation des différentes filières de formation, de la recherche, de l'international. À découvrir : la rubrique multimédia met en avant de nombreuses ressources pédagogiques.

http://www.univ-paris5.fr

 

Université Paris Nanterre

Le site de l'université propose 3 entrées possibles : étudiants, personnels, entreprises. Vous pourrez vous plonger dans l'offre de formation, l'international, la recherche, la vie du campus, etc.

http://www.u-paris10.fr

 

Université Paris Est Créteil Val-de-Marne (UPEC)

Site de l'université avec présentation des différents masters tournés vers les métiers bancaires et les marchés financiers.

http://www.univ-paris12.fr

 

Université Paris 13 Nord

Site de l'université avec présentation de différents cursus, la vie étudiante, la recherche, les bibliothèques ou encore les relations avec les entreprises.

http://www.univ-paris13.fr

 

Emploi et recrutement

 

EFinancialCareers

Site d'offres d'emplois pour les métiers de la finance, la banque et l'assurance.

http://www.efinancialcareers.fr/

 

Actualités spécialisées

 

Les clés de la banque

Site grand public de la Fédération bancaire française donnant des informations pratiques sur les banques et l'argent en général.

http://www.lesclesdelabanque.com

 

Revue Banque

Site du mensuel papier du même nom, spécialisé dans les secteurs bancaires et financiers.

http://www.revue-banque.fr

 

Études et statistiques

 

Préconisations par diplôme

Les préconisations par diplôme des Orientations conjointes État-Région pour l'adaptation de l'offre de formation initiale (OCER) concernent la très grande majorité des formations : 95 % des effectifs de formés en Île-de-France. Zoom 2015 sur les diplômes de la filière Commerce, Vente et Transactions.

http://lycees.iledefrance.fr/jahia/Jahia/site/lycee/pid/6155

 

OCER sur les spécialités de formation du commerce, vente et transactions

15e OCER pour l'adaptation de l'offre de formation initiale en Île-de-France.

http://lycees.iledefrance.fr/jahia/webdav/site/lycee/shared/Offre%20de%20formation/Preconisations%20par%20diplome/15emes_OCER_Diagnostics_Preconisations.pdf.pdf

 

Chiffres clés 2017

Panorama de l'emploi dans les banques en France.

http://www.observatoire-metiers-banque.fr/f/chiffresTendances/sf/plus/s/chiffres_cles_emploi_banques_AFB_France_regio_2017

 

L'image des banques françaises

Étude d'opinion réalisée par la Fédération bancaire française en 2016.

http://www.fbf.fr/fr/secteur-bancaire-francais/etudes/image-et-pratique-bancaire-des-francais/l'image-des-banques-francaises-est-a-son-meilleur-niveau-depuis-10-ans

 

L’année de la banque en 2016

Panorama du secteur de la banque réalisé par la Fédération bancaire française (2016).

http://www.fbf.fr/fr/la-federation-bancaire-francaise/publications/rapports-d'activite/l'annee-de-la-banque-en-2016

 

Rapport sur le secteur bancaire en 2015

Étude réalisée par la Fédération bancaire française.

http://www.fbf.fr/fr/la-federation-bancaire-francaise/publications/rapports-d'activite/publication-du-rapport-du-secteur-bancaire-en-2015---fbf

 

Impact du numérique sur le métier de chargé de clientèle particuliers - rôle managérial

Étude réalisée par l'Observatoire des métiers de la banque (janvier 2014).

http://www.observatoire-metiers-banque.fr/mediaServe/20141204_Etude_impact_numerique_metier_charge_clientele_particuliers_evolution_role_managerial.pdf?ixh=2858795430192349312

 

L'impact du numérique sur les métiers de la banque

Étude réalisée par l'Observatoire des métiers de la banque (mars 2014).

http://www.observatoire-metiers-banque.fr/mediaServe/Etude+thematique+impact+num%C3%A9rique.pdf?ixh=2802530052969857041

 

Les métiers de l’accueil et de services à la clientèle

Étude réalisée par l'Observatoire des métiers de la banque (janvier 2017).

http://www.observatoire-metiers-banque.fr/mediaServe/20170131_Metiers_accueil_services_clientele.pdf?ixh=3518523048483356745